Un parcours certifiant composé de 12 modules (11 fléchés obligatoires et 1 au choix parmi l’offre de formation inter-acteurs) qui donne la possibilité au stagiaire de valoriser sa formation, lui reconnaissant l’acquisition des fondamentaux du renouvellement urbain.
Ce parcours peut être suivi sur deux années. A l’issue du parcours et avant certification, le stagiaire doit remettre une note personnelle (d’environ dix pages) faisant part des acquis de la formation en regard de ses compétences, de son expérience et de sa situation professionnelle.

Cette certification est validée par l’ANRU, le CGET, l’USH et la Caisse des Dépôts.

Liste des 11 modules fléchés obligatoires : 

1.1 : Les fondamentaux du management de projet

1.2 : L’art du management

1.6 : NPNRU : principes et mise en œuvre du RGA et Rfi

2.3 : Le marketing territorial

3.2 : Lire la ville : histoire et composition urbaine

3.5 : Maitriser la méthode projet appliquée à la gestion urbaine

3.9 : Transformer le quartier avec les outils d’aménagement

4.2 : Diversification de l’habitat

4.3 : Mixité sociale : égalité d’accès

5.1 : Le conseil citoyen dans la gouvernance de projet

Télécharger le bulletin d’inscription

 

L’expérience du premier programme a montré que la mise en œuvre de méthodes de «management de projet» constitue l’un des facteurs clés de la réussite d’un projet. Si les outils du management de projet (planning, organigrammes, etc.) sont aujourd’hui largement popularisés, les évolutions auxquelles ont fait récemment face le renouvellement urbain et la politique de la Ville, viennent les interroger et nécessite de «remonter d’un cran» pour comprendre les bases de l’analyse projet et développer des outils adaptés. Par ailleurs, les évolutions de la gouvernance locale et leurs impacts sur la transmission des savoirs ne doivent pas être négligés. Ce changement de perspective doit également permettre aux acteurs porteurs de ces démarches, de comprendre ce qui fait que la démarche «prend ou ne prend pas» et comment la mise en place des Conseils Citoyens constitue un nouveau défi dans la mise en œuvre des processus de décision.

Les objectifs du module

  • Comprendre les nouveaux impératifs managériaux liés à la complexité et la spécificité des projets de renouvellement urbain
  • Savoir identifier les différents acteurs et parties prenantes, les dispositifs leur permettant de se situer clairement par rapport aux autres et d’interagir utilement (notion de gouvernance du projet, mise en cohérence du système d’acteurs avec les modalités opérationnelles)
  • Acquérir les bases du management de projet
  • Savoir organiser un travail en «mode projet», en interne comme en externe
  • Connaître les outils et méthodes de management, savoir les adapter aux situations rencontrées et acquérir les bons réflexes pour structurer, planifier et coordonner les actions de chacun dans le cadre des NPNRU

Cette formation est inscrite dans le parcours certifiant aux fondamentaux du renouvellement urbain

Enseignante

Emilie Belval, Aménageur-Urbaniste, Directrice opérationnelle (Espacité)

Intervenants

un(e) Directeur(trice) Départemental(e) des Territoires; Un(e) chef(fe) de projets renouvellement urbain d’un organisme de logement social ; un(e) membre d’un conseil citoyen

Dates du module

23 et 24 septembre 2019

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

L’art du management : se diriger, diriger, travailler sur les situations au plus près de ce que vous vivez

Ce module permet la mise en pratique des démarches, méthodes et outils du management de projet. Il élargit cette mise en pratique au décodage des situations difficiles, fréquemment rencontrées dans le management de ces projets. Il apporte ainsi d’autres clés de lecture et de décodage des situations et permet de mesurer la puissance des démarches et outils du management de projet en termes concrets et humains: relation à l’autre, institutions et individus, COPIL et chef de projet, équipes projet, principe de subsidiarité… Il permet une prise de recul et de partage sur les situations difficiles que rencontrent les participants dans leurs projets. Il est centré sur le facteur humain qui, au-delà des méthodes et outils, fait qu’un projet «prend ou ne prend pas».

Les objectifs du module

  • Repérer la place de chacun et des partenaires dans le dispositif du projet et prendre de la distance par rapport à ces dispositifs
  • Comprendre d’où provient la complexité des situations (interactions, acteurs) et les analyser
  • Expérimenter des alternatives pour appréhender ces situations et savoir les raccrocher à des bases méthodologiques du management de projet.
  • Mesurer l’efficacité des démarches et outils du management de projets

Voir la video de présentation de la formation

Enseignants

Bruno Philippe, expert en management, Emilie et Natacha Moget, comédiennes ( LAM – L’Art du Management)

Animation pédagogique

l’outil du théâtre forum, inventé par Augusto Boal

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

Les logiques d’évaluation prévues par la loi Borloo, ont permis des analyses et jugements (ONZUS, Comité d’évaluation du l’ANRU) sur le pilotage des projets de renouvellement urbain et sur les moyens alloués à la rénovation urbaine, mais pas sur l’efficacité ou l’impact de la Politique de Rénovation Urbaine. Le suivi technique et financier ne peut seul suffire à l’évaluation de la mise en oeuvre du projet de renouvellement urbain. Pour accompagner la bonne mise en oeuvre du projet et renforcer ses effets il convient donc, en amont de l’évaluation, d’intégrer dans le pilotage de la mise en oeuvre des opérations, les impacts attendus. La formation consistera à accompagner les participants à définir, sur la base d’exemples présentés par les enseignants, des outils pour assurer le suivi, au fil de l’eau de la contribution des interventions du projet de renouvellement urbain à l’atteinte de chacun de ces objectifs.

Les objectifs du module

  • Réaliser un bilan problématisé des Politiques de Rénovation Urbaine à partir des résultats d’évaluation disponibles et en remettant en perspective les impacts avec les objectifs de la loi n° 2003-710 du 1er août 2003 d’orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine, dite «Loi Borloo»
  • Replacer le suivi et l’évaluation des Programmes de Rénovation Urbaine au cœur des projets de développement territorial:
    1. Outiller les collectivités, les services de l’État, les bailleurs sociaux et leurs principaux partenaires, au suivi opérationnel des projets de renouvellement urbain
    2. Faire émerger une culture de l’évaluation et l’inscrire dans une démarche de projet comme outil de pilotage et d’aide à la décision politique

Enseignant

Stéphane Durin, expert en politique de la ville, renouvellement urbain (Eneis)

Co-enseignants

Adrien Metzinger et Elisabeth Gavrilovic (Eneis)

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

Avec le développement du management de projet, les pratiques professionnelles se sont transformées. La séparation traditionnelle entre la conception et l’exécution est remise en cause et fait apparaître de nouvelles fonctions transversales, conduisant à la négociation permanente entre des professionnels différents, à la mobilisation sur des résultats plutôt que sur l’application de savoir-faire métiers et à de nouvelles relations interentreprises. Le management de projet est au cœur du fonctionnement des organisations. Il fait appel à de nombreuses compétences: du cahier des charges à la gestion budgétaire, en passant par la planification, le suivi, le contrôle, le management transversal, ou encore la communication vers toutes les parties prenantes…
L’animation des dynamiques collectives de projet, nécessite d’être pleinement efficace, fluide et interactive. Elle doit successivement produire de la participation, de l’adhésion, puis de la créativité, de l’émulation collective puis de la décision et de l’action. Il est plus que jamais nécessaire que les managers de projet maîtrisent les postures, tactiques et outils d’animation de dynamiques collectives.

Les objectifs du module

  • Définir les conditions de réussite des projets et maîtriser les outils du pilotage de projets permettant d’atteindre les objectifs
  • Maîtriser les outils d’animation des dynamiques collectives autour des projets
  • Maîtriser l’avant, le pendant et l’après réunion
  • Former les animateurs de réunion à la maîtrise de l’interactivité avec et entre les participants
  • Doter les participants d’outils favorisant la créativité, le consensus, la structuration des idées et opinions et la prise de décision

Voir la video de présentation de la formation

Enseignant

Thibaut Desjonquères, expert en politiques territoriales et urbaines (Pluricité)

Outils pédagogiques

une mallette «boîte à outils d’animation» est remise à chacun des participants

Dates

25 et 26 novembre 2019

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

Le nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) concourt à la réalisation des objectifs de la politique de la ville définis à l’article 1er de la loi. Pour ce nouveau programme impactant plus de 400 quartiers (216 quartiers nationaux – 220 quartiers régionaux) ont été affectés 10 milliards d’euros en équivalent-subvention. Le nouveau règlement général précise à la fois l’ambition attendue des projets, les possibilités de financement des opérations et les modalités de contractualisation entre le porteur de projet, l’ANRU et ses partenaires. La formation a pour objectif de préciser le contexte général du NPNRU par l’approfondissement de son règlement général et des modalités de financement du projet. Cette formation prend en compte les importantes évolutions apportées en 2018 sur le règlement général, le règlement financier et le cadre simplifié de validation et contractualisation des projets.

Les objectifs du module

  • Donner toutes les clés de lecture du règlement général et du règlement financier
  • Identifier les éléments incontournables attendus par l’ANRU et ses partenaires nationaux en vue de la contractualisation des projets
  • S’approprier les mécanismes financiers du NPNRU
  • Appréhender les temps forts du processus d’instruction des projets et connaitre le contenu des documents contractuels, en vue de faciliter les échanges et négociations avec les partenaires locaux et nationaux

Enseignants

Pierre-Jean Bauley, expert en management et renouvellement urbain et Coline Tibayrenc, experte en management et renouvellement urbain (Algoé)

Date du module

7, 8 et 9 octobre

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

Comprendre la nature du fonctionnement social et urbain d’un quartier. Connaître et analyser les effets de l’espace, de l’environnement, des modes d’organisation, des pratiques des acteurs et des politiques sur les processus sociaux.

