Un parcours certifiant composé de 12 modules (11 fléchés obligatoires et 1 au choix parmi l’offre de formation inter-acteurs) qui donne la possibilité au stagiaire de valoriser sa formation, lui reconnaissant l’acquisition des fondamentaux du renouvellement urbain.
Ce parcours peut être suivi sur deux années. A l’issue du parcours et avant certification, le stagiaire doit remettre une note personnelle (d’environ dix pages) faisant part des acquis de la formation en regard de ses compétences, de son expérience et de sa situation professionnelle.

Cette certification est validée par l’ANRU, l’ANCT, l’USH et la Caisse des Dépôts.

Liste des 11 modules fléchés obligatoires : 

  • Le renouvellement urbain : comprendre, connaître et mettre en oeuvre le règlement général, le règlement financier du NPNRU (m 1.1)
  • La conduite de projet dans un NPNRU (m 1.2)
  • Appréhender différemment le management d’un PRU : les nouveaux modes d’un management coopératif (m 1.3) 
  • Les étapes de suivi du projet : revue de projet, point d’étape, évaluation (m 1.4)
  • Histoire et composition urbaine (m 3.1) 
  • Le marketing urbain au service des quartiers et de leur image (m 3.2)
  • Penser le schéma de montage global d’un PRU (m 3.4)
  • Maîtriser la méthode projet appliquée à la gestion urbaine (m 4.1)
  • Stratégie de l’habitat dans un projet de renouvellement urbain : les enjeux de la diversification (m 5.2)
  • Mixité sociale, égalité d’accès au logement, équilibre territorial (m 5.3)
  • Les enjeux de la participation dans les projets de renouvellement urbain (m 7.1)

Télécharger le bulletin d’inscription

 

Le nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) concourt à la réalisation des objectifs de la politique de la ville définis à l’article 1er de la loi. Pour ce nouveau programme impactant plus de 400 quartiers (216 quartiers nationaux – 220 quartiers régionaux) ont été affectés 10 milliards d’euros en équivalent-subvention. Le nouveau règlement général précise à la fois l’ambition attendue des projets, les possibilités de financement des opérations et les modalités de contractualisation entre le porteur de projet, l’ANRU et ses partenaires. La formation a pour objectif de préciser le contexte général du NPNRU par l’approfondissement de son règlement général et des modalités de financement du projet.

Les objectifs de la formation

  • Présenter le contexte général du NPNRU :
    • Appréhender la logique d’ensemble du renouvellement urbain (du PNRU au NPNRU)
    • Donner toutes les clés de lecture du règlement général et du règlement financier du NPNRU
  • Identifier les attentes de l’ANRU en matière de urbain :
    • Connaitre les éléments incontournables renouvellement urbain pour l’ANRU
    • Appréhender les temps forts du processus d’instruction des projets
    • Connaitre le contenu des documents contractuels, en vue de faciliter les échanges et négociations avec les partenaires locaux et nationaux
  • S’approprier les mécanismes financiers du NPNRU
    • Prendre connaissance des modalités et des conditions d’attribution des subventions de l’ANRU
    • Expliciter les modalités de demandes et de versements des subventions

Enseignants

Pierre-Jean Bauley, manager en organisation et conduite de projets de renouvellement urbain, Algoé
Vincent Palma, consultant en conduite de projet de renouvellement urbain, Algoé

Dates de la formation

1er et 2 février en distanciel / Post-formation en distanciel : 1er mars
6 et 7 septembre / Post-formation en distanciel : 1er octobre

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Les projets de renouvellement urbains du NPNRU sont, par nature, des projets dits complexes : multiplicité (EPCI, villes, bailleurs, Etat, prestataires, entreprises, citoyens, etc.) et diversité (élus, directeurs, techniciens, etc.) des acteurs impliqués, organisation partenariale à mettre en place, objectifs en termes de délais, de coût et de qualité des projets à atteindre…

Pour pouvoir appréhender cette complexité et garantir les conditions d’une mise en œuvre sereine des projets sur plusieurs années, la mise en œuvre d’une démarche complète de management de projet (le « mode projet ») constitue l’un des facteurs clés de la réussite collective d’un NPNRU.

Cette formation s’adresse à des stagiaires désireux d’acquérir des méthodes, outils et « savoir-être » pour savoir se positionner et intervenir à leur niveau dans différents contextes de projets de renouvellement urbain.

Les objectifs de la formation

  • Savoir piloter un projet de renouvellement urbain dans un contexte partenarial et réglementaire en mouvance
  • Savoir mettre en place et animer un « mode projet », en interne avec les services, les contributeurs et la hiérarchie institutionnelle ; comme en externe avec les partenaires stratégiques, opérationnels et financiers du projet, ainsi que les habitants au travers des conseils citoyens
  • Adopter les clés d’une posture fédératrice et coordinatrice du chef de projet vis-à-vis des intervenants tout au long du projet
  • Connaître les outils et méthodes du management de projet pour conduire une démarche d’élaboration et de pilotage de projet de renouvellement urbain dans le respect du cadre défini
  • Acquérir les bons réflexes pour structurer, planifier, coordonner les interventions et piloter les études, les procédures, les travaux, les opérations, les actions économiques et humaines dans le cadre des NPNRU

Enseignants

Pierre-Jean Bauley, manager en organisation et conduite de projets de renouvellement urbain, Algoé
Charles Vochel, consultant en conduite de projet de renouvellement urbain, Algoé

Dates de la formation

2 et 3 mars en distanciel / Post-formation en distanciel : 1er avril

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Les objectifs de la formation

  • Appréhender la complexité inhérente aux PRU
  • Comprendre les limites du management classique, et l’intérêt de nouveaux paradigmes managériaux
  • Mettre en lumière de bonnes pratiques managériales, et les conditions de succès associées
  • Evaluer l’efficacité du management de projet

Enseignant

Eric Longcôté, expert en management, Apeksa Consulting

Dates de la formation

6 et 7 mai / Post-formation en distanciel : 31 mai

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

L’expérience du premier programme national de rénovation urbaine a montré l’importance de ces temps collectifs de recul sur le quotidien des projets. Ceux-ci sont en effet garants du respect des objectifs incontournables poursuivis par le programme à l’échelle nationale, mais aussi du partage d’objectifs communs, en faveur de l’intégration territoriale des quartiers et de l’amélioration de la condition de vie des habitants.

Si les revues de projet et les points d’étape, instances et temps de recul initiés par l’ANRU, ont été régulièrement mis en place au cours de la mise en œuvre de la première génération de projets, les démarches et outils locaux d’évaluation se sont montrés plus rares et trop souvent engagés dans une visée de bilan final plus que d’amélioration continue des projets. L’engagement opérationnel des NPRU est ainsi l’occasion de redéfinir les bases de justes modalités de suivi et d’évaluation, adaptées à chaque projet et contexte local, dans le respect du cadre national.

Les objectifs de la formation

  • Maitriser les attentes de l’ANRU en matière de suivi contractuel et d’évaluation de projets
  • Définir un tableau de bord de suivi des objectifs urbains adopté au projet et à sa durée
  • Préparer les points d’étape à 2 et 4 ans
  • Préparer une revue de projet
  • Fixer les modalités d’évaluation du projet

Enseignante

Emilie Belval-Lavillonnière, experte en management de projet, Espacité

Dates de la formation

6 et 7 avril / Post formation en distanciel : 5 mai

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation

Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021


Les objectifs de la formation

  • Définir les conditions de réussite des projets et maîtriser les outils du pilotage de projets permettant d’atteindre les objectifs
  • Maîtriser les outils d’animation des dynamiques collectives autour des projets
  • Maîtriser l’avant, le pendant et l’après réunion
  • Former les animateurs de réunion à la maîtrise de l’interactivité avec et entre les participants
  • Doter les participants d’outils favorisant la créativité, le consensus, la structuration des idées et opinions et la prise de décision

Une mallette «boîte à outils d’animation» est remise à chacun des participants

Enseignant

Thibaut Desjonquères, expert en politiques territoriales et urbaines (Pluricité)

Dates de la formation

7 et 8 juin / Post formation distanciel : 2 juillet

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation

Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Le nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) est entré progressivement en phase opérationnelle à partir de l’année 2019, après plusieurs années consacrées à la préparation des projets dans le cadre des phases de préfiguration. Ce moment charnière du passage en conventionnement implique, pour les différents maîtres d’ouvrage et services de l’Etat, l’appropriation de l’outillage permettant la préparation et l’exécution financières des projets d’intérêt national et régional. Cette formation prend en compte les récentes évolutions apportées par l’ANRU au Règlement Financier (Rfi), et à la mise en place progressive de l’outil IODA.

