Le séminaire conjugue des problématiques de management et de développement économique. Il pose la toile de fond, les contextes à prendre en compte et les conditions d’une stratégie de “transformation”. Il ne s’agit pas de substituer une situation à une autre (ancien quartier-nouveau quartier), mais d’impulser et d’accompagner un processus de transformation dont les agents majeurs, déterminants, sont les habitants et les acteurs économiques, avec un souci d’empowerment. Les ambitions doivent être mesurées à l’aune des potentiels d’action des uns et des autres plus que des capacités d’investissement. Changer de paradigme, repositionner le quartier dans une vision nouvelle de l’agglomération, repérer les potentiels de projets et d’acteurs, sont les différentes approches permettant de réunir question sociale et questions économiques. Les mécanismes actuels de polarisation et d’exclusion sont aussi pénalisants pour les entreprises que pour les personnes, tandis que le rejet de l’activité économique des espaces de vie renforce l’abstraction du travail.

Les objectifs du séminaire

Penser le développement économique du quartier en prenant appui sur les potentiels économiques, sociaux et urbains du territoire
Passer d’une approche thématique à une approche globale mobilisant les différentes dimensions socio-économiques de la ville
Analyser le repositionnement du quartier sur une approche dynamique des facteurs sociaux, urbains et sur la relation avec son environnement

Enseignant principal

Patrice Noisette (Professeur à l’ESSEC)

Intervenants

un(e) directeur(trice) d’entreprise, un(e) représentant(e) d’une collectivité locale, des experts en développement économique

Date du séminaire

Une nouvelle date vous sera communiquée prochainement

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé du séminaire
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques du séminaire

Les quartiers d’habitat social sont à la fois un sujet de difficulté par leur concentration de précarité et un enjeu de développement stratégique pour des territoires par leurs fonciers bien localisés et équipés. Les projets de renouvellement urbain qui s’y déploient, permettent d’aller au-delà d’une action de simple «réparation» pour engager un processus d’intégration urbaine et sociale à partir de l’activation de leurs potentiels propres et de l’action ciblée sur leurs handicaps. Un des enjeux alors est la mise en place d’une bonne conduite des projets reposants sur la co-élaboration d’une stratégie commune par «les acteurs clés du renouvellement urbain». Le séminaire illustrera à partir de cas concrets, des exemples d’études les enjeux et difficultés pour construire et mettre en œuvre cette stratégie.

Les objectifs du séminaire

  • Favoriser l’élaboration de stratégies urbaines entre acteurs
  • Connaître les objectifs du NPNRU pour mener une réflexion stratégique de transformation du quartier à long terme
  • Comprendre comment se définit la vocation du quartier par rapport au territoire
  • Savoir mener une analyse patrimoniale au service du projet urbain
  • Construire une stratégie urbaine commune à l’ensemble des acteurs impliqués dans le projet

Enseignant principal

Jean-Didier Laforgue (Agence JDL)

Intervenants

un(e) chef(fe) de projet renouvellement urbain d’une collectivité locale; un(e) chargé(e) de mission à la direction opérationnelle de l’ANRU ; un(e) directeur(trice) renouvellement urbain ou cohésion sociale d’un organisme de logement social

Date du séminaire

11 septembre 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé du séminaire
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques du séminaire

Comprendre la nature du fonctionnement social et urbain d’un quartier. Connaître et analyser les effets de l’espace, de l’environnement, des modes d’organisation, des pratiques des acteurs et des politiques sur les processus sociaux.

Les objectifs du séminaire

  • Comprendre et s’approprier les valeurs et les grandes orientations qui fondent la politique de la ville et le développement social urbain
  • Savoir repérer les enjeux historiques et contemporains, comprendre le rôle des acteurs, clarifier les dispositifs
  • Transmettre des méthodes d’analyse de territoire, de diagnostic partagé, de participation des habitants et de conduite de projet complexe
  • Concevoir et appréhender des dynamiques nouvelles pour prendre en compte le fonctionnement social urbain

Enseignant principal

Patrick Norynberg (Empreintes Citoyennes)

Intervenants

un(e) responsable de l’IRDSU; un(e) responsable d’un centre de ressources de la politique de la ville

Date du séminaire

27 septembre 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé du séminaire
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques du séminaire

La conception, la réalisation des espaces publics urbains, ont contribué au renforcement de nombreuses inégalités. Depuis plusieurs décennies, des professionnel(le)s de l’aménagement du territoire et des collectifs de réflexion, alertent et informent sur cette situation qui est, désormais, mise en lumière auprès du grand public. Tout d’abord, les espaces, eux-mêmes, ont été élaborés, puis ont évolué, avec une vision genrée. De plus, ils sont souvent nommés d’une manière stéréotypée: quartier chic, zone rurale, cité… Ils se retrouvent «classifiés» et enfermés dans des représentations figées. Il en ressort de nombreux déséquilibres qui contraignent les possibilités d’aménagement ou d’évolution, de manière consciente ou non. De fait, l’urbanisation a construit des situations discriminantes dont les femmes sont les principales victimes. Pourtant, des solutions existent pour transformer les territoires et améliorer les conditions de vie et de déplacement de l’ensemble des personnes qui y vivent.