Les objectifs du séminaire

  • Comprendre et s’approprier les valeurs et les grandes orientations qui fondent la politique de la ville et le développement social urbain
  • Savoir repérer les enjeux historiques et contemporains, comprendre le rôle des acteurs, clarifier les dispositifs
  • Transmettre des méthodes d’analyse de territoire, de diagnostic partagé, de participation des habitants et de conduite de projet complexe
  • Concevoir et appréhender des dynamiques nouvelles pour prendre en compte le fonctionnement social urbain

Enseignant principal

Patrick Norynberg (Empreintes Citoyennes)

Dates du module

28 et 29 novembre 2019

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

Le nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) entre progressivement en phase opérationnelle à partir de l’année 2019, après plusieurs années consacrées à la préparation des projets dans le cadre des phases de préfiguration. Ce moment charnière du passage en conventionnement implique, pour les différents maîtres d’ouvrage et services de l’Etat, l’appropriation de l’outillage permettant la préparation et l’exécution financières des projets d’intérêt national et régional. Cette formation prend en compte les évolutions apportées au NPNRU depuis l’ANRU 1 : Règlement Général (RGA) et Règlement Financier (RF) de 2018, remplacement progressif d’AGORA par l’outil IODA. La formation inclut des séquences de mise en pratique sur poste informatique.

Objectifs de la formation

  • S’approprier les principes et mécanismes financiers du NPNRU
  • Se familiariser avec les outils et leurs fonctionnalités, et comprendre leur vocation
  • Savoir préparer le volet financier des conventions de renouvellement urbain

Date

17 et 18 octobre 2019

Enseignants

Pierre-Jean Bauley, manager dans les missions d’organisation et de management de projets de renouvellement urbain, Algoé
Charlène Travers, consultante en management de projet de renouvellement urbain, Algoé

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

Le renouvellement urbain doit être l’occasion de densifier le tissu économique local, de faciliter l’accès à l’emploi (développement exogène) de créer des emplois et d’en faire bénéficier les populations locales (endogène). De nombreux acteurs sont concernés par le développement économique publics et privés, souvent avec des enjeux et logiques différents. Comment les réunir autour d’un projet ambitieux, partagé et porteur d’activités et d’emplois? Quels sont les leviers (intérêts communs) et actions à mettre en place pour ce faire? Comment mettre en cohérence et ainsi optimiser les moyens dédiés? In fine, est-ce le développement économique qui favorise le renouvellement urbain ou l’inverse? Bien évidemment les deux sont intimement liés et participent d’un processus dynamique…

Les objectifs du module

  • Construire une stratégie avec les acteurs publics et privés prenant en compte le potentiel du(des) territoire(s) et la gestion des relations entre activités, emplois et ressources humaines du territoire
  • Savoir soutenir l’initiative privée et «l’entreprendre» dans les quartiers
    Intégrer de nouveaux modes de développement économique vers l’économie de proximité
  • Savoir mettre en œuvre les clauses d’insertion dans une stratégie de développement de l’emploi dans les quartiers
  • Intégrer la place des quartiers populaires dans une stratégie économique d’agglomération

Enseignant principal

Michel David (Copas)

Co-enseignant

Christophe Simone (Copas)
Saïd Bechrouri (Copas)

 

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

L’économie est une donnée clé dans le changement d’image des quartiers et leur réintégration dans le système urbain. Cette notion d’activité dans les quartiers va au delà de l’usage des fonciers/immobiliers vacants, des commerces de proximité, de la question de l’emploi et au-delà de la seule échelle du quartier. Penser le développement économique de ces quartiers ne peut se faire de manière isolée dans une posture d’expert thématique. Ce n’est que dans une posture d’écoute et de co-construction que la résolution des problématiques des quartiers peut être envisagée dans un partenariat inscrit sur le long terme. Ce changement de posture implique de changer nos regards et de raisonner en potentiel de développement, de passer d’une logique de réparation à une logique de projet avec l’ensemble des acteurs publics et privés, les professionnels, mais aussi avec les habitants, acteurs majeurs, si nous voulons comprendre ce que font les gens réellement et de quoi ils vivent.

Les objectifs du module

  • Refixer le cadre des attendus de l’ANRU sur la question de la mixité fonctionnelle
  • Donner les repères essentiels de la construction d’une stratégie de développement économique et commercial
  • Comprendre ce que peut recouvrir la co-construction en matière de développement économique et commercial
  • Donner des éclairages sur des manières de faire, aujourd’hui, incontournables
  • Comprendre les bases des bonnes pratiques associées au montage d’opérations économiques et commerciales

Enseignantes

Virginie Mauz (Hank)

Aurélie Gagnepain (Hank)

Ce module comprend une visite de site

Dates du module

16 et 17 septembre 2019

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

Le module conjugue des problématiques de management et de développement économique. Il pose la toile de fond, les contextes à prendre en compte et les conditions d’une stratégie de “transformation”. Il ne s’agit pas de substituer une situation à une autre (ancien quartier-nouveau quartier), mais d’impulser et d’accompagner un processus de transformation dont les agents majeurs, déterminants, sont les habitants et les acteurs économiques, avec un souci d’empowerment. Les ambitions doivent être mesurées à l’aune des potentiels d’action des uns et des autres plus que des capacités d’investissement. Changer de paradigme, repositionner le quartier dans une vision nouvelle de l’agglomération, repérer les potentiels de projets et d’acteurs, sont les différentes approches permettant de réunir question sociale et questions économiques. Les mécanismes actuels de polarisation et d’exclusion sont aussi pénalisants pour les entreprises que pour les personnes, tandis que le rejet de l’activité économique des espaces de vie renforce l’abstraction du travail.

Les objectifs du module

  • Comprendre les liens entre développement économique, évolutions sociales et cycles urbains et le rôle du marketing urbain pour l’élaboration et la mise en œuvre de projets cohérents
  • Identifier les mécanismes de l’économie urbaine et du développement économique territorial sur lesquels s’appuyer pour construire des stratégies d’actions aux bonnes échelles territoriales
  • Explorer le nouveau principe de « compétitivité inclusive » : comprendre son enjeu et identifier les leviers opérationnels d’action

Enseignant principal

Patrice Noisette (Professeur à l’ESSEC)

 

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

La mobilité peut se définir théoriquement comme la réalisation d’activités, au plan spatial et temporel, reflétant le niveau d’insertion sociale et d’intégration urbaine d’un individu ou d’un groupe social particulier. Elle ne se limite donc pas à la notion de moyens de déplacements physiques mais peut aussi être approchée par les volets de l’insertion sociale, de l’organisation urbaine (localisations services/emplois/habitat) voire de dimensions économiques et cognitives. Pour les quartiers en renouvellement urbain, la réussite des projets se mesurera à la fois à la question de l’intégration des quartiers à la ville et aux possibilités données aux habitants de sortir de leur quartier. Pour autant là aussi, la mobilité ne peut se limiter à la question des déplacements ou des transports urbains, elle renvoie bien au rapport de la personne au territoire, au rapport de la personne à son quartier, l’enclavement de celui-ci venant conforter le sentiment de relégation.

Les objectifs du module

  • Intégrer les problématiques de la mobilité dans le processus de construction de la stratégie urbaine
  • Acquérir les compétences utiles à la hiérarchisation des priorités conjuguées dans le plan d’action
  • Etre en mesure de formuler une commande correcte et opérationnelle auprès des bureaux spécialisés pour que les réponses soient cohérentes avec la stratégie générale, le plan de mise en oeuvre
  • Savoir lire et esquisser une carte des mobilités dans la dynamique du territoire, en prospective à moyen et long terme, en cohérence avec les différentes échelles du bassin de vie, de l’agglomération, de la ville et du quartier

Enseignants principaux

Jean Werlen (Urbitat+) et Samuel Maillot (Roland Ribi & Associés)

Dates du module

26 et 27 novembre 2019

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

Qu’appelle-t-on aujourd’hui composition urbaine? Dans quel cadre théorique et réglementaire peut-elle s’appliquer? Quelles en sont les qualités attendues, les limites… L’espace public, lieu par excellence des usages en est-il l’enjeu majeur? La composition peut-elle devenir ce moyen privilégié (par la reconquête de l’espace public) de l’exercice de la démocratie? Comment le projet de renouvellement urbain interpelle, (re)visite cette question de la composition?

Les objectifs du module

  • Comprendre, les principes clés de la composition urbaine, et leur mise en oeuvre dans le projet de renouvellement urbain
  • Analyser les «incontournables» du projet de renouvellement urbain et leurs applications sur chaque territoire, et sur chacune des thématiques urbaines
  • Comprendre, mettre en œuvre une nouvelle démarche d’aménagement urbain contextualisée au regard du projet de transformation du quartier
  • Hiérarchiser les enjeux

Voir la video de présentation de la formation

Enseignants

Jean Werlen (Urbitat+) et Chantal Talland (Ecole du Renouvellement Urbain)

Ce module comprend une visite du quartier de la Plaine Saint-Denis

Date du module

23 et 24 septembre 2019

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

Intégrer la dimension paysagère dans le projet urbain permet aussi d’interroger ou de réinterroger un certains nombres d’acquis et de savoir-faire autour de six grandes questions: le paysage comme élément de patrimoine, identité du grand ensemble et corollaire du cadre bâti, le paysage et la qualité de l’espace public (composition urbaine, ambiances et ressenti),  le paysage et l’environnement du logement, comme partie de l’attractivité recherchée,  la «nature» en ville et près de chez soi – entre attentes, représentations et démarches environnementales, les enjeux de gestion urbaine mais aussi l’attention aux usages et aux modalités d’appropriation, enfin le paysage et ses continuités, pour dépasser l’échelle du PRU et construire de nouveaux liens territoriaux. Sujet d’actualité, l’approche paysagère peut ouvrir sur d’autres filiations, comme celles des projets d’éco-quartier et le développement de l’agriculture urbaine porté actuellement sur différents territoires.