Les objectifs de la formation

  • S’approprier les principes et mécanismes financiers du NPNRU
    • Donner les clés de lecture principales du règlement général et du règlement financier du NPNRU
    • Appréhender la logique de l’exécution financière d’un projet de renouvellement urbain
    • Prendre connaissance des modalités et des conditions d’attribution des subventions de l’ANRU
  • Se familiariser avec les outils et leurs fonctionnalités, et comprendre leur vocation
    • Connaître l’ensemble des outils utiles à l’exécution d’un projet de renouvellement urbain, découvrir leur interface
    • Comprendre l’utilité de chaque outil dans le processus financier et les liens entre « demandeur » et « instructeur »
  • Savoir préparer le volet financier des conventions de renouvellement urbain
    • Appréhender les temps forts du processus d’instruction des projets
    • Expliciter les modalités pratiques de contractualisation, d’engagement et de paiement des subventions et prêts

La formation inclut des séquences de mise en pratique sur poste informatique.

Enseignants

Pierre-Jean Bauley, consultant sénior dans les missions d’organisation et de management de projets de renouvellement urbain, Algoé
Charles Vochel, consultant en management de projets de renouvellement urbain, Algoé

Dates de la formation

26 et 27 janvier en distanciel / Post-formation en distanciel : 24 février

13 et 14 septembre / Post-formation en distanciel : 13 octobre

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation

Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Les procédures administratives sont au cœur de chaque projet. Elles conditionnent toutes les étapes de la vie d’un projet, de la faisabilité jusqu’à l’exploitation, et ont une forte influence sur son opportunité, ses délais et ses coûts. Mettant en jeu de nombreux acteurs différents (élus, services administratifs, utilisateurs, maître d’ouvrage…), elles peuvent être un facteur de risques important.

De plus, la planification des procédures relève d’une stratégie propre à chaque projet. Il n’existe pas de règle générale pour l’ordonnancement des procédures. Le chef de projet doit apprécier les contraintes temporelles, techniques, économiques, politiques afin d’assurer le bon déroulement du projet dans les délais impartis en optimisant la prise de risques. La formation a pour objectif de dresser un panorama des procédures qui peuvent être rencontrées dans les projets de renouvellement urbain. Ces procédures et leurs conditions d’application évoluant régulièrement, un suivi et une actualisation de leur connaissance sont importants.

Les objectifs de la formation

  • Disposer d’un socle de connaissances minimales sur les procédures administratives :
    • Etre capable d’identifier les procédures administratives qui s’appliquent à chaque projet
    • Disposer d’un panorama des procédures qui peuvent être rencontrées dans les projets de renouvellement urbain
    • Assurer un suivi et une actualisation des procédures dont les conditions d’application évoluent souvent
  • Pouvoir planifier dans les grandes lignes l’ensemble des procédures applicables au projet et les principaux liens entre procédures et avec les autres volets du projet,
    • Articuler l’ordonnancement et la planification des procédures à la stratégie d’ensemble du projet
    • Apprécier les contraintes temporelles, techniques, économiques, politiques afin d’assurer le bon déroulement du projet dans les délais impartis en optimisant la prise de risques

Enseignants

Pierre-Jean Bauley, manager en montage, organisation et conduite de projets de renouvellement urbain, Algoé

Vincent Palma, consultant en conduite de projets de renouvellement urbain et en montage opérationnel, Algoé

Dates de la formation

3 et 4 mai / Post-formation en distanciel : 7 juin

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation

Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Objectifs de la formation

  • S’approprier les concepts et les moyens du développement économique et de l’emploi dans les quartiers
  • Repérer les stratégies territoriales et les moteurs du développement économique
  • Comprendre les enjeux de l’entrepreneuriat
  • Identifier de nouveaux modèles de développement économique
  • Intégrer la clause d’insertion dans le développement

Enseignants

Jean-Pierre Papin, expert économie et marketing territorial et innovation économique et territoriale, Nouvelles Marges

Dates de la formation

3 et 4 février en distanciel / Post-formation en distanciel : 3 mars

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation

Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Apparus dans les grandes villes anglosaxonnes, dès la fin des années 1980 et théorisés par un sociologue urbain américain – Ray Oldenburg, en 1989 dans The Great, Good Place, les tiers-lieux se définissent comme des lieux hybrides en ville qui ne relèvent ni du domicile, ni du travail, et qui se situent entre l’espace public et l’espace privé. Véritables lieux d’empowerment, ces tiers-lieux sont des espaces physiques ou virtuels de rencontres entre des personnes et des compétences variées qui n’ont pas forcément vocation à se croiser. Tels que développés au cours de ces dernières années, sur le territoire métropolitain, ces lieux favorisent toujours ces rencontres, mais se sont enrichis en abritant des activités différentes en fonction des contextes locaux : coworking, développement collaboratif de projets, espaces de créativité, fabrication numérique plus ou moins spécialisée (fablab), open lab / living lab, infothèque, infolab, repair café, hébergement d’entreprises, incubateurs / accélérateurs de start-ups…
Ils génèrent aujourd’hui des dynamiques fortes de création d’activités, d’entreprises, de projets, de nouveaux services qui constituent de nombreux gisements de richesses et d’emplois dans les villes et dans les quartiers…

Objectifs de la formation

  • S’approprier les concepts de tiers-lieu
  • Identifier les différents modèles de tiers-lieux
  • Repérer les apports du tiers-lieu pour le territoire
  • Construire un projet de tiers-lieu : le territoire, la cible, le marché
  • Faire fonctionner un tiers-lieu : la gouvernance, le financement, l’animation, la communication
  • Travailler sur des cas concrets, des témoignages et mise en pratique d’un projet de tiers-lieu dans son territoire

Enseignante

Françoise Leibovici, experte tiers-lieu et développement économique territorial, Nouvelles Marges

Dates de la formation

4 et 5 mars en distanciel / Post-formation en distanciel : 7 avril

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation

Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Les quartiers « politique de la ville » sont des quartiers qui concentrent des difficultés importantes. Malgré plusieurs générations de projets urbains, les habitants de ces quartiers restent les laissés pour compte du développement. Au-delà de la nécessité morale et sociale d’aider ces quartiers à se développer, ils sont indispensables au bon développement de leur territoire. En effet, des quartiers dégradés, souffrant de problèmes sociaux et économiques, à proximité de secteurs en pointe, créent un décalage qui risque de nuire à l’image et à l’attractivité globale du territoire. Ces quartiers disposent par ailleurs souvent de vrais potentiels (humains, immobiliers, fonciers, …) qui doivent être valorisés dans les stratégies de développement. C’est pourquoi l’ANRU, avec le NPNRU, a mis un véritable coup d’accélération à la sortie de projets à vocation économique, permettant d’apporter de la mixité fonctionnelle dans les quartiers mais également d’être un catalyseur du potentiel de développement.