Les objectifs du séminaire

  • Comprendre les problématiques de «genre» dans l’espace public et les équipements
  • Articuler ces questions aux problématiques des politiques publiques locales
  • Intégrer la question du «genre» dans les projets d’aménagement d’espaces, d’équipements dans les projets de renouvellement urbain

Enseignante principale

Caroline Janvre (Crips Ile-de-France)

Intervenants

Un(e) responsable d’association, un(e) représentant(e) de l’ANRU, de l’USH et du CGET.

Date du séminaire

16 mai 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé du séminaire
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques du séminaire

Face aux urgences sociales, notamment dans les quartiers prioritaires, les «réponses sportives» ont été activées dans tous les sens, très tôt. Elles ont montré rapidement leurs intérêts et leurs limites. Certains projets ont pu améliorer des situations individuelles et des situations locales. Ils ont aussi contribué à l’évolution du système sportif en valorisant l’utilisation du sport comme outil d’intervention socio-éducative et en incitant, voire en obligeant, les organisations du sport à prendre en compte cette dimension. La multiplication et la diversité des projets locaux confirment que les territoires urbains en difficulté, constituent aussi des lieux de résistance, d’innovation et pas seulement de renoncement. Il s’y invente des pratiques, des modalités de pratiques, des formes de sociabilité, etc., dont certaines peuvent se diffuser à l’ensemble de la société. Tous les éléments de connaissance et d’analyse, produits sur le sport, mettent en évidence des inégalités d’accès et de pratiques au sein des quartiers prioritaires: taux de licences plus faibles, diversité d’offre de pratiques moindre, pratique très faible des filles et décrochage des jeunes filles de 11–18 ans, quasi absence de mixité sociale, voire ethnique, des publics au sein des clubs, sentiment fort de ségrégation lié à des représentations fortement négatives des instances et publics des autres quartiers, absence des filles dans les gouvernances des associations sportives et le bénévolat.

Les objectifs du séminaire

  • Faire connaître et comprendre, au travers de différents témoignages d’experts, d’exemples, comment le sport peut jouer un rôle dans le vivre ensemble et développer de nouvelles pratiques sociales
  • Définir sous quelles conditions cet objectif peut être mis en œuvre dans un quartier en renouvellement urbain.

Enseignants principaux

Thibaut Desjonquères et Pierre Grousson (Pluricité)

Date du séminaire

6 juin 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé du séminaire
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques du séminaire

Laisser une plus grande place au citoyen dans les décisions publiques, est aujourd’hui un objectif partagé par un grand nombre d’acteurs publics, en particulier au niveau local. Si les villes et les institutions ont souvent été à l’initiative du développement de la participation citoyenne, de nombreux collectifs de citoyens ont innové et militent encore pour une plus grande prise en compte de la parole des habitants dans les décisions.  La ville collaborative est une forme de cadre conceptuel qui invite à repenser la gouvernance urbaine et la place des différents acteurs dans la fabrique de la ville. Elle vise à une plus grande implication des différentes parties prenantes de la ville, que ce soit les habitants, mais aussi les représentants de la société civile. Cette idée de collaboration ne vise pas à transformer les institutions mais plutôt à accompagner l’émergence de dispositifs ou d’expériences collaboratives, en laissant une plus grande place au dialogue citoyen, mais aussi aux acteurs de l’économie locale, du tissu associatif ou des start-ups par exemple. La mise en place des conseils citoyens et d’autres démarches participatives, sont de nouveaux leviers pour la réussite du renouvellement urbain. Faut-il encore s’en saisir et lever les freins à une participation effective et réussie, même si elle peut s’avérer pour une part déstabilisante.