Les objectifs du module

  • S’interroger sur la construction d’une démarche paysagère dans le projet de renouvellement urbain dans sa capacité à produire un projet territorial
  • Identifier les « outils », de la mise en œuvre au suivi, et les conditions de la réussite (programmation adaptée, concertation et co-production, domanialités et modes de gestion)

Enseignante

Véronique Navet (Atelier Ruelle, Grand prix de l’Urbanisme 2015)

 

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

La gestion urbaine de proximité (GUP) est une dimension importante des projets de renouvellement urbain, formalisé par une convention de gestion urbaine de proximité, porteuse d’une dynamique interpartenariale basée sur l’articulation et la coordination des interventions de chacun au service de l’amélioration du cadre et des conditions de vie des habitants des quartiers. La gestion urbaine de proximité est un enjeu essentiel pour la réussite des projets de renouvellement urbain et la pérennisation des investissementsengagés. Elle nécessite une coopération renforcée entre les différents acteurs impliqués.

Les objectifs du module

  • Resituer l’importance de la gestion urbaine dans le fonctionnement social urbain d’un territoire et comprendre les difficultés des démarches de gestion urbaine
  • Identifier les conditions préalables au bon engagement d’un projet de gestion urbaine en particulier au plan de son périmètre et d’une gouvernance associant le conseil citoyen
  • Maîtriser la méthode projet appliqué à la gestion urbaine: les étapes de son déroulement, leur contenu et les outils permettant de les conduire
  • Identifier les spécificités du projet de gestion d’un site en renouvellement urbain

Dans ce module sera effectué un diagnostic en marchant dans le quartier de la Villette. 

Voir la video de présentation de la formation

Enseignant

Jean Bouvier, socio-économiste, expert en gestion urbaine

Dates du module

28 et 29 octobre 2019

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

Le règlement de l’ANRU définit (art 5.1 du RGA) quelques grands attendus quant au futur projet de gestion partenariale qui doit accompagner les projets de renouvellement urbain. Beaucoup de ces attendus ont en commun d’interroger la capacité d’anticipation de la gestion urbaine renégociée à l’occasion du renouvellement urbain, pour une gestion adaptée. Aussi la formation se propose d’explorer sous différents angles cette question de la nécessité d’anticipation pour la gestion urbaine: pour les futures responsabilités de gestion à la faveur de l’évolution des domanialités, sur la soutenabilité financière des modalités de gestion, sur les conditions d’appropriation des espaces par les habitants et sur l’encadrement des nuisances liées aux chantiers.

Les objectifs du module

  • Savoir anticiper, adapter les futures responsabilités de gestion à la faveur de l’évolution des domanialités
  • Comprendre les effets de ces nouvelles modalités de gestion sur la soutenabilité financière des organismes et des collectivités
  • Rechercher les conditions d’appropriation des espaces par les habitants à travers leur implication dans les projets
  • Anticiper l’encadrement des nuisances liées aux chantiers

Ce module comprend différentes études de cas et illustrations

Dates du module

14 et 15 novembre 2019

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

Le secteur de l’aménagement urbain pèse de manière importante sur l’empreinte environnementale de la planète, mais dispose également de marges de manoeuvre considérables pour transformer ses impacts environnementaux, économiques et sociaux. À l’échelle des quartiers, il s’agit autant de contribuer aux objectifs nationaux de réduction des émissions des gaz à effet de serre et de préservation de l’environnement que de favoriser l’augmentation du reste pour vivre des habitants par la diminution des dépenses contraintes, d’améliorer la qualité de vie des habitants et de promouvoir un développement économique endogène. C’est pourquoi la transition écologique des quartiers constitue un enjeu majeur du renouvellement urbain qui fait figurer l’efficacité énergétique et la transition écologique des quartiers parmi les objectifs prioritaires des projets de renouvellement urbain.

Les objectifs du module

  • Aider les acteurs de la Politique de la Ville, du Renouvellement Urbain  à intégrer de manière opérationnelle les enjeux de la transition écologiques à leurs pratiques.
  • Comprendre la place de l’usager dans le processus de transition écologique.
  • Appréhender les effets de la transition écologique des quartiers sur les pratiques individuelles et collectives.
  • En plus des aspects méthodologiques commun au management environnemental le module traitera de manière spécifique les sujets de la transition énergétique, la gestion alternative du cycle de l’eau, l’économie circulaire et la gestion durable des déchets, la préservation de la biodiversité et la mise en valeur des services écosystémiques

Enseignante

Loubliana Petroff (Louping)

Intervenants

Un(e) représentant(e) d’un organisme de logement social et d’une collectivité locale; un sociologue expert des sujets environnementaux

 

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

Depuis ses débuts,  la politique de renouvellement urbain des quartiers d’habitat social est l’objet d’un débat critique : croit-on pouvoir construire un « remède urbain » à des problèmes sociaux ou devons-nous plutôt renforcer la capacité à faire des quartiers des « machines sociales » à intégrer ?  
Pour sortir de ce clivage entre « le social » et « l’urbain », il est nécessaire de réinterroger la dimension sociale des projets urbains.  

Les objectifs du module

  • Comprendre en quoi les facteurs urbains participent-ils à la crise des quartiers et à la relégation sociale de leurs habitants ?
  • Identifier les liens entre la restructuration urbaine des quartiers et la lutte contre la ségrégation urbaine et pour la diversification sociale ?
  • Quel niveau de transformation urbaine faut-il mettre en œuvre pour en finir avec le marquage social qui colle à ces quartiers ?

Enseignant

Frédéric Winter, Architecte-urbaniste, Directeur des Politiques Sociales de Paris Habitat

Co-enseignants

Daniel Pinson, Architecte et professeur émérite laboratoire LIEU, Aix Marseille université
Stéphane Füzessery , Architecte et professeur agrégé d’histoire
Christophe Noyé , Géographe, Cf géo
Florence Imbert, Directrice, Cronos Consultant 

La bibliographie de la formation

 

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

Daniel Pinson. La monumentalisation du logement, l’architecture des ZUP comme culture. Les Cahiers de la recherche architecturale / Les Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, Paris : Ed. du patrimoine, 1996, pp.51-62. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00789404/document

 

Daniel Pinson. Les grands ensembles comme paysage. In Robert Escallier. Paysages urbains (XVIe-XXe Siècles), CMCC (Centre méditerranéen de Culture contemporaine, Université de Nice Sophia Antipolis), p.157-178, 2000. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00905266/document

 

Stéphane Füzesséry, « Les grands ensembles : généalogie d’un rejet », Métropolitiques, 2 octobre 2015. https://www.metropolitiques.eu/Les-grands-ensembles-genealogie-d.html

 

Camille Canteux : Filmer les grands ensembles. Villes rêvées, villes introuvables : une histoire des représentations audiovisuelles des grands ensembles, milieu des années 1930 – début des années 1980) https://www.canal-u.tv/video/chs/filmer_les_grands_ensembles.35843

 

Christine Lelévrier, « Rénovation urbaine et trajectoires résidentielles : quelle justice sociale ? »,Métropolitiques, 12 mars 2018. https://www.metropolitiques.eu/Renovation-urbaine-et-trajectoires-residentielles-quelle-justice-sociale.html

Les objectifs du module

  • Connaître le cadre juridique de l’aménagement dans les projets de renouvellement urbain
  • Connaître les spécificités d’aménagement des projets de renouvellement et les outils
  • opérationnels
  • Identifier les différentes étapes de l’aménagement : de la stratégie à la réalisation du projet
  • Connaître les modalités de financement de l’aménagement

Enseignant

Gérard Le Bihan, Architecte-urbaniste

 

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

Les objectifs du module

  • Identifier et se situer dans les enjeux de l’urbanisme transitoire au regard du NPNRU
  • Identifier les modalités de mise en oeuvre d’un chantier ouvert (pilotage, financement, temporalités, jeux d’acteurs, réglementation…)
  • Inscrire l’urbanisme transitoire dans une stratégie de moyen terme

Enseignantes

Laure Gayet, urbaniste et chefs de projets culturels, atelier Approches !
Kelly Ung, urbaniste et architecte, atelier Approches !

Dates

5 et 6 décembre 2019

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

 

Les questions de sûreté sont devenues assez prégnantes pour les acteurs de la ville ou de l’habitat, et par extension pour ceux du renouvellement urbain. Le double phénomène de diffusion des problématiques d’intranquillité et par ailleurs d’enracinement de troubles graves de tranquillité publique dans nombre de quartiers, entraînent une forte (et confuse) demande sociale de sécurité. Ainsi le risque émerge, à travers les réponses appelées, d’adopter des postures dures nourries des situations les plus critiques, qui engourdissent souvent les acteurs publics, au détriment d’une majorité de situations pour lesquelles des réponses plus souples sont encore largement « praticables ».