Ainsi, des dispositifs ont été mis en place : lignes de financement de la convention, fonds de co-investissement de l’ANRU,.. ou des outils plus « soft » via l’ ANCT (formation / entreprenariat), etc. Plus localement, d’autres dispositifs viennent compléter : la Région Ile-de-France travaille actuellement sur la mise en place d’une Foncière dédiée au portage foncier dans les quartiers sur les projets de maisons de santé, de tiers-lieux ou de cités artisanales. Sur le terrain, on voit donc émerger des projets mais qui relèvent souvent d’une dynamique associative ou citoyenne forte (agriculture urbaine, ESS, etc.). Ces initiatives sont formidables et très intéressantes, et montrent qu’il y a un vrai potentiel dans ces quartiers. Cependant, on voit encore trop peu de projets d’immobilier économique « classique » (bureaux, hôtel d’activités, cité artisanale, etc.).

Les objectifs de la formation

  • Comprendre les différents types d’immobilier économiques pouvant être développés dans les QPV
  • Définir le contenu et les cibles d’une étude de marché économique adaptée au contexte des quartiers
  • Détecter les besoins économiques et sociaux des quartiers auxquels l’immobilier économique doit répondre
  • Adapter l’offre immobilier aux besoins des entrepreneurs
  • S’approprier la chaine de montage et de réalisation d’une opération immobilière économique
  • Identifier les acteurs intervenants dans cette chaîne de l’immobilier
  • Mobiliser et s’inscrire dans les dispositifs existants : ANRU, ANCT, Région…

Enseignantes

Rose Mégard, experte en montage d’opération et développement économique, Egis Conseil
Emeline Martin, experte en immobilier économique, Egis Conseil

Dates de la formation

8 et 9 avril / Post-formation en distanciel : 29 avril

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation

Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Les objectifs de la formation

  • Identifier les différents types d’agriculture urbaine et leurs bénéfices en termes de services socio-économiques et écosystémiques
  • Repérer les différentes politiques publiques de développement social et environnemental en faveur des jardins collectifs, des pépinières agricoles, des circuits courts
  • Développer un mode de pilotage partenarial ou participatif avec les agriculteurs et les associations

Enseignantes

Loubliana Petroff, consultante en stratégie environnementale et prospective urbaine, Oxalis

Amélie Anache, consultante en stratégie environnementale et prospective urbaine, Oxalis

Dates de la formation

10 et 11 mai / Post-formation en distanciel : 9 juin

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation

Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Formation en construction

Les objectifs de la formation

  • Comprendre, les principes clés de la composition urbaine, et leur mise en oeuvre dans le projet de
    renouvellement urbain
  • Analyser les « incontournables » du projet de renouvellement urbain et leurs applications sur chaque territoire,
    et sur chacune des thématiques urbaines
  • Adapter le référentiel Écoquartier au renouvellement urbain
  • Comprendre, mettre en oeuvre une nouvelle démarche d’aménagement urbain adaptée au projet de transformation urbaine du quartier en renouvellement urbain
  • Hierarchiser les enjeux

Enseignants

Chantal Talland, anthropologue urbaniste, ERU
Jean Werlen, architecte-urbaniste, Urbitat+

Dates de la formation

9 et 10 juin / Post-formation en distanciel : 6 juillet

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Rénover un quartier suffit rarement à rénover son image, et ce, malgré les moyens investis. Il occupe en effet un rôle historique dans la ville, celui de quartier sensible ou plus pauvre, duquel il est difficile de le « déloger ». Refaire et transformer le bâti, améliorer et renforcer les équipements, les moyens de transports améliore son apparence, mais pas l’imaginaire des autres habitants du territoire. Ils le perçoivent toujours comme un quartier sensible rénové…. Il nait alors une distorsion forte entre le quartier vécu (par ses habitants) et le quartier perçu (par ceux qui ne le fréquentent pas). C’est en ce sens qu’une action de marketing territorial est indispensable pour la transformation d’image des quartiers ANRU. Il est ainsi nécessaire pour améliorer l’attractivité des quartiers ANRU de les doter d’un nouveau rôle dans la ville, une vocation nouvelle construite notamment autour de l’innovation : numérique, verte, d’habitat, économique… Et accrochée par un récit pour ouvrir la voie à une nouvelle identification collective.

Les objectifs de la formation

  • Améliorer la connaissance, les concepts autour de l’image des quartiers (image vécue, perçues, médias…)
  • Mieux approprier les enjeux du marketing urbain et de l’attractivité des quartiers : du projet de communication au projet de territoire
  • Montrer et expliciter des cas opérationnels de d’une stratégie marketing territorial urbain
  • Maîtriser les outils du marketing territorial urbain

Enseignant

Jean-Pierre Papin, expert marketing territorial et innovation économique et territoriale, Nouvelles Marges

Dates de la formation

8 février et 9 février en distanciel / Post-formation en distanciel : 8 mars

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Les villes font face à des enjeux environnementaux croissants : changement climatique, pression sur les ressources et saturation des exutoires, érosion de la biodiversité, dégradation de la qualité des sols et de l’air, …

Nos prélèvements sur les ressources naturelles dépassent largement la biocapacité de la terre, c’est-à-dire sa capacité à régénérer des ressources renouvelables, à fournir des ressources non renouvelables et à absorber les déchets. Selon les évaluations du Global Footprint Network, le 8 Août 2016, l’humanité avait déjà consommé toutes les ressources naturelles renouvelables que la planète est capable de produire en un an.

Le secteur de l’aménagement urbain pèse de manière importante sur l’empreinte environnementale de la planète, mais dispose également de marges de manœuvre considérables pour transformer ses impacts environnementaux, économiques et sociaux.

A l’échelle des quartiers, il s’agit autant de contribuer aux objectifs nationaux de réduction des émissions des gaz à effet de serre et de préservation de l’environnement que de favoriser l’augmentation du reste pour vivre des habitants par la diminution des dépenses contraintes, améliorer la qualité de vie des habitants et promouvoir un développement économique endogène, capable de réintégrer les personnes les plus précaires. C’est pourquoi la transition écologique des quartiers constitue un enjeu majeur du renouvellement urbain, confirmé par : La loi n° 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine, qui précise que la politique de la ville vise notamment à « promouvoir […] la ville durable, le droit à un environnement sain et de qualité et la lutte contre la précarité énergétique » et le Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (NPNRU) qui fait figurer l’efficacité énergétique et la transition écologique des quartiers parmi les objectifs prioritaires des projets de renouvellement urbain.

 

Les objectifs de la formation

  • Comprendre les enjeux de la transition écologique des quartiers
    • Appréhender les enjeux de la transition écologique des quartiers (environnementaux, mais aussi sociaux et
      économiques)
    • Identifier sa responsabilité et ses leviers d’actions (directs ou indirects), en tant qu’acteur de la politique de la ville
  • Comprendre le management environnemental
    • Intégrer de manière opérationnelle les enjeux de la transition écologiques aux projets de renouvellement urbain
      (études à mener et compétences à mobiliser à toutes les étapes de conception et de vie du projet)
    • Analyser l’implication possible ou nécessaire des habitants et usagers dans l’élaboration et la mise en oeuvre de ces
      actions et les moyens de favoriser l’appropriation

Enseignante

Loubliana Petroff, consultante en stratégie environnementale et prospective urbaine, Louping

Dates de la formation

14 et 15 juin / Post-formation en distanciel : 7 juillet

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation

Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Les objectifs de la formation

  • Savoir identifier un mode de réalisation de l’opération et ses composantes (volet contractuel)
  • Déterminer le choix d’une stratégie de procédures (volet réglementaire)
  • Comprendre l’élaboration d’une stratégie foncière (volet foncier)
  • Connaître la construction d’un montage financier (volet économique)

Enseignants

Thierry Lacroix, expert en montage d’opérations d’aménagement , Egis Conseil
Water Salamand, avocat spécialisé dans le montage des opérations d’aménagement, Egis Conseil
Houria Menni, urbaniste, Egis Conseil