Les objectifs du séminaire

  • Permettre aux participants de co-construire une vision stratégique et opérationnelle des pratiques d’implication citoyenne à partir d’un état des lieux historique et géographique des démarches locales innovantes en France et à l’étranger
  • Convoquer l’intelligence collective pour renouveler le quartier pas à pas avec les usagers
  • Apprendre à innover et enrichir les approches classiques du projet urbain ?
  • Prendre appui sur ce qui a lieu, sur les potentiels de transformation et initier des démarches reconnaissant ainsi aux habitants leur qualité de maîtres d’usage

Enseignant principal

Paul Garcia (Pluricité)

Intervenants

un habitant référent des démarches participatives engagées sur un territoire; un(e) représentant(e) d’une collectivité territoriale et un(e) représentant(e) d’un organisme de logement social investis dans les démarches de participation

Date du séminaire

10 octobre 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé du séminaire
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques du séminaire

L’expérience du premier programme a montré que la mise en œuvre de méthodes de «management de projet» constitue l’un des facteurs clés de la réussite d’un projet. Si les outils du management de projet (planning, organigrammes, etc.) sont aujourd’hui largement popularisés, les évolutions auxquelles ont fait récemment face le renouvellement urbain et la politique de la Ville, viennent les interroger et nécessite de «remonter d’un cran» pour comprendre les bases de l’analyse projet et développer des outils adaptés. Par ailleurs, les évolutions de la gouvernance locale et leurs impacts sur la transmission des savoirs ne doivent pas être négligés. Ce changement de perspective doit également permettre aux acteurs porteurs de ces démarches, de comprendre ce qui fait que la démarche «prend ou ne prend pas» et comment la mise en place des Conseils Citoyens constitue un nouveau défi dans la mise en œuvre des processus de décision.

Les objectifs du module

  • Comprendre les nouveaux impératifs managériaux liés à la complexité et la spécificité des projets de renouvellement urbain
  • Savoir identifier les différents acteurs et parties prenantes, les dispositifs leur permettant de se situer clairement par rapport aux autres et d’interagir utilement (notion de gouvernance du projet, mise en cohérence du système d’acteurs avec les modalités opérationnelles)
  • Acquérir les bases du management de projet
  • Savoir organiser un travail en «mode projet», en interne comme en externe
  • Connaître les outils et méthodes de management, savoir les adapter aux situations rencontrées et acquérir les bons réflexes pour structurer, planifier et coordonner les actions de chacun dans le cadre des NPNRU

Enseignante principale

Cecile Frangville, Consultante en management de projet, Directrice opérationnelle (Espacité)

Intervenants

un(e) Directeur(trice) Départemental(e) des Territoires; Un(e) chef(fe) de projets renouvellement urbain d’un organisme de logement social ; un(e) membre d’un conseil citoyen

Dates du module

4 et 5 octobre 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation

Ce module permet la mise en pratique des démarches, méthodes et outils du management de projet. Il élargit cette mise en pratique au décodage des situations difficiles, fréquemment rencontrées dans le management de ces projets. Il apporte ainsi d’autres clés de lecture et de décodage des situations et permet de mesurer la puissance des démarches et outils du management de projet en termes concrets et humains: relation à l’autre, institutions et individus, COPIL et chef de projet, équipes projet, principe de subsidiarité… Il permet une prise de recul et de partage sur les situations difficiles que rencontrent les participants dans leurs projets. Il est centré sur le facteur humain qui, au-delà des méthodes et outils, fait qu’un projet «prend ou ne prend pas».

Les objectifs du module

  • Repérer la place de chacun et des partenaires dans le dispositif du projet et prendre de la distance par rapport à ces dispositifs
  • Comprendre d’où provient la complexité des situations (interactions, acteurs) et les analyser
  • Expérimenter des alternatives pour appréhender ces situations et savoir les raccrocher à des bases méthodologiques du management de projet.
  • Mesurer l’efficacité des démarches et outils du management de projets

Enseignants principaux

Bruno Philippe, Emilie et Natacha Moget (Algoé et LAM – L’Art du Management)

Animation pédagogique

l’outil du théâtre forum, inventé par Augusto Boal

Date du module

25 et 26 octobre 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation

Les logiques d’évaluation prévues par la loi Borloo, ont permis des analyses et jugements (ONZUS, Comité d’évaluation du l’ANRU) sur le pilotage des projets de renouvellement urbain et sur les moyens alloués à la rénovation urbaine, mais pas sur l’efficacité ou l’impact de la Politique de Rénovation Urbaine. Le suivi technique et financier ne peut seul suffire à l’évaluation de la mise en oeuvre du projet de renouvellement urbain. Pour accompagner la bonne mise en oeuvre du projet et renforcer ses effets il convient donc, en amont de l’évaluation, d’intégrer dans le pilotage de la mise en oeuvre des opérations, les impacts attendus. La formation consistera à accompagner les participants à définir, sur la base d’exemples présentés par les enseignants, des outils pour assurer le suivi, au fil de l’eau de la contribution des interventions du projet de renouvellement urbain à l’atteinte de chacun de ces objectifs.