Certaines configurations spatiales ou ambiances urbaines ou résidentielles, des déficits de gestion ou d’animation contribuent d’évidence à l’installation de stratégies délinquantes ou au déploiement d’incivilités et de détournements d’usages tout autant qu’à des replis, évitements ou abandons des usagers en réponse au caractère anxiogène des lieux. Si la démonstration du lien entre Espace et Sécurité n’est plus à faire, ce lien reste encore très inspiré de la figure de la Protection (conception de la forteresse développée dans l’urbanisme des stades, des aéroports, des équipements publics sensibles, des centres commerciaux…) et par la question de l’Ouverture-Fermeture, et à travers ces deux éléments une fausse croyance que Protéger c’est Sécuriser.  Tous les acteurs de la sécurité, de l’urbain, de l’habitat mesurent bien l’erreur de lecture !

Si la logique de protection se comprend pour un bon nombre d’espaces fermés, notamment ceux à risques identifiés ci-avant, l’extension de cette seule logique à des espaces ouverts (urbanisme défensif) est bien plus délicate ou contre-productive. En effet, réunir les conditions d’une dynamique vertueuse de sécurité dans des espaces urbains ou résidentiels suppose un autre pari, celui de l’urbanité, de l’animation, du confort d’usages donc des aménités et de la qualité des ambiances, mais aussi de l’exigence de gestion. La formation vise également à explorer le triple enjeu de la Conception, de l’Animation et de la Gestion des espaces pour concilier toujours plus Urbanité et sécurité et ne surtout pas dissocier Qualité et Sûreté des espaces urbains dans les réponses élaborées.

Par ailleurs au-delà du « spatial », des démarches intéressantes existent pour faire face aux situations rencontrées.
Des bailleurs (ou groupements de bailleurs) se dotent de plans stratégiques pour définir des postures collectives, renégocier des partenariats opérationnels ou s’engager sur les terrains de la médiation.
Des collectivités initient des démarches nouvelles de coproduction de la sécurité, investissent des sujets émergents tels ceux du genre dans l’espace public ou de la radicalisation ou revisitent les cadres de la prévention de la délinquance ou les partenariats locaux de sécurité… Bref chacun tâtonne ou s’organise pour retrouver sa capacité à peser sur les situations ou construire les progrès collectifs indispensables!

Les objectifs du module

  • Anticiper les enjeux de sécurité dans les productions urbaines et architecturales et notamment celles issues des théories de la prévention situationnelle
  • En terme de programmation urbaine, mesurer les usages, les potentiels des lieux afin de ne pas se limiter à des réponses uniquement défensives
  • Dans le processus du projet urbain, apprendre à faire converger les différentes stratégies d’acteurs
  • Valoriser les différentes initiatives partenariales agissant dans ce domaine

Enseignant

Eric Amanou, socio-urbaniste spécialiste des grands ensembles, La condition Urbaine

 

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillée de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

Pour s’engager dans les projets du nouveau programme national de renouvellement urbain et se donner toutes les chances de réussite, il est essentiel que l’ensemble des acteurs impliqués dans la gouvernance et la mise en œuvre de ces derniers aient une bonne connaissance et compréhension des organismes de logement social, de leur fonctionnement et systèmes de contraintes, y compris pour étudier les moyens de les dépasser. Cela est d’autant plus nécessaire dans un contexte marqué par d’importantes évolutions législatives et réglementaires qui impactent directement les organismes mais aussi leurs partenaires et répondent, pour certaines, aux mêmes objectifs que ceux du renouvellement urbain notamment : mixité sociale dans les quartiers, qualité et performances du parc social.

Les objectifs du module

  • Mieux appréhender le fonctionnement et les spécificités du secteur Hlm et des opérateurs sociaux
  • Intégrer les nouveaux enjeux auxquels doivent faire face les acteurs du logement social liés aux évolutions législatives et règlementaires récentes
  • Mesurer les impacts du renouvellement urbain sur le secteur
  • Développer la capacité de dialogue et de partenariat avec les acteurs du logement social

Voir la vidéo de présentation de la formation

Enseignante

Fanny Lainé-Daniel, socio-urbaniste

Co-enseignants

Christophe Noyé (Cf Géo)
Jean-Marie Paris (Cabinet CQFD)
Jean-Pierre Troche (Ville et Habitat)

Intervenants

Un(e) responsable d’un organisme de logement social

Dates du module

9 et 10 octobre 2019

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

Diversifier l’habitat dans les quartiers en renouvellement urbain est un des objectifs incontournables du projet pour les quartiers en renouvellement urbain. Elle doit être recherchée au sein du quartier pour favoriser les parcours résidentiels positifs, pour répondre aux attentes des habitants et permettre l’accueil de catégories de populations différentes, en particulier des salariés. Cette diversification peut être mise en œuvre par la construction de logements privés (y compris en accession sociale) mais aussi au sein du parc de logement locatif social. La diversification de l’habitat est aussi un levier pour permettre le rééquilibrage du parc social à l’échelle de l’agglomération.

Les objectifs du module

  • Comprendre les enjeux de la diversification de l’offre d’habitat en relation avec les enjeux de mixité sociale
  • Savoir prendre en compte ces enjeux aux différentes échelles de projet: programmation de l’offre des opérations de renouvellement urbain à l’échelle des quartiers articulation avec la mise en oeuvre des PLH-I
  • Donner les clefs et les points de vigilance permettant de formuler, sur un territoire, une véritable stratégie de diversification de l’offre d’habitat
  • Connaître les outils opérationnels de la diversification de l’offre en production de l’offre nouvelle et en requalification de l’existant
  • Savoir articuler la «feuille de route habitat» d’un projet de renouvellement urbain avec la mise en œuvre du PLH-I

Enseignant

Jean-Pierre Troche, architecte-urbaniste, expert en politiques de l’habitat (Ville & Habitat)

Co-enseignants

Christophe Noyé (Cf Géo), Simon Goudiard (Adéquation), Emilie Saint-Macary et Gilles Kahn (Ville & Habitat)

Dates du module

21, 22 et 23 octobre 2019

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

Réunir les conditions d’un meilleur équilibre territorial, plus particulièrement dans les quartiers en renouvellement urbain, et de l’égalité d’accès au parc social nécessite de comprendre comment il est possible de faire tenir ensemble mixité et droit au logement.  Cela  demande de bien connaître le cadre législatif et réglementaire pour en saisir à la fois l’esprit mais aussi les attendus opérationnels. Ce premier cadrage établi, il est nécessaire d’appréhender et d’explorer les logiques de spécialisation à l’œuvre et spécifiques à chaque territoire. La mise en œuvre d’une politique d’attributions visant un meilleur équilibre social reste fortement contrainte par la structure du parc, sa répartition et les écarts de loyers entre les différents segments, le profil des demandeurs… Socle de la réflexion sur les orientations et les actions à mener, le diagnostic doit permettre d’identifier les logiques à l’œuvre et de préciser, les enjeux de peuplement et les marges de manœuvre pour définir une stratégie et des objectifs opérants mobilisant différents leviers: offre, attributions, accompagnement social. Enfin, il importe que les acteurs soient en mesure de traduire leurs enjeux et leurs objectifs dans le format particulier des documents attendus par la loi: Document-cadre d’orientations d’attribution, Convention Intercommunale d’Attribution (CIA) et de veiller à l’articulation de cette politique d’attributions avec d’autres politiques (PLH dans son versant programmation de l’offre; politique de la ville, politique de déplacements urbains, etc.) et documents associés, notamment le PPGDID qui participe (dans le cas de la mise en place de la cotation) ou conditionne (la gestion partagée) la politique d’attribution.

Les objectifs du module

  • Définir une politique d’attribution répondant aux nouvelles exigences sociales et réglementaires, tout en veillant aux équilibres de peuplement
  • Définir une stratégie d’équilibre territorial au regard des composantes des quartiers, de leurs fonctions et rôles dans la dynamique territoriale
  • Définir une méthode partenariale de construction de trajectoires résidentielles, en cohérence avec
    les autres stratégies territoriales, politiques de l’habitat et stratégie de relogement.

Enseignant

Francis Rathier, sociologue, expert en politiques de mixité sociale (Bers)

Co-enseignants

Fanny Lainé-Daniel et Christophe Noyé (Cf Géo)

Dates du module

4, 5 et 6 novembre 2019

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

Le relogement est une des principales conséquences des opérations qui portent sur le renouvellement ou la restructuration lourde des logements. Dans le cadre du NPNRU, le choix a été fait de laisser aux porteurs de projet la responsabilité de décliner opérationnellement les objectifs «parcours résidentiel, mixité sociale, insertion sociale» et de les traduire en indicateurs de suivi permettant d’apprécier la qualité des relogements. De plus, depuis la loi Égalité et Citoyenneté, le relogement est un des aspects de la politique plus générale portant sur les attributions qui doit être élaborée par les EPCI.

Enfin, le relogement s’inscrit dans une stratégie «habitat» plus large que la collectivité construit, puis met en œuvre à travers la convention pluriannuelle: reconstitution de l’offre, requalification, diversification… Cette complexité des opérations de relogement impose tout au long de l’opération la construction d’outils visant à coordonner ces trois dimensions. Comprendre leur objet, définir les conditions de leur construction et leur contenu, assurer leur actualisation… tels sont les objectifs de la formation.