Dates de la formation

11 et 12 mars en distanciel / Post-formation en distanciel : 12 avril

11 octobre et 12 octobre / Post-formation en distanciel : 15 novembre

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Formation en construction

L’urbanisme transitoire connaît en France un essor particulier depuis les années 2010. De nombreux projets autorisés et planifiés émergent un peu partout sur le territoire et plus particulièrement dans le Grand Paris. Le lieu culturel 6b à Saint-Denis, le camping de Yes We Camp à Marseille ou encore la Cartonnerie à Saint-Étienne en sont des exemples désormais connus. Les études récemment produites sur le sujet s’accordent sur la création de valeurs de l’urbanisme transitoire : gain économique pour les propriétaires, dynamiseur de vie  urbaine pour les collectivités, locaux à bas prix et environnement créatif pour les occupants, accompagnement d’initiatives citoyennes pour les associations partenaires. Ces démarches sont un formidable outil de co-construction de la ville, notamment dans les quartiers prioritaires. Elles offrent une échelle d’intervention intermédiaire, inexistante dans les marchés de maîtrise d’oeuvre actuelle, qui permet une meilleure articulation entre les stratégies urbaines des NPNRUs et les besoins locaux, tout en affinant la programmation et la conception urbaine de manière processuelle et au plus proche des besoins des habitants. Ces actions peuvent avoir, notamment dans les quartiers QPV, des impacts sociaux importants (lien social, insertion professionnelle, échanges de savoir-faire, etc…).

Objectifs de la formation

  • Identifier et se situer dans les enjeux de l’urbanisme transitoire au regard du NPNRU
  • Inscrire l’urbanisme transitoire dans une stratégie d’aménagement de moyen et long terme
  • Identifier les modalités de mise en oeuvre d’un chantier ouvert (pilotage, financement, temporalités, jeux d’acteurs, réglementation…)
  • Intégrer les notions de qualité paysagère d’un site dans les projets d’urbanisme transitoire
  • Identifier plusieurs modes de montage opérationnel, les contraintes administratives et juridiques des projets transitoires, en terrain nu ou bâti
  • Anticiper la gestion du site après l’aménagement transitoire et mettre en place un protocole de suivi et d’évaluation

Enseignantes

Laure Gayet, urbaniste et chefs de projets culturels, Atelier Approches
Kelly Ung, urbaniste et architecte, Atelier Approches

Dates de la formation

14 et 15 avril / Post-formation en distanciel : 14 mai

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Les questions de sûreté sont devenues assez prégnantes pour les acteurs de la ville ou de l’habitat, et par extension pour ceux du renouvellement urbain. Le double phénomène de diffusion des problématiques d’intranquillité et par ailleurs d’enracinement de troubles graves de tranquillité publique dans nombre de quartiers, entraînent une forte (et confuse) demande sociale de sécurité. Ainsi le risque émerge, à travers les réponses appelées, d’adopter des postures dures nourries des situations les plus critiques, qui engourdissent souvent les acteurs publics, au détriment d’une majorité de situations pour lesquelles des réponses plus souples sont encore largement « praticables ».

Certaines configurations spatiales ou ambiances urbaines ou résidentielles, des déficits de gestion ou d’animation contribuent d’évidence à l’installation de stratégies délinquantes ou au déploiement d’incivilités et de détournements d’usages tout autant qu’à des replis, évitements ou abandons des usagers en réponse au caractère anxiogène des lieux. Si la démonstration du lien entre Espace et Sécurité n’est plus à faire, ce lien reste encore très inspiré de la figure de la Protection (conception de la forteresse développée dans l’urbanisme des stades, des aéroports, des équipements publics sensibles, des centres commerciaux…) et par la question de l’Ouverture-Fermeture, et à travers ces deux éléments une fausse croyance que Protéger c’est Sécuriser.  Tous les acteurs de la sécurité, de l’urbain, de l’habitat mesurent bien l’erreur de lecture !

Si la logique de protection se comprend pour un bon nombre d’espaces fermés, notamment ceux à risques identifiés ci-avant, l’extension de cette seule logique à des espaces ouverts (urbanisme défensif) est bien plus délicate ou contre-productive. En effet, réunir les conditions d’une dynamique vertueuse de sécurité dans des espaces urbains ou résidentiels suppose un autre pari, celui de l’urbanité, de l’animation, du confort d’usages donc des aménités et de la qualité des ambiances, mais aussi de l’exigence de gestion. La formation vise également à explorer le triple enjeu de la Conception, de l’Animation et de la Gestion des espaces pour concilier toujours plus Urbanité et sécurité et ne surtout pas dissocier Qualité et Sûreté des espaces urbains dans les réponses élaborées.

Par ailleurs au-delà du « spatial », des démarches intéressantes existent pour faire face aux situations rencontrées.
Des bailleurs (ou groupements de bailleurs) se dotent de plans stratégiques pour définir des postures collectives, renégocier des partenariats opérationnels ou s’engager sur les terrains de la médiation.
Des collectivités initient des démarches nouvelles de coproduction de la sécurité, investissent des sujets émergents tels ceux du genre dans l’espace public ou de la radicalisation ou revisitent les cadres de la prévention de la délinquance ou les partenariats locaux de sécurité… Bref chacun tâtonne ou s’organise pour retrouver sa capacité à peser sur les situations ou construire les progrès collectifs indispensables!

Les objectifs de la formation

  • Anticiper les enjeux de sécurité dans les productions urbaines et architecturales et notamment celles issues des théories de la prévention situationnelle
  • En terme de programmation urbaine, mesurer les usages, les potentiels des lieux afin de ne pas se limiter à des réponses uniquement défensives
  • Dans le processus du projet urbain, apprendre à faire converger les différentes stratégies d’acteurs
  • Valoriser les différentes initiatives partenariales agissant dans ce domaine

Enseignant

Éric Amanou, socio-urbaniste spécialiste des grands ensembles, La Condition Urbaine

Dates de la formation

13 et 14 mai / Post-formation en distanciel : 21 juin

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

La mobilité peut se définir théoriquement comme la réalisation d’activités, au plan spatial et temporel, reflétant le niveau d’insertion sociale et d’intégration urbaine d’un individu ou d’un groupe social particulier. Elle ne se limite donc pas à la notion de moyens de déplacements physiques mais peut aussi être approchée par les volets de l’insertion sociale, de l’organisation urbaine (localisations services/emplois/habitat) voire de dimensions économiques et cognitives. Pour les quartiers en renouvellement urbain, la réussite des projets se mesurera à la fois à la question de l’intégration des quartiers à la ville et aux possibilités données aux habitants de sortir de leur quartier. Pour autant là aussi, la mobilité ne peut se limiter à la question des déplacements ou des transports urbains, elle renvoie bien au rapport de la personne au territoire, au rapport de la personne à son quartier, l’enclavement de celui-ci venant conforter le sentiment de relégation.

Les objectifs de la formation

  • Intégrer les problématiques de la mobilité dans le processus de construction de la stratégie urbaine
  • Connaître les mécanismes et des règles de bases (logiques, échelles d’investissement, etc.) ainsi que des facteurs sociaux et sociétaux, en générale et en particulier pour les quartiers politique de la ville
  • Acquérir les compétences utiles à la hiérarchisation des priorités conjuguées dans le plan d’action
  • Etre en mesure de formuler une commande correcte et opérationnelle auprès des bureaux spécialisés pour que les réponses soient cohérentes avec la stratégie générale, le plan de mise en oeuvre
  • Savoir lire et esquisser une carte des mobilités dans la dynamique du territoire, en prospective à moyen et long terme, en cohérence avec les différentes échelles du bassin de vie, de l’agglomération, de la ville et du quartier

Enseignants

Jean Werlen, architecte-urbaniste, Urbitat+
Samuel Maillot, ingénieur transport et mobilité urbaine, Roland Ribi & Associés

Dates de la formation

20 et 21 septembre / Post-formation : 20 octobre

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

La gestion urbaine de proximité (GUP) est une dimension importante des projets de renouvellement urbain, formalisé par une convention de gestion urbaine de proximité, porteuse d’une dynamique interpartenariale basée sur l’articulation et la coordination des interventions de chacun au service de l’amélioration du cadre et des conditions de vie des habitants des quartiers. La gestion urbaine de proximité est un enjeu essentiel pour la réussite des projets de renouvellement urbain et la pérennisation des investissements engagés. Elle nécessite une coopération renforcée entre les différents acteurs impliqués.