Les objectifs du module

  • Réaliser un bilan problématisé des Politiques de Rénovation Urbaine à partir des résultats d’évaluation disponibles et en remettant en perspective les impacts avec les objectifs de la loi n° 2003-710 du 1er août 2003 d’orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine, dite «Loi Borloo»
  • Replacer le suivi et l’évaluation des Programmes de Rénovation Urbaine au cœur des projets de développement territorial:
    1. Outiller les collectivités, les services de l’État, les bailleurs sociaux et leurs principaux partenaires, au suivi opérationnel des projets de renouvellement urbain
    2. Faire émerger une culture de l’évaluation et l’inscrire dans une démarche de projet comme outil de pilotage et d’aide à la décision politique

Enseignant principal

Stéphane Durin (Eneis)

Co-enseignants

Adrien Metzinger et Elisabeth Gavrilovic (Eneis)

Date du module

20 et 21 juin 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation

Avec le développement du management de projet, les pratiques professionnelles se sont transformées. La séparation traditionnelle entre la conception et l’exécution est remise en cause et fait apparaître de nouvelles fonctions transversales, conduisant à la négociation permanente entre des professionnels différents, à la mobilisation sur des résultats plutôt que sur l’application de savoir-faire métiers et à de nouvelles relations interentreprises. Le management de projet est au cœur du fonctionnement des organisations. Il fait appel à de nombreuses compétences: du cahier des charges à la gestion budgétaire, en passant par la planification, le suivi, le contrôle, le management transversal, ou encore la communication vers toutes les parties prenantes…
L’animation des dynamiques collectives de projet, nécessite d’être pleinement efficace, fluide et interactive. Elle doit successivement produire de la participation, de l’adhésion, puis de la créativité, de l’émulation collective puis de la décision et de l’action. Il est plus que jamais nécessaire que les managers de projet maîtrisent les postures, tactiques et outils d’animation de dynamiques collectives.

Les objectifs du module

  • Définir les conditions de réussite des projets et maîtriser les outils du pilotage de projets permettant d’atteindre les objectifs
  • Maîtriser les outils d’animation des dynamiques collectives autour des projets
  • Maîtriser l’avant, le pendant et l’après réunion
  • Former les animateurs de réunion à la maîtrise de l’interactivité avec et entre les participants
  • Doter les participants d’outils favorisant la créativité, le consensus, la structuration des idées et opinions et la prise de décision

Enseignants principaux

Thibaut Desjonquères et Paul Garcia (Pluricité)

Outils pédagogiques

une mallette «boîte à outils d’animation» est remise à chacun des participants

Date du module

28 et 29 mai 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation

La sûreté dans ses différentes dimensions (tranquillité et sécurité publique, prévention et médiation) est l’une des composantes fortes de la cohésion sociale et urbaine des quartiers. Sa mise en œuvre, au plan local, doit être intégrée à la démarche d’ensemble du projet territorial. Les différents dispositifs existants requièrent une ingénierie de mise en œuvre dont les enjeux constituent l’objet de ce module de formation.

Les objectifs du module

  • Insérer la thématique dans la problématique plus large du développement local, de la politique de la ville et du renouvellement urbain
  • Savoir réunir tous les acteurs de la gestion territoriale, collectivités locales et bailleurs autour du projet
  • Rendre accessible le management d’un projet partenariat de prévention – sécurité
  • Rendre compte des différentes actualités des politiques publiques locales de prévention et de sécurité

Enseignant principal

Éric Chalumeau (Suretis)

Date du module

4 et 5 juin 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation

Le nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) concourt à la réalisation des objectifs de la politique de la ville définis à l’article 1er de la loi. Pour ce nouveau programme impactant plus de 400 quartiers (216 quartiers nationaux – 220 quartiers régionaux) ont été affectés 6 milliards d’euros en équivalent-subvention. Le nouveau règlement général précise à la fois l’ambition attendue des projets, les possibilités de financement des opérations et les modalités de contractualisation entre le porteur de projet, l’ANRU et ses partenaires. La formation a pour objectif de préciser le contexte général du NPNRU par l’approfondissement de son règlement général et des modalités de financement du projet.

Les objectifs du module

  • Donner toutes les clés de lecture du règlement général et du règlement financier
  • Identifier les éléments incontournables attendus par l’ANRU et ses partenaires nationaux en