Les objectifs du module

  • Définir une politique de relogement en cohérence avec la fonction du quartier et les enjeux de mixité sociale
  • Faire de la politique de relogement un enjeu dans le développement des politiques sociales
  • Conjuguer stratégie de relogement et stratégie de mobilité dans la construction de parcours résidentiel
  • Impliquer l’ensemble des acteurs dans la construction de ces stratégies
  • Replacer le relogement dans les dynamiques résidentielles plus larges: mobilités résidentielles
  • Connaître les bases de données mobilisables et les outils de suivi
  • Déterminer les outils à mettre en place en fonction du contexte local

Enseignant

Christophe Noyé, géographe (Cf Géo)

Co-enseignants

Fanny Lainé-Daniel; Alice Collet (Anru); Christine Lelévrier (IUP/UPEC); Sébastien Horau (Eohs); Francis Rathier (Bers)

Intervenants

Un(e) responsable d’une collectivité locale et d’un d’organisme de logement social

Dates du module

2, 3 et 4 décembre 2019

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

Dans le cadre du NPNRU, la stratégie de relogement et les modalités d’accompagnement social devront être précisées dans la Convention Intercommunale d’Attributions (CIA), en cohérence avec les politiques intercommunales d’attribution pilotées par les EPCI. Cette convention sera annexée à la convention de renouvellement urbain.
Le relogement constitue un volet essentiel de l’évaluation de l’impact social des projets de renouvellement urbain. Afin de faciliter le suivi des opérations de relogement, tout comme dans le PNRU, l’USH met à disposition des organismes Hlm l’outil RIME, actualisé, en conformité avec le nouveau règlement général de l’ANRU. Les données de l’outil RIME sont des informations indispensables pour objectiver les résultats, apprécier la qualité des opérations en termes de mobilité des ménages, de possibilité offerte d’accéder à un logement neuf ou conventionné de moins de 5 ans hors QPV.

Les objectifs du module

  • Comprendre et savoir utiliser l’outil RIME
  • Savoir vérifier l’atteinte des objectifs et des engagements pris dans la convention de renouvellement urbain pluriannuelle.
    Un ordinateur sera à disposition pour chacun des stagiaires

Enseignant

Emmanuel Ricard (EOHS)

Intervenants

Un(e) intervenant(e) de l’ANRU et/ou de l’USH

Dates du module

5 décembre 2019

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

L’élaboration de stratégies d’intervention en direction du parc en copropriétés récentes (soit d’après 1948) constitue de plus en plus une composante majeure, voir essentielle  de très nombreux projets de renouvellement urbain.

Cet enjeu est fortement mis en évidence dans le cadre de la mise en œuvre du NPNRU : 153 quartiers sont ainsi identifiés avec des problématiques de copropriétés dont 88 avec des enjeux majeurs induisant des interventions de redressement et ou de recyclage. Dans le cadre du plan initiative copropriétés 684 copropriétés représentant 56 000 logements et situés à 90% en territoire NPNRU sont identifiées en difficulté dont une centaine très dégradées.

Les stratégies, outils et procédures à mettre en œuvre sont divers, souvent complexes et nécessitent la réalisation de diagnostics pertinents, l’élaboration de stratégies d’intervention adaptées, la mise en place d’outils de pilotage de projet spécifiques et la mobilisation de partenariats particuliers.

Les objectifs du module

  • Comprendre les enjeux des interventions publiques sur les copropriétés en difficulté et cerner les méthodes et outils d’analyse permettant la compréhension des mécanismes de déqualification à l’œuvre
  • Connaître les dispositifs et les outils d’intervention mobilisables spécifiques au redressement et/ou recyclage des copropriétés récentes en tenant compte des évolutions législatives et règlementaires : dimensions juridiques, opérationnelles, financières ; positionnement des différents acteurs dont maîtrise d’ouvrage privée
  • Cerner les différentes stratégies et modalités d’intervention sur les copropriétés dans le cadre de projets de renouvellement urbain : graduation, positionnement des différents acteurs, gouvernance, outils mobilisables et actions transversales telles que le portage…
  • Préciser le contexte d’intervention autour de la mise œuvre du NPNRU et du plan initiative copropriété: le rôle respectif de l’ANRU et de l’ANAH et les financements mobilisables.

Voir la vidéo de présentation de la formation

Enseignante

Marie-Annick Lannou, consultante experte des dispositifs d’intervention en direction des copropriétés dégradées

Co-enseignantes

Jean-Pierre Troche, architecte-urbaniste, expert en politiques de l’habitat (Ville & Habitat)

Intervenants

Un(e) intervenant(e) de l’ANRU et un(e) intervenant(e) de l’ANAH.

Dates du module

7 et 8 novembre 2019

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

Le Programme National de Requalification des Quartiers Anciens Dégradés a permis d’expérimenter des dispositifs d’intervention et préfigurer les questions à traiter au niveau du NPNRU. Les limites et les difficultés rencontrées sur certain PNRQAD sont riches d’enseignements et dessinent en creux les questions opérationnelles qui doivent être posées au cours du module. De nombreux quartiers anciens dégradés sont aussi situés dans le contexte particulier des territoires à marché détendu ce qui suppose une recherche particulière d’adaptation des outils d’intervention. Les outils et procédures à mettre en œuvre sont très divers (ORHI,THIRORI, OPAH, Travaux sous DUP, etc.), souvent complexes à maîtriser et fréquemment mal connus des acteurs du renouvellement urbain. Ils nécessitent la réalisation de diagnostics pertinents, l’élaboration de stratégies d’intervention et de financement adaptés et fortement articulés avec les interventions urbaines, commerciales, etc. Dans le contexte du NPNRU, l’ensemble de ces interventions va s’inscrire dans la mise en œuvre de la convention ANAH/ANRU, signée en novembre 2014.

Les objectifs du module

  • Comprendre, savoir analyser dans le contexte d’un projet de renouvellement urbain les enjeux d’intervention en direction du parc privé: traitement de situations dégradées, utilisation d’outils coercitifs, accompagnement incitation et financement de requalifications lourdes, traitement des enjeux sociaux, mise en place d’outils d’accompagnement et de prévention, repositionnement sur le marché local de l’habitat
  • Élaborer une stratégie d’intervention en s’appuyant sur les diagnostics pertinents
  • Connaître les dispositifs d’intervention possibles et la boîte à outils des procédures et financements: les dimensions juridiques et opérationnelles des différentes procédures, les montages et les financements possibles
  • Préciser le contexte d’intervention autour de la mise œuvre du NPNRU et des protocoles de préfiguration. Rappeler les fondamentaux structurants les opérations de renouvellement urbain et de l’ANRU

Enseignants

Guillaume Bourlier, Consultant expert concernant les dispositifs d’intervention en direction du parc privé (Dévelop’toit)
Jean-Pierre Troche, Architecte-Urbaniste, expert en politiques de l’habitat (Ville & Habitat)

Dates du module

14 et 15 novembre 2019

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

Ce module est centré sur la problématique du renouvellement urbain en territoire détendu avec les implications sur la stratégie de l’habitat et la conception de projets urbains. À l’échelle macro-territoriale, les recompositions économiques se traduisent par des recompositions territoriales et sociales dont l’effet le plus marquant est la métropolisation (concentration de l’emploi qualifié notamment, dynamisme démographique, marché immobilier tendu). À l’inverse un grand nombre de territoires détendus, qui ne sont plus attractifs, sont soumis à un processus de déclin démographique et de resserrement urbain.
Les problématiques et les méthodes de renouvellement urbain peuvent-elles dès lors être les mêmes dans ces territoires et dans les marchés tendus?  Ce module se propose d’aborder les spécificités de ces territoires en les replaçant dans les dynamiques territoriales plus vastes (effet de la métropolisation), puis en soulignant leurs caractéristiques propres (marchés de l’habitat, besoins persistants en logement malgré la détente, phénomènes démographiques, économiques, spécificités urbaines…), enfin, en examinant les stratégies qui peuvent s’appliquer dans ces contextes, selon les logiques des acteurs en place. Une typologie de situations de territoires détendus est proposée.  La stratégie de l’habitat (et de l’habitat social plus particulièrement) sera mise en perspective à une échelle plus large, analysée, croisée avec les phénomènes de déclassement urbain, de rejet de certaines formes urbaines, de dévitalisation des centres villes et de péri urbanisation.  Le mode opératoire du renouvellement urbain est interrogé dans ces contextes: l’importance des démolitions, l’ambition des réhabilitations, le niveau et la localisation de la reconstitution de l’offre, le remaillage urbain, la diversification, la mutabilité foncière, toutes ces approches seront confrontées à des problématiques et des modes opératoires différents.

Les objectifs du module

  • Caractériser et décrire les différents types de territoires détendus
    Souligner les contraintes d’un marché de l’habitat détendu, notamment pour le développement ou la requalification de l’habitat social
  • Définir les contours d’une stratégie et d’une programmation de l’Habitat dans ces contextes. Fournir des argumentations
  • Définir les spécificités d’une stratégie de renouvellement urbain dans ces territoires. Quel sens particulier donner aux principes de mixité sociale, renouvellement, diversification, …?
  • Évoquer les problèmes spécifiques du parc privé en parallèle du parc social: quels outils spécifiques?
  • Présenter les orientations de projet urbain et les leviers opérationnels envisageables, notamment au plan de la conception du projet en quartier détendu

Enseignante principale

Laurence Dini, urbaniste (Gerau Conseil)

Co-enseignants

Cécile Bouclet (Codra), Christophe Noyé (cf Géo) et Véronique Navet (Atelier Ruelle)

Intervenants

Des représentants d’organisme de logement social

 

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

La diversification de l’offre d’habitat dans les quartiers est le premier objectif incontournable du NPNRU. Outre le recours à la démolition-reconstruction et au développement d’une offre neuve d’habitat, la transformation du parc existant est un levier prépondérant pour l’atteinte de cet objectif. Via des scénarios d’intervention différenciés selon la qualité initiale du parc, son potentiel à moyen-long terme, ou encore l’articulation avec le projet urbain, il s’agit ainsi de recréer une une diversité de loyers; une diversité typologique; une diversité dans la forme urbaine et architecturale. Par ailleurs, l’amélioration de la performance énergétique des logements, tant pour limiter l’impact de celle-ci sur les charges supportées par les habitants que pour contribuer à la transition écologique des quartiers, se doit également d’être au cœur des nouveaux projets de renouvellement urbain. L’attention particulière apportée par l’ANRU et ses partenaires à la qualité des réhabilitations-résidentialisations dans le cadre du nouveau programme oblige à définir les stratégies d’intervention précises et justifiées et à se doter d’outils d’analyse et d’aide à la décision adaptés.
Le présent module a pour objectif de donner les clés de lecture de ces stratégies patrimoniales, et de faciliter leur élaboration partagée et intégrée avec les différents volets du projet (urbain, social et économique).