Les objectifs de la formation

  • Resituer l’importance de la gestion urbaine dans le fonctionnement social urbain d’un territoire et comprendre les difficultés des démarches de gestion urbaine
  • Identifier les conditions préalables au bon engagement d’un projet de gestion urbaine en particulier au plan de son périmètre et d’une gouvernance associant le conseil citoyen
  • Maîtriser la méthode projet appliqué à la gestion urbaine: les étapes de son déroulement, leur contenu et les outils permettant de les conduire
  • Identifier les spécificités du projet de gestion d’un site en renouvellement urbain

Dans ce module sera effectué un diagnostic en marchant dans le quartier de la Villette. 

Enseignant

Jean Bouvier, socio-économiste, expert en gestion urbaine

Dates de la formation

12 et 13 avril / Post formation en distanciel : 18 mai

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Les objectifs de la formation

  • Savoir anticiper, adapter les futures responsabilités de gestion à la faveur de l’évolution des domanialités ou des transformations d’usage
  • Appréhender la soutenabilité financière des efforts de gestion appelés (des organismes et des collectivités)
  • Rechercher les conditions d’appropriation future des espaces par les habitants à travers leur implication dans les projets
  • Anticiper l’encadrement des nuisances liées au projet et notamment aux différents chantiers

Enseignants

Éric Amanou, Socio-urbaniste, spécialiste des grands ensembles, expert en conduite de projets complexes (urbains et sociaux), La condition Urbaine

Dates de la formation

22 et 23 avril / Post-formation en distanciel : 10 mai

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

 

Les objectifs de la formation

  • Identifier les enjeux d’inclusion du genre dans l’espace public au regard des NPNRUs
  • Identifier les modalités de mise en oeuvre d’un diagnostic d’usages genré et d’un aménagement inclusif
  • Inscrire la stratégie d’aménagement inclusif sur le long terme et de manière transversale dans tous les champs de l’action publique

Enseignantes

Laure Gayet, urbaniste et chefs de projets culturels, atelier Approche.s !

Kelly Ung, urbaniste et architecte, atelier Approche.s !

Dates de la formation

21 et 22 juin / Post-formation en distanciel : 22 juillet

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Pour s’engager dans les projets du nouveau programme national de renouvellement urbain et se donner toutes les chances de réussite, il est essentiel que l’ensemble des acteurs impliqués dans la gouvernance et la mise en œuvre de ces derniers aient une bonne connaissance et compréhension des organismes de logement social, de leur fonctionnement et systèmes de contraintes, y compris pour étudier les moyens de les dépasser. Cela est d’autant plus nécessaire dans un contexte marqué par d’importantes évolutions législatives et réglementaires qui impactent directement les organismes mais aussi leurs partenaires et répondent, pour certaines, aux mêmes objectifs que ceux du renouvellement urbain notamment : mixité sociale dans les quartiers, qualité et performances du parc social.

Les objectifs du module

  • Mieux appréhender le fonctionnement et les spécificités du secteur Hlm et des opérateurs sociaux
  • Intégrer les nouveaux enjeux auxquels doivent faire face les acteurs du logement social liés aux évolutions législatives et règlementaires récentes
  • Mesurer les impacts du renouvellement urbain sur le secteur
  • Développer la capacité de dialogue et de partenariat avec les acteurs du logement social

Enseignante

Fanny Lainé-Daniel, socio-urbaniste

Co-enseignants

Christophe Noyé (Cf Géo)
Jean-Marie Paris (Cabinet CQFD)

Dates de la formation

25 et 26 mars / Post-formation en distanciel : 16 avril

30 septembre et 1er octobre / Post-formation en distanciel : 28 octobre

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Diversifier l’habitat dans les quartiers en renouvellement urbain est un des objectifs incontournables du projet pour les quartiers en renouvellement urbain. Elle doit être recherchée au sein du quartier pour favoriser les parcours résidentiels positifs, pour répondre aux attentes des habitants et permettre l’accueil de catégories de populations différentes, en particulier des salariés. Cette diversification peut être mise en œuvre par la construction de logements privés (y compris en accession sociale) mais aussi au sein du parc de logement locatif social. La diversification de l’habitat est aussi un levier pour permettre le rééquilibrage du parc social à l’échelle de l’agglomération.

Les objectifs de la formation

  • Comprendre le contenu et les contours d’une stratégie habitat en Quartier Politique de la Ville
  • Comprendre le panel de produits disponibles en fonction des marchés et connaitre les différents montages et outils opérations existant en termes d’accession à la propriété
  • Appliquer les recommandations précédemment expliquées à partir de projets des stagiaires et repartir avec une boite à outils concrète et parlante

Enseignants

Tristan Ruiz, expert en diversification de l’habitat, Ville et Habitat, Adéquation
Fanny Laperrière, experte montage et pilotage d’opérations de renouvellement urbain et immobilières complexes, Egis Conseil

Dates de la formation

19, 20 et 21 avril / Post-formation en distanciel : 20 mai

25, 26 et 27 octobre / Post-formation en distanciel : 22 novembre

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Réunir les conditions d’un meilleur équilibre territorial, plus particulièrement dans les quartiers en renouvellement urbain, et de l’égalité d’accès au parc social nécessite de comprendre comment il est possible de faire tenir ensemble mixité et droit au logement.  Cela  demande de bien connaître le cadre législatif et réglementaire pour en saisir à la fois l’esprit mais aussi les attendus opérationnels. Ce premier cadrage établi, il est nécessaire d’appréhender et d’explorer les logiques de spécialisation à l’œuvre et spécifiques à chaque territoire. La mise en œuvre d’une politique d’attributions visant un meilleur équilibre social reste fortement contrainte par la structure du parc, sa répartition et les écarts de loyers entre les différents segments, le profil des demandeurs… Socle de la réflexion sur les orientations et les actions à mener, le diagnostic doit permettre d’identifier les logiques à l’œuvre et de préciser, les enjeux de peuplement et les marges de manœuvre pour définir une stratégie et des objectifs opérants mobilisant différents leviers: offre, attributions, accompagnement social. Enfin, il importe que les acteurs soient en mesure de traduire leurs enjeux et leurs objectifs dans le format particulier des documents attendus par la loi: Document-cadre d’orientations d’attribution, Convention Intercommunale d’Attribution (CIA) et de veiller à l’articulation de cette politique d’attributions avec d’autres politiques (PLH dans son versant programmation de l’offre; politique de la ville, politique de déplacements urbains, etc.) et documents associés, notamment le PPGDID qui participe (dans le cas de la mise en place de la cotation) ou conditionne (la gestion partagée) la politique d’attribution.

Les objectifs de la formation

  • Définir une politique d’attribution répondant aux nouvelles exigences sociales et réglementaires, tout en veillant aux équilibres de peuplement
  • Définir une stratégie d’équilibre territorial au regard des composantes des quartiers, de leurs fonctions et rôles dans la dynamique territoriale
  • Définir une méthode partenariale de construction de trajectoires résidentielles, en cohérence avec
    les autres stratégies territoriales, politiques de l’habitat et stratégie de relogement.

Enseignant

Francis Rathier, sociologue, expert en politiques de mixité sociale (Bers)

Co-enseignants

Fanny Lainé-Daniel, socio-urbaniste, FLD Consultante

Christophe Noyé, géographe (Cf Géo)

Dates de la formation

17, 18 et 19 mai / Post-formation en distanciel : 18 juin

13, 14 et 15 octobre / Post-formation en distanciel : 16 novembre

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Le relogement est une des principales conséquences des opérations qui portent sur le renouvellement ou la restructuration lourde des logements. Dans le cadre du NPNRU, le choix a été fait de laisser aux porteurs de projet la responsabilité de décliner opérationnellement les objectifs «parcours résidentiel, mixité sociale, insertion sociale» et de les traduire en indicateurs de suivi permettant d’apprécier la qualité des relogements. De plus, depuis la loi Égalité et Citoyenneté, le relogement est un des aspects de la politique plus générale portant sur les attributions qui doit être élaborée par les EPCI.