Les objectifs du module

Inscrire la mise en place de stratégies d’intervention dans le parc social existant dans la stratégie globale de renouvellement urbain
Maîtriser les instruments d’aide à la décision guidant les choix des maîtres d’ouvrage immobiliers et urbains dans leurs programmes de réinvestissement au sein du parc social ancien
Connaître et prendre en compte les contraintes et les leviers permettant de réinscrire les patrimoines réhabilités dans une trajectoire de valorisation durable
Animer le système d’acteurs contributifs des décisions impactant les réinvestissements sur le parc ancien: porteur de projet, architecte-urbaniste, organismes HLM, habitants…

Enseignante

Laure Nicolas, urbaniste et juriste (Espacité)

Intervenants

Des représentants d’organisme de logement social

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

Dans un contexte général de fragilisation socio-économique de la population et de montée des prix immobiliers, l’accès au logement de tous reste, à l’échelle nationale, un enjeu central des politiques de l’habitat et d’aménagement du territoire. Dans ce contexte, la maîtrise des coûts aux différentes étapes de la conception à la mise sur le marché d’un programme de logements est une préoccupation constante de tous les partenaires. Le nouveau programme national de renouvellement urbain réaffirme la diversification de l’offre d’habitat au sein des quartiers comme un de ses objectifs incontournables. Coupler, diversification de l’habitat, et développement d’une offre de logements en accession à la propriété complémentaire du parc locatif social et maîtrise des loyers demeure un défi conséquent pour nombre de territoire. Les récents modèles d’accession à la propriété ont été développés en France et à l’étranger dans ce double objectif: proposer des coûts maîtrisés, et maintenir cette abordabilité dans la durée afin de sécuriser les parcours résidentiels des habitants, comme la pérennité du modèle et des produits logements. Les stratégies de diversification menées dans les quartiers en renouvellement urbain ont l’opportunité de mobiliser des solutions nouvelles, et plus adaptées, aux enjeux urbains et sociaux auxquels ils répondent. Les statuts intermédiaires entre l’accession et la location que représentent les coopératives d’habitants, les SCI d’accession progressive à la priorité ou encore les baux réels solidaires portés par les organismes de foncier solidaire, constituent de réelles opportunités de renouvellement des pratiques d’intervention en quartier de renouvellement urbain, et ceci dans l’ambition conjointe d’assurer une certaine mixité sociale et de maitriser le fonctionnement des ensembles immobiliers crées.

Les objectifs du module

  • Positionner les nouvelles formes d’accession à la propriété, dans le panel des produits favorisant la recomposition immobilière des quartiers en renouvellement urbain
  • Appréhender les instruments en mesure de sécuriser le fonctionnement immobilier et social des programmes en diversification
  • Mesurer le potentiel offert par le bail réel solidaire, la SCI d’accession progressive à la propriété et les coopératives d’habitants pour mettre en œuvre la stratégie de diversification

Voir la video de présentation de la formation 

Enseignante

Anne-Katrin Le Doeuff, architecte, experte en politiques territoriales et urbaines (Espacité)

Intervenants

Des représentants de collectivité locale et d’organisme de logement social

Dates du module

18 et 19 septembre 2019

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

La réforme de la Politique de la Ville initiée par la loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine du 21 février 2014 inscrit le Contrat de Ville dans un processus de co-construction incarné par la désignation dans chaque quartier prioritaire d’un Conseil Citoyen. Les conseils citoyens sont maintenant en place dans quasiment tous les territoires en contrat de ville et dans les quartiers en renouvellement urbain. Dans le cadre des PNRU nationaux et régionaux, mettre en œuvre cette participation doit avoir des effets sur la qualité des projets, sur leur accompagnement et plus largement sur la mise en place d’un nouveau dialogue avec les acteurs locaux institutionnels. Le module se propose d’interroger ce nouveau mode de participation, d’approfondir le rôle, l’organisation des conseils citoyens et leur place dans les modes de gouvernance du projet.

Les objectifs du module

  • Permettre de maîtriser le cadre et les différents niveaux de participation des habitants, en particulier via l’instance du Conseil Citoyen
  • Mieux appréhender la participation des habitants, ses dimensions ses limites, ses intérêts, par des apports théoriques croisés avec des analyses d’expériences de terrain
  • Connaître le fonctionnement des conseils de citoyens: leurs missions, leur organisation, leur fonctionnement
  • Identifier les leviers mobilisables pour une participation effective des conseils citoyens à la gouvernance du projet
  • Percevoir comment intégrer le Conseil Citoyen tout au long du projet dans la gouvernance et les différentes étapes de mise en œuvre du projet (contrat de ville et PRU)

Enseignant

Paul Garcia, expert en démarches participatives (Pluricité)

Dates du module

12 et 13 novembre 2019

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

Une «Maison du Projet» doit être mise en place dans chacun des quartiers en renouvellement urbain. Espace de réunion, d’information, de participation, les maisons du projet doivent favoriser les démarches de co-construction. Si leur financement entre dans le cadre du NPNRU, est laissé le choix aux porteurs du projet du lieu de son implantation et de sa forme. Liberté est laissé également aux maîtres d’ouvrage pour trouver le fonctionnement où s’incarne les démarches de participation avec les conseils citoyens, associations, usagers et acteurs locaux. L’enjeu alors est d’en faire un lieu dédié au projet, un lieu reconnu par tous et un lieu de convergence où se construit un dialogue, des points de vue entre tous les acteurs. De fait l’animation de la maison du projet interpelle la démarche classique de conduite de projet en proposant de nouvelles formes de mobilisation, de nouvelles formes de participation et de nouvelles démarches dans la co-construction du projet lui même.

Les objectifs du module

  • Identifier les enjeux de la création d’une maison du projet et son rôle dans la gouvernance du projet de renouvellement urbain, son lien avec le conseil citoyen
  • Esquisser les programmations possibles pour faire vivre une maison du projet (événements de convivialité, ateliers pédagogiques et ludiques, ateliers de co-construction du projet, actions de transformation du cadre de vie…)
  • Identifier ses différentes formes et leur pertinence pour chaque contexte
  • Définir les modalités de mise en œuvre et de gestion d’une maison du projet en s’appuyant sur des cas d’étude concrets et une visite sur site
  • Co-construire avec les participants une feuille de route et déterminer des outils opérationnels pour mettre en œuvre une maison du projet

Voir la vidéo de présentation de la formation

Enseignantes

Laure Gayet, urbaniste et Kelly Ung, architecte-urbaniste (Atelier Approches!)

Ce module comprend une visite de la Maison du Projet de L’Île-Saint-Denis.

Dates du module

30 et 31 octobre 2019

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

La spécificité de la notion de co-construction réside entre autres dans son indétermination. À la différence de la délibération et de la co-élaboration, qui reposent sur des dispositifs clairement identifiables, la co-construction renvoie à des dispositifs encore au stade expérimental. Elle renvoie davantage à une intention: redistribuer les ressources de légitimité entre les différents acteurs de la ville et rechercher l’efficacité dans la manière de «faire» la ville. Il s’agit dès lors d’inscrire la co-construction dans le renouvellement des pratiques de gouvernance urbaine de créer une capacité d’action collective redistribuant de fait les ressources de légitimité auparavant détenues par les acteurs institutionnels.

 

Les objectifs du module

  • Comprendre ce qui distingue la co-construction des autres démarches
  • Avoir et savoir donner l’envie de co-construire
  • Mettre en perspective cette démarche (les rôles de chacun, porteurs de projet, experts – consultants, maîtrise d’usage)
  • Créer les conditions et les dispositifs pour «une action collective» et son intégration: le processus.
  • Définir les temps de la co-construction
  • Savoir rechercher l’efficacité par la concrétisation des objectifs dans un processus d’un temps donné
  • Apprendre à adapter le contenu de l’action du projet en regard des objectifs fixés dans le processus de co-construction

Voir la vidéo de présentation de la formation

Enseignante

Marie Blanckaert, architecte-urbaniste, experte en démarches de co-construction (Blau)

Co-enseignante

Pauline Cachera (Blau)

Intervenants

Des représentants de collectivité locale et d’organisme de logement social; des habitants référents engagées dans les processus de co-construction

Dates

28 et 29 novembre 2019

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

Les objectifs du module

– Comprendre la structure urbaine des villes moyennes dans leurs dynamiques historiques
– Comprendre les causes des dégradations constatées et des tendances lourdes en cours
– Mettre en oeuvre un processus prospectif et collectif de redéveloppement pour une stratégie de reconquête
– Apprécier les différents schémas de redynamisation des coeurs de ville
– Échanger sur la base de retours d’expérience

Enseignants

Jean Werlen, urbarchitecte, Urbanisme, Habitats et Territoires
François Nowakowski , architecte-urbaniste, associé Urbitat+, enseignant chercheur à l’ENSA Lyon