Enfin, le relogement s’inscrit dans une stratégie «habitat» plus large que la collectivité construit, puis met en œuvre à travers la convention pluriannuelle: reconstitution de l’offre, requalification, diversification… Cette complexité des opérations de relogement impose tout au long de l’opération la construction d’outils visant à coordonner ces trois dimensions. Comprendre leur objet, définir les conditions de leur construction et leur contenu, assurer leur actualisation… tels sont les objectifs de la formation.

Les objectifs de la formation

  • Définir une politique de relogement en cohérence avec la fonction du quartier et les enjeux de mixité sociale
  • Faire de la politique de relogement un enjeu dans le développement des politiques sociales
  • Conjuguer stratégie de relogement et stratégie de mobilité dans la construction de parcours résidentiel
  • Impliquer l’ensemble des acteurs dans la construction de ces stratégies
  • Replacer le relogement dans les dynamiques résidentielles plus larges : mobilités résidentielles
  • Connaître les bases de données mobilisables et les outils de suivi
  • Déterminer les outils à mettre en place en fonction du contexte local

Enseignant

Christophe Noyé, géographe (Cf Géo)

Co-enseignants

Sébastien Hoarau (Eohs) et Francis Rathier (Bers)

Dates de la formation

25, 26 et 27 mai / Post-formation en distanciel : 25 juin

2, 3 et 4 novembre / Post-formation en distanciel : 2 décembre

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Dans le cadre du NPNRU, la stratégie de relogement et les modalités d’accompagnement social devront être précisées dans la Convention Intercommunale d’Attributions (CIA), en cohérence avec les politiques intercommunales d’attribution pilotées par les EPCI. Cette convention sera annexée à la convention de renouvellement urbain.
Le relogement constitue un volet essentiel de l’évaluation de l’impact social des projets de renouvellement urbain. Afin de faciliter le suivi des opérations de relogement, tout comme dans le PNRU, l’USH met à disposition des organismes Hlm l’outil RIME, actualisé, en conformité avec le nouveau règlement général de l’ANRU. Les données de l’outil RIME sont des informations indispensables pour objectiver les résultats, apprécier la qualité des opérations en termes de mobilité des ménages, de possibilité offerte d’accéder à un logement neuf ou conventionné de moins de 5 ans hors QPV.

Les objectifs du module

  • Comprendre et savoir utiliser l’outil RIME
  • Savoir vérifier l’atteinte des objectifs et des engagements pris dans la convention de renouvellement urbain pluriannuelle.
    Un ordinateur sera à disposition pour chacun des stagiaires

Enseignant

Emmanuel Ricard (EOHS)

Intervenante

Marie Courouble, Urbaniste, Directrice d’études, CF Géo

Dates de la formation

23 mars
26 avril
26 mai
8 septembre
5 octobre

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Les objectifs de la formation

  • Mieux appréhender les enjeux habitat et urbains à prendre en compte dans le cadre de la programmation des opérations de réhabilitation-résidentialisation
  • Intégrer et identifier les contraintes et opportunités techniques, sociales et économiques, en vue d’un rééquilibrage de l’offre, sur une opération de requalification
  • Intégrer et développer, dans une démarche de projet avec les services gestionnaires, une approche de marketing résidentiel des groupes à réhabiliter
  • Prendre en compte la soutenabilité économique des opérations de requalification et identifier les perspectives d’évolution des loyers

Enseignants

Jean-Charles Fredenucci, urbaniste, Habitat et Territoires Conseil
Olivia Leclercq, urbaniste, Habitat et Territoires Conseil

Dates de la formation

8 et 9 avril / Post-formation en distanciel : 6 mai

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Les objectifs de la formation

  • Définir la notion de marché détendu
  • Caractériser et décrire les différents types de territoires détendus…
  • Souligner les contraintes et les points d’appui d’un marché de l’habitat sous faible tension notamment pour le développement et ou la requalification de l’habitat social
  • Définir les contours d’une stratégie et d’une programmation de l’habitat dans ces contextes
  • Savoir mobiliser les différents opérateurs du logement (bailleurs, promoteurs, investisseurs)
  • Quel sens particulier donner aux principes de mixité sociale, renouvellement, diversification…

Enseignante

Ingrid Meunier, experte en stratégies et programmation de l’habita Novascopia

Dates de la formation

16 et 17 juin / Post-formation en distanciel : 19 juillet

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

L’élaboration de stratégies d’intervention en direction du parc en copropriétés récentes (soit d’après 1948) constitue de plus en plus une composante majeure, voir essentielle  de très nombreux projets de renouvellement urbain.

Cet enjeu est fortement mis en évidence dans le cadre de la mise en œuvre du NPNRU : 153 quartiers sont ainsi identifiés avec des problématiques de copropriétés dont 88 avec des enjeux majeurs induisant des interventions de redressement et ou de recyclage. Dans le cadre du plan initiative copropriétés 684 copropriétés représentant 56 000 logements et situés à 90% en territoire NPNRU sont identifiées en difficulté dont une centaine très dégradées.

Les stratégies, outils et procédures à mettre en œuvre sont divers, souvent complexes et nécessitent la réalisation de diagnostics pertinents, l’élaboration de stratégies d’intervention adaptées, la mise en place d’outils de pilotage de projet spécifiques et la mobilisation de partenariats particuliers.

Les objectifs de la formation

  • Comprendre les enjeux des interventions publiques sur les copropriétés en difficulté et cerner les méthodes et outils d’analyse permettant la compréhension des mécanismes de déqualification à l’œuvre
  • Connaître les dispositifs et les outils d’intervention mobilisables spécifiques au redressement et/ou recyclage des copropriétés récentes en tenant compte des évolutions législatives et règlementaires : dimensions juridiques, opérationnelles, financières ; positionnement des différents acteurs dont maîtrise d’ouvrage privée
  • Cerner les différentes stratégies et modalités d’intervention sur les copropriétés dans le cadre de projets de renouvellement urbain : graduation, positionnement des différents acteurs, gouvernance, outils mobilisables et actions transversales telles que le portage…
  • Préciser le contexte d’intervention autour de la mise œuvre du NPNRU et du plan initiative copropriété: le rôle respectif de l’ANRU et de l’ANAH et les financements mobilisables.

Enseignante

Marie-Annick Lannou, consultante experte des dispositifs d’intervention en direction des copropriétés dégradées

Dates de la formation

16, 17 et 18 mars distanciel / Post-formation en distanciel : 8 avril

6, 7 et 8 octobre / Post-formation en distanciel : 4 novembre

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Le Programme National de Requalification des Quartiers Anciens Dégradés a permis d’expérimenter des dispositifs d’intervention et préfigurer les questions à traiter au niveau du NPNRU. Les limites et les difficultés rencontrées sur certain PNRQAD sont riches d’enseignements et dessinent en creux les questions opérationnelles qui doivent être posées au cours du module. De nombreux quartiers anciens dégradés sont aussi situés dans le contexte particulier des territoires à marché détendu ce qui suppose une recherche particulière d’adaptation des outils d’intervention. Les outils et procédures à mettre en œuvre sont très divers (ORHI,THIRORI, OPAH, Travaux sous DUP, etc.), souvent complexes à maîtriser et fréquemment mal connus des acteurs du renouvellement urbain. Ils nécessitent la réalisation de diagnostics pertinents, l’élaboration de stratégies d’intervention et de financement adaptés et fortement articulés avec les interventions urbaines, commerciales, etc. Dans le contexte du NPNRU, l’ensemble de ces interventions va s’inscrire dans la mise en œuvre de la convention ANAH/ANRU, signée en novembre 2014.

Les objectifs de la formation

  • Comprendre, savoir analyser dans le contexte d’un projet de renouvellement urbain les enjeux d’intervention en direction du parc privé: traitement de situations dégradées, utilisation d’outils coercitifs, accompagnement incitation et financement de requalifications lourdes, traitement des enjeux sociaux, mise en place d’outils d’accompagnement et de prévention, repositionnement sur le marché local de l’habitat
  • Élaborer une stratégie d’intervention en s’appuyant sur les diagnostics pertinents
  • Connaître les dispositifs d’intervention possibles et la boîte à outils des procédures et financements: les dimensions juridiques et opérationnelles des différentes procédures, les montages et les financements possibles
  • Préciser le contexte d’intervention autour de la mise œuvre du NPNRU et des protocoles de préfiguration. Rappeler les fondamentaux structurants les opérations de renouvellement urbain et de l’ANRU

Enseignants

Guillaume Bourlier, Consultant expert concernant les dispositifs d’intervention en direction du parc privé (Dévelop’toit)
Jean-Pierre Troche, Architecte-Urbaniste, expert en politiques de l’habitat (Ville & Habitat)

Dates de la formation

27 et 28 avril / Post-formation en distanciel : 25 mai

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Les objectifs de la formation

  • Comprendre les logiques d’opérations en chaîne (bilans d’opérations / bilans de recyclage)
  • Appréhender les aspects de la fiscalité des opérations en quartiers anciens (déficit foncier, Malraux, Pinel, conventionnement, etc.)
  • Savoir analyser simplement la rentabilité d’une opération privée
  • Savoir monter un bilan de recyclage suivant une logique transversale (parallèle entre RHI/THIRORI et requalification d’îlots d’habitat dégradés ANRU)

Cette formation s’adresse aux stagiaires disposant déjà d’une connaissance du contexte et des outils d’intervention portant sur le parc privé.
Si besoin, suivre le stage 6.2 Requalification des quartiers anciens au préalable.

Enseignants

Guillaume Bourlier, Consultant expert concernant les dispositifs d’intervention en direction du parc privé (Dévelop’toit)
Jean-Pierre Troche, Architecte-Urbaniste, expert en politiques de l’habitat (Ville & Habitat)

Dates de la formation

28 et 29 juin / Post-formation en distanciel : 20 juillet

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Les objectifs de la formation

  • Définir une stratégie d’intervention propre à «Coeur de Ville» et partagée par les acteurs, les partenaires et les habitants avec une sortie opérationnelle rapide
  • Élaborer un projet global (englobant les périmètres ANRU, ACV) se traduisant par une programmation et un plan d’actions qui articule les actions de court terme avec une vision de long terme
  • Savoir concerter et associer acteurs et habitants à la gouvernance du projet, positionner un «chef de projet» dans le jeu d’acteurs
  • Sortir d’une démarche exclusivement publique en s’appuyant sur les associations, entrepreneurs, créateurs d’activité, collectifs et les initiatives individuelles et collectives
  • Conduire le projet « habitat » en cohérence avec les autres volets du projet (mobilité, économie, culture …) pour créer de nouvelles dynamiques et de nouvelles attractivités résidentielle et urbaine
  • Élaborer une opération de revitalisation de territoire (ORT) gérer les contractualisations (ANRU, ACV…) et se saisir des outils et des financements proposés par les partenaires nationaux Action logement, la Banque des Territoires et l’ANAH

Enseignante

Rose Mégard, experte en management, l’élaboration stratégique et l’évaluation de projets « Coeur de Ville», Egis Conseil

Co-enseignants

Marc Barriau, expert en montage immobilier, Egis Conseil
Charlotte Boutry, experte mobilités urbaines, urbanisme tactique, Egis Conseil Lucie Gorce, experte Smart City, Egis Conseil
Fanny Laperrière, experte montage / valorisation en centre-ville ancien dégradé, Egis Conseil

Dates de la formation

24, 25 et 26 mars / Post-formation en distanciel : 30 avril

18, 19 et 20 octobre / Post-formation en distanciel : 3 novembre

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Les objectifs de la formation

  • Permettre de maîtriser le cadre et les différents niveaux de participation des habitants, en particulier via l’instance du Conseil Citoyen
  • Mieux appréhender la participation des habitants, ses dimensions, ses limites, ses intérêts, par des apports théoriques croisés avec des analyses d’expériences de terrain
  • Identifier les leviers mobilisables pour une participation effective des habitants et des conseils citoyens au projet
  • Comprendre comment intégrer le Conseil Citoyen tout au long du projet dans la gouvernance et les différentes étapes de mise en oeuvre du projet (PRU)

Enseignant

Paul Garcia, expert en participation citoyenne, Pluricité

Dates de la formation

29 et 30 avril / Post-formation en distanciel : 28 mai

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Formation en construction 

Les objectifs de la formation

  • Identifier les enjeux de réactivation des espaces collectifs et leur capacité à renforcer la cohésion sociale
  • Faire émerger une stratégie de projet résidentiel inclusive
  • Insuffler une dynamique de projet collaborative avec les parties prenantes du quotidien
  • Découvrir des méthodes et des outils de travail basés sur l’intelligence collective
  • Intégrer l’expérimentation comme un levier de transformation du parc social
  • Co-construire un schéma directeur et un plan d’action à 2-3 ans pour mettre en œuvre le projet résidentiel
  • Faciliter la redéfinition les règles collectives de gestion et d’entretien
  • Accompagner l’évolution des métiers de la proximité pour renforcer le rôle des agents

Enseignante

Pierre-Mathieu Degruel, architecte-urbaniste, expert en stratégie de projet inclusive et collaborative, Espaces Compris

Dates de la formation

23 et 24 juin / Post-formation en distanciel : 21 juillet

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Une «Maison du Projet» doit être mise en place dans chacun des quartiers en renouvellement urbain. Espace de réunion, d’information, de participation, les maisons du projet doivent favoriser les démarches de co-construction. Si leur financement entre dans le cadre du NPNRU, est laissé le choix aux porteurs du projet du lieu de son implantation et de sa forme. Liberté est laissé également aux maîtres d’ouvrage pour trouver le fonctionnement où s’incarne les démarches de participation avec les conseils citoyens, associations, usagers et acteurs locaux. L’enjeu alors est d’en faire un lieu dédié au projet, un lieu reconnu par tous et un lieu de convergence où se construit un dialogue, des points de vue entre tous les acteurs. De fait l’animation de la maison du projet interpelle la démarche classique de conduite de projet en proposant de nouvelles formes de mobilisation, de nouvelles formes de participation et de nouvelles démarches dans la co-construction du projet lui même.

Les objectifs de la formation

  • Identifier les enjeux de la création d’une maison du projet et son rôle dans la gouvernance du projet de renouvellement urbain
  • Se situer dans les enjeux de la participation des habitants Inscrire l’outil de la maison du projet en lien avec les démarches de concertation et de gestion urbaine existantes
  • Esquisser les modalités d’animation d’une maison du projet en abordant les enjeux du programme d’activités, des modes de gestion, des outils de mobilisation et de co-conception
  • Identifier les différentes formes qu’elle peut prendre, temporaires, fixes ou mobiles
  • Identifier le réseau d’acteurs et les modes de financement des maisons du projet
  • Construire une feuille de route et déterminer des outils opérationnels pour mettre en oeuvre une maison du projet

Enseignantes

Laure Gayet, Urbaniste, Consultante en projets culturels, Atelier Approche.s !
Kelly Ung, Architecte-urbaniste, Atelier Approche.s !