Dates du module

21 et 22 novembre

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

Les objectifs du module

– Comprendre la place des coeurs de ville dans la dynamique des territoires
– Apprécier le cadre contractuel et mobiliser les bons acteurs
– Comprendre les bases de la construction d’une stratégie de développement économique et de commerce
– Mettre en oeuvre les outils de redynamisation des coeurs de ville : outils immobiliers « hard » et d’animation « soft »
– Mettre en oeuvre une démarche de prospective et développer des stratégies « disruptives »
– Echanger sur la base de retours d’expérience

Enseignante

Virginie Mauz, Consultante, Hank

Intervenants

Christelle Breem, Epareca
Marie Krier, Epareca
Cecile Lasgi, CBRE
Philippe Gargov, POPup Urbain

 

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

Les objectifs du module

– Analyser les processus de déqualification de l’habitat en cœur de ville, mobiliser les outils de diagnostic pour formuler une stratégie et une « feuille de route habitat » du projet cœur de ville concernant le renouvellement, requalification du parc privé et du parc social

– Articuler les différentes échelles : marché de l’habitat agglomération, projet de renouvellement urbain à l’échelle des quartiers et ilots prioritaires pour créer de nouvelles attractivités résidentielles

– Connaître les nouveaux outils proposés dans le cadre du programme d’action cœur de ville et de la Loi ELAN : place de l’habitat dans les convention cœur de ville, mobilisation des aides de l’ANAH et d’Action Logement, déclinaison du volet Habitat des ORT

– Connaître les procédures et outils mobilisables « de droit commun » pour la requalification et le renouvellement de l’offre d’habitat, avoir  une lecture stratégique  des outils (points forts point de vigilance , condition de faisabilité) s’appuyant  la capitalisation des expériences antérieures de renouvellement urbain en cœur de ville

– Connaître les approches et démarche innovantes visant à la requalification de l’habitat en cœur de ville

– Inscrire l’habitat dans des démarches de conduite de projet articulant l’ensemble dimensions (urbaine, patrimoniale, espace public, gestion urbaine, commerce, activité emploi) pouvant concourir à la création de nouvelles attractivités et dynamiques socio-résidentielles en cœur de ville

Enseignant

Jean-Pierre Troche, architecte-urbaniste, expert en politiques de l’habitat

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

De nombreux quartiers prioritaires sont en proie à l’émergence d’un repli social fortement corrélé à un repli communautaire.  L’existence du fait religieux est le plus souvent exclue des grilles d’analyse de ces quartiers.

Les acteurs locaux, acteurs de terrains comme les représentants des organismes HLM, les services des collectivités, les centres sociaux, les éducateurs, sont confrontés à des situations parfois très conflictuelles et à des pressions dans l’exercice de leur activité, liées à la prégnance de la religion. Celle-ci peut aller jusqu’à des comportements fondamentalistes ou sectaires.

Les questions posées seront les suivantes :

Peut-on parler d‘un repli social, voire communautaire dans certains quartiers ? Constater une absence avérée de mixité sociale, une régression de la situation des femmes ? Un manque de mobilité, sociale ou géographique ?

Quelles sont les manifestations de ce repli ? Quels facteurs peuvent l’expliquer ?

Comment penser la place du religieux dans le fonctionnement social d’un quartier ? Comment l’articuler avec ce qui est déjà connu : la pauvreté, la délinquance et les activités illicites, le multiculturalisme ? Ces quartiers connaissent-ils le communautarisme ? Le radicalisme religieux ? La question du respect de la laïcité est-elle posée ?

Comment cette évolution s’est-elle manifestée ces dernières années ? Existe-t-il un risque pour ces quartiers de s’isoler davantage, de connaitre un communautarisme croissant ? Et ceci malgré les politiques menées (politique de la ville, renouvellement urbain) ?

Au regard des dysfonctionnements constatés, quels types d’interventions, à la portée du bailleur et des collectivités, sont envisageables ?

Sans apporter de réponses toutes faites, ce séminaire vise à donner des outils pour penser le fait religieux dans les quartiers.

  • Aider les participants à décrypter des réalités sociales locales, et à penser le fait religieux comme faisant partie du fonctionnement social des quartiers, donner des clés de lecture de la réalité,
  • Explorer les freins à l’intégration que génère le repli social et communautaire, à travers ses différents aspects et ses différents degrés d’affirmation.
  • Proposer des définitions des formes de repli, notamment religieux.
  • Proposer des hypothèses sur des typologies de situations: différents aspects du fait religieux, différents degrés de repli social et communautaire.
  • Interroger les marges de manœuvre dont disposent les politiques et les professionnels pour agir sur ces réalités.

En résumé, le séminaire vise à comprendre les phénomènes à l’œuvre, donner des clés de lecture, et construire une pensée pour appréhender et agir avec justesse.

Les intervenants

Laurence Dini, urbaniste, géographe et sociologue, Gérau Conseil.

Farhad Khosrokhavar est chercheur à l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales.

Date du séminaire

17 juin 2019

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé du séminaire

Télécharger le bulletin d’inscription

En 2019, l’Ecole du Renouvellement Urbain inaugure un nouveau cycle de conférences : Les Cartes Blanches aux grands enjeux contemporains

Le mardi 30 avril, une carte blanche a été consacrée à Nava Meron, architecte-urbaniste et Mehdi Massrour, chercheur, expert en phénomènes de radicalisation. 

 

Présentation de la Carte Blanche

En France, le mot communautarisme désigne une logique exclusive de la différence. Il signifie que l’on souhaite s’arroger des privilèges, des droits particuliers dans l’espace public, du simple fait d’une appartenance à une communauté.

Cette appellation vient bousculer notre perception collective du rapport « au tout », à la Société.  Une surexploitation idéologique, politique et médiatique percute le regard que l’on porte sur d’autres, passagers clandestins ou cinquième colonne, qui remettraient en cause notre communauté de destin.

Par ce séminaire, nous souhaitons questionner l’évolution du vivre ensemble sous ses différentes appellations et significations et ouvrir le débat sur ce que cela raconte et apporte à notre société.

Tant de mots et de manières de vivre qui expriment le sentiment diffus que nous vivrions, certes sur et dans un même territoire, construit par une longue histoire riche et mouvementée, mais aujourd’hui menacé de fragmentation. Nos divergences de valeurs, nos allégeances particulières matérialisées par la constitution de « territoires perdus de la République », mettraient fin à notre roman national, si singulier.

Ce constat impose que nous prenions le temps, de définir un espace d’échange et de réflexion, basé sur notre vécu, des moments de vie qui illustrent, selon chacun des participants, son rapport à ces deux termes : Communauté / Communautarisme. Ces expériences personnelles s’intégreront, dans un processus à définir, aux travaux et aux modèles que nous proposent les sociologues, les historiens, les économistes et les anthropologues. En effet, il n’existe pas une approche unique de ces phénomènes.

VOIR LE REPLAY DE LA CONFERENCE

 

Les intervenants

Mehdi Massrour, ancien conseiller départemental du Nord, conseiller municipal de Roubaix. Economiste de formation, il a notamment travaillé en école doctorale sur les thématiques « Immigration et chômage ». Expert auprès de députés européens, notamment sur « Les fondements théoriques, politiques et les outils de la radicalisation contemporaine ». Ce dernier travail est l’objet d’une thèse de doctorat en cours.

Nava Meron est architecte-urbaniste, Docteur en Aménagement de l’espace. Elle porte son regard sur les espaces et les populations vivant dans les contraintes de hautes densités. Sa thèse de doctorat portait sur la pratique de la religion et ses repères dans la ville, tout particulièrement le vivre entre-soi.

 

Depuis 2011 et sur la demande et le soutien de l’USH, de l’ANRU et du CGET a été créée et mise en œuvre une formation dédiée aux habitants des quartiers. Depuis sa création, près de 450 habitants venant de tous les quartiers de la France (Métropole et Outre Mer) ont suivi cette formation. D’une durée de cinq jours, cette formation nationale est réservée aux habitants acteurs de leurs quartiers (membres de conseils citoyens, associations de locataires, centres sociaux, régies de quartier).
Trois sessions sont programmées en 2019.
Coût pédagogique de la formation, frais de déplacements d’hébergement et de restauration des stagiaires sont totalement pris en charge.

Les objectifs du module

  • Développer le pouvoir d’agir des habitants sur leur cadre de vie
  • Procurer aux stagiaires une connaissance de la réglementation et des procédures en matière de participation des habitants à l’amélioration de leur cadre de vie (démarches liées à la politique de la ville, à la concertation locative HLM), leur permettant de se positionner correctement dans le dialogue avec les institutions.
  • Apporter aux stagiaires des méthodes et des outils leur permettant de développer « leur pouvoir d’agir » sur des projets concernant leur cadre de vie, projets portés par des institutions ou par d’autres habitants, une maîtrise et des démarches d’amélioration de leur cadre de vie.

Enseignant(s)

  • Jean Bouvier, économiste, consultant en gestion urbain associé à la condition urbaine
  • Eric Amanou, socio-urbaniste, fondateur de la condition urbaine
  • Sophie Tartière, sociologue urbaniste, associée à la condition urbaine
  • Nicolas Le Berre, designer consultant, co-fondateur de New CITYzens.

Dates du module

  • 8, 9, 10, 11 et 12 juillet 2019

Le public visé

Les habitants acteurs des quartiers en Contrat de Ville

En pratique

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation
Contactez l’ERU 

Depuis 2016 l’ÉRU a organisé des sessions de formation à destination des membres des conseils citoyens des quartiers en renouvellement urbain.
Cette première formation se déroulait dans le temps de la construction des protocoles du projet de renouvellement urbain.

En 2019, la plupart des projets entrent – avec la signature des conventions – dans une phase opérationnelle.
Il paraît donc pertinent de faire évoluer l’offre précédente de formation.
Pour cela le CGET a mandaté l’ERU afin de construire une formation devant permettre aux conseillers citoyens de prendre toute leur place durant cette nouvelle séquence du projet de renouvellement urbain.

Objectifs de la formation

Cette formation a pour objectifs de faciliter la mise en place d’une démarche de co- construction, de permettre aux conseils citoyens de s’impliquer durant la phase opérationnelle du projet, de développer une participation correspondant à cette phase afin de rendre pérenne la mobilisation des conseils citoyens et de développer l’exercice de leur maitrise d’usage.

Le public visé

Cette formation s’adresse aux membres des conseils citoyens des quartiers bénéficiant de l’intervention de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) dans le cadre du nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU). 2014-2024. Participent aux sessions de 4 jours, 3 membres de chaque conseil citoyen du collège habitants désignés en son sein par le conseil citoyen.

Dates formation 2019

Agenda des sessions de formation conseils citoyens 2019
Bulletin d’inscription session Provence-Alpes-Côte d’Azur des 10, 11, 12 et 13 septembre

Informations pratiques

En attendant le programme détaillé nous vous proposons de :

Télécharger les Objectifs de la formation
Accéder à la vidéo de présentation de la formation conseil citoyen réalisée par le CGET
Accéder à la vidéo de présentation de la formation conseil citoyen réalisée par l’ERU
Accéder au matériel pédagogique de la formation

Lieu de la formation

École du Renouvellement Urbain
45, avenue Victor Hugo-Bâtiment 270
93 300 Aubervilliers

Financements

Cette formation est financée par le Commissariat Général à l’Égalité des Territoires (CGET).
Les frais de déplacement, d’hébergement et de restauration des stagiaires sont totalement pris en charge durant les 4 jours de la formation.

Inscriptions et informations

Télécharger le formulaire d’inscription

Maîtriser l’instruction des dossiers de financement, le montage des conventions ou le suivi plus global des projets de renouvellement urbain ne s’improvise pas. Cela s’apprend et s’expérimente. Pour aider les instructeurs, chargés de mission et chefs de service des DDTM à soutenir efficacement les projets locaux de renouvellement urbain, l’ANRU propose un programme de formation. Ce programme permet aux professionnels qui abordent le champ du renouvellement urbain d’approfondir leurs connaissances et de se doter des savoir-faire pratiques indispensables à la réussite des projets et à l’avancement du programme national.

La formation programmée en 2019, est composée:

  • Pour les chefs de service et chefs de cellule : d’un parcours pilotage stratégique et opérationnel de 7 jours obligatoires (tronc commun « connaissance partagées » et le module métier)
  • Pour les instructeurs et chargés de suivi de projet : d’un parcours instruction financière de 9 jours obligatoires (tronc commun « connaissance partagées » et le module métier)
  • Pour tous : de modules d’actualité à la carte consacrés à creuser un sujet ou un savoir-faire particulier liés aux missions des DDT/M.

Objectifs de la formation

  • Appréhender le Programme National de Rénovation Urbaine, PNRU et NPNRU: ses enjeux, ses objectifs, ses liens avec la politique du logement et de l’urbanisme et la politique de la ville
  • Identifier le fonctionnement de l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU), ses partenaires nationaux et locaux
  • Comprendre le sens du règlement général de l’ANRU (RGA) le suivi opérationnel des conventions et l’instruction financière des opérations
  • Repérer et prendre en main les outils mis à disposition des acteurs, et notamment des DDT/M (outils de communication, outils de suivi opérationnel des opérations, logiciel d’instruction financière Agora, etc.)
  • Partager une culture commune et définir le rôle, la place et les leviers des équipes des DDT/M dans ce système d’acteurs et ce mode projet.

Les intervenants de l’ANRU

Sarah Lacoche, Isabelle Ava, Carole Rifosta, Murielle Mucret, Véronique Girard, Ouadifa El Allouchi, Elodie Bugnazet, Jennifer Lacroix, Sylvie Merlin, Johann Sandler, Alice Collet, Odile Dubois-Joye

Les partenaires de l’ANRU

Anne Beauchesne (CGET), Arnaud Longé (DGHUP), Sophie Angotti (USH), Michèle Pfrimmer (CDC), Ferroudja Bessin (Action Logement)
Les intervenants DDT/M : Sylvie Loizon, Laurent Dehondt, Olivier Gauchet

Autres Intervenants

Jean Werlen, Emilie Belval, Gérard Le bihan, Christophe Noyé

Fil rouge de l’animation

Chantal Talland

Dates des modules d’actualité 2019

  • Diversification de l’habitat : 9 et 10 septembre 2019
  • Aménagement et valorisation foncière : 11 septembre 2019
  • Stratégie de peuplement dans les PRU : 12 septembre 2019
  • Bien finir le PNRU et le PNRQAD : 13 septembre 2019

Informations pratiques

 

Dates des parcours 2019

  • Pour les chefs de service et chefs de cellule : parcours pilotage stratégique et opérationnel : les 13, 14, 15, 16 et 17 mai et les 10 et 11 octobre ou les 17, 18, 19, 20 et 21 juin et les 10 et 11 octobre
  • Pour les instructeurs et chargés de suivi du projet : parcours instruction financière: les 13, 14, 15, 16 et 17 mai et les 3, 4, 5 et 6 septembre ou les  17, 18, 19, 20 et 21 juin et les  3, 4, 5 et 6 septembre

Informations pratiques

Télécharger le bulletin d’inscription pour les parcours Prise de Poste démarrant en juin 2019

Contact ERU

Xavier LOCHE: 01.75.62.00.03 / xloche@eru.email

Contact ANRU

Ouadifa EL-ALLOUCHI: 01.53.63.52.93 / oelallouchi@anru.fr

Supports pédagogiques de la formation prise de poste et des modules d’actualité

Accéder aux supports pédagogiques de la formation prise de poste DDT 2018

Accéder aux supports pédagogiques de la formation prise de poste DDT 2019

Objectifs de la formation

  • Comprendre, connaître le règlement général du NPNRU
  • Connaître le fonctionnement de l’agence nationale du renouvellement urbain
  • Comprendre les incontournables d’un projet de renouvellement urbain et la déclinaison de ces enjeux nationaux au niveau local à partir d’exemples
  • Connaître l’histoire de la politique de la ville et du renouvellement urbain : de la construction du grand ensemble au programme de renouvellement urbain
  • Comprendre l’engagement des différents partenaires au NPNRU
  • Savoir se repérer dans les différentes composantes du diagnostic d’un quartier
  • Savoir identifier les enjeux du renouvellement urbain de son quartier
  • Savoir effectuer l’analyse critique d’un projet de renouvellement urbain au regard des enjeux retenus à partir du diagnostic du quartier
  • Comprendre le processus et la méthode de fabrication d’un projet
  • Identifier le rôle des Délégués du Préfet dans le NPNRU

Les enseignants

Chantal TALLAND, Anthropologue Urbaine, Directrice du Renouvellement Urbain

Jean WERLEN, Architecte-urbaniste

Dates des formations 2019

5, 6 et 7 novembre

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

Contact ERU

Alice COMBAUD : 07.89.21.30.11 / acombaud@eru.email

Supports pédagogiques de la formation

Accéder aux supports pédagogiques de la formation

 

Objectifs de la formation

  • Connaître l’histoire de la politique de la ville et du renouvellement urbain : de la construction du grand ensemble au programme de renouvellement urbain
  • Comprendre les incontournables d’un projet de renouvellement urbain et la déclinaison de ces enjeux nationaux au niveau local
  • Comprendre les stratégies patrimoniales dans le cadre du NPNRU
  • Connaître les enjeux et le fonctionnement de l’agence nationale du renouvellement urbain
  • Connaître les enjeux de mixité sociale et d’attribution dans les projets de renouvellement urbain
  • Savoir se repérer dans les différentes composantes du diagnostic d’un quartier
  • Comprendre le processus et la méthode de fabrication d’un projet
  • Identifier la place et le rôle des organismes de logement sociale dans le NPNRU

Les enseignants

Chantal TALLAND, Anthropologue Urbaine, Directrice du Renouvellement Urbain

Jean WERLEN, Architecte-urbaniste

Dates des formations 2019

28, 29 et 30 octobre

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le bulletin d’inscription

Contact ERU

Alice COMBAUD : 07.89.21.30.11 / acombaud@eru.email

 

 

Initié en 2012 avec Bilbao, le voyage d’études «Autrement, Ailleurs» prend la forme d’une rencontre avec un territoire européen en renouvellement urbain et donne l’occasion d’interpeller nos démarches et nos méthodes. Chacun de ces voyages d’études explore les thématiques des enjeux des quartiers dans la ville, de la place du logement populaire, du partage du projet avec l’ensemble des acteurs du territoire. Avec une même posture pour ceux qui y participent: regarder plus loin, ailleurs, pour nourrir, interroger nos propres expériences, développer par l’apport du croisement des cultures, nos capacités à innover. Le voyage d’études alterne visites de quartier, conférences, débats et rencontres professionnelles.

Les séminaires d’études déjà réalisés :

– Bilbao (2012)
– Lisbonne (2013)
– Berlin, Revisiter le droit à la ville, manifeste pour une ville inclusive (2014)
– Milan, La ville intelligente (2015)
– Amsterdam-Rotterdam, La ville ensemble (2016)
– Barcelone, La ville du renouveau (2017)
– Naples, L’enthousiasme de l’impossible (2018)

Les dates et la destination du séminaire d’études 2019, vous seront communiqués prochainement.