Dates de la formation

27 et 28 mai / Post-formation en distanciel : 29 juin

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Plusieurs indicateurs témoignent de l’ampleur des problématiques sociales dans les quartiers prioritaires. Deux fois plus d’habitants vivant sous le seuil de pauvreté y résident. Les difficultés d’accès à la santé, de recours aux prestations et aux dispositifs de droit commun, de parentalité, d’accès à la pratique sportive ou à la culture sont connues et identifiées. Mais avant d’appréhender les effets de la relégation sociale et urbaine dans les quartiers, il est important d’en comprendre les mécanismes profonds, souvent inscrits dans le temps long. Aborder la question des effets croisés relégation urbaine/ relégation sociale n’est pas simple. S’il y a consensus sur un certain nombre de difficultés d’ordre social, urbain ou sécuritaire, la complexité des dynamiques urbaines et sociales ne doit pas être minorée et les quartiers prioritaires de la politique de la ville et leurs habitants ne sauraient être vus uniquement sous le prisme de la relégation. Les quartiers prioritaires jouent encore pour une partie des habitants, un rôle de «dynamo sociale », qu’il convient de ne pas ignorer. Or, la politique de la ville oscille, depuis ses origines, oscille entre les pôles social, économique et urbain. Si l’on considère, à la suite de Pierre-Noël Denieul, que « le développement social se construit de manière très ciblée autour d’un groupe issu d’une population identifiée par des besoins et par une demande, ou autour d’une communauté d’action ou de voisinage spatialement circonscrite », ce n’est donc pas seulement une démarche qui permet une amélioration du « bien-être » et du vivre-ensemble, mais il contribue aussi directement à redynamiser les territoires en s’appuyant sur les ressources de l’environnement. Dans cette optique, il doit s’appuyer sur la participation de toutes et tous, sur les complémentarités existantes. Tout l’enjeu de la formation résidera dans la capacité à restituer et rendre intelligible le niveau d’enchevêtrement entre relégations sociale et urbaine, mais aussi les nuances qu’il est important d’apporter à l’ampleur des relégations, en fonction des territoires.

Les objectifs de la formation

  • Identifier les liens entre la restructuration urbaine et la lutte contre la ségrégation socio-spatiale
  • Mettre le projet urbain au service des enjeux sociaux et de cohésion sociale territoriale
  • Comprendre la diversité des enjeux et objets sociaux : occupation sociale, santé, scolaire, éducation, emploi, insertion, sûreté, etc
  • Connaître par l’intervention urbaine les leviers possibles pour agir sur ces phénomènes

Enseignants

Saïd Bechrouri, expert en politique de la ville, Copas

Marie Peretti-Ndyae, Sociologue-ethnologue, Copas

Dates de la formation

1er et 2 avril / Post-formation en distanciel : 3 mai

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

Depuis une dizaine d’années, une évolution sensible des démarches et des formes artistiques réinterroge et bouscule les politiques culturelles en France. La participation des habitants, le rôle des arts et de la culture en matière d’intégration sociale et la question de la démocratie restent d’une grande actualité.

Dans les quartiers populaires, où les populations se sentent parfois éloignées d’une culture traditionnelle perçue comme réservée aux élites1, cette question est d’autant plus prégnante. En outre, au-delà du seul enjeu de l’accès à l’art et à la culture, se pose celui de l’accès à toutes les démarches artistiques et culturelles. Sur le sujet, le constat est ambivalent : il est nécessaire de ne pas cantonner les quartiers populaires aux formes traditionnellement dénommées « urbaines », tout comme il est indispensable de reconnaitre que celles-ci témoignent de la vitalité culturelle des quartiers et de leurs habitants.

Ces diverses prises de conscience ont mené au développement d’initiatives variées ces dernières années, en s’appuyant sur les caractéristiques urbaines et territoriales des quartiers dits de « banlieues ». Confrontées aux dynamiques de renouvellement urbain créant d’importantes transformations en leur sein et révélant souvent des situations, transitoires, de friches, les quartiers ont ainsi accueilli des expériences artistiques et de nouveaux lieux, plus ou moins alternatifs ; cela leur valant le nom de « nouveaux territoires de l’art ».

Aussi, les quartiers populaires sont-ils des lieux de relégation culturelle où, ponctuellement, sont implantés des équipements emblématiques sensés masquer la réalité de la rupture sociale ? Ou au contraire, ne sont-ils pas des quartiers aux ressources infinies et inexploitées, à même de révéler de nouvelles formes d’art et de nouvelles démarches ?

Alors que la participation des habitants est devenue un incontournable réglementaire de la politique de la ville et du renouvellement urbain, la ressource « humaine » apparait par ailleurs comme un pilier pour le développement de projets culturels, la dynamisation de la vie sociale, et la construction de nouvelles images valorisées des quartiers.

Le présent module a pour objectif d’interroger la place de l’art et de la culture dans les quartiers, à la fois comme ressource, comme vecteur de transformation et comme support de vitalité et cohésion sociale. La place des habitants comme levier de promotion de ces nouvelles pratiques génératrices d’attractivité sera particulièrement investiguée. L’accent sera mis sur des expériences concrètes, portées par des professionnels engagés.

Les objectifs de la formation

  • Reconnaître la richesse culturelle et artistique dans les quartiers
  • Articuler projets culturels et artistiques avec une dynamique globale de transformation urbaine
  • Saisir l’art et la culture comme des vecteurs d’animation sociale en s’appuyant notamment sur les initiatives citoyennes

Enseignante

Anne-Katrin Le Doeuff, architecte-urbaniste, experte en renouvellement urbain, Espacité

Dates de la formation

2 et 3 juin / Post-formation en distanciel : 1 juillet

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021

De nombreux quartiers prioritaires sont en proie à un repli social corrélé à un repli qui prend appui sur la religion pour contester des règles de vie communément admises dans la sphère publique, ou dans les relations sociales.

Les acteurs locaux, acteurs de terrains comme les représentants des organismes HLM, les services des collectivités, les centres sociaux, les éducateurs, sont confrontés à des situations parfois très conflictuelles et à des pressions dans l’exercice de leur activité, liées à la prégnance de la religion. Celle-ci peut aller jusqu’à des comportements fondamentalistes ou sectaires.

Au regard des dysfonctionnements constatés, quels types d’interventions, à la portée du bailleur et des collectivités, sont envisageables ?

Sans apporter de réponses toutes faites, ce parcours vise à donner des outils pour penser le fait religieux dans les quartiers.

  • Aider les participants à décrypter des réalités sociales locales et à penser le fait religieux comme faisant partie du fonctionnement social des quartiers.
  • Explorer les freins à l’intégration et au développement des quartiers, que génère le repli social, le repli sur les origines, ou sur les identités et parfois sur la religion, à travers ses différents aspects et ses différents degrés d’affirmation.
  • Proposer des hypothèses sur des typologies de situations : différents aspects du fait religieux, différents degrés de repli social.
  • Interroger les leviers dont disposent les politiques et les professionnels pour agir.

Ce parcours propose 1 journée de formation et 5 ateliers de capitalisation afin d’approfondir l’analyse et les moyens d’actions sur la thématique. A l’issue des ateliers, une synthèse rédigée par l’enseignante rendra compte des travaux et sera mise à la disposition de tous.

L’enseignante

Laurence Dini, urbaniste, géographe et sociologue, Gérau Conseil.

Les dates du parcours

Journée de formation – le 9 mars (sur ZOOM)
Atelier de capitalisation 1 – Définition et cadrage – le 16 avril de 9h30 à 12h30 (sur ZOOM)
Atelier de capitalisation 2 – Diagnostic et indicateurs – le 19 mai de 9h30 à 12h30 (sur ZOOM)
Atelier de capitalisation 3 – Typologies – le 17 juin de 9h30 à 12h30 (sur ZOOM)
Atelier de capitalisation 4 – Stratégies – le 17 septembre de 9h30 à 12h30 (sur ZOOM)
Atelier de capitalisation 5 – Leviers d’action – le 14 octobre de 9h30 à 12h30 (sur ZOOM)

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé du parcours de formation

Bulletin d’inscription du parcours de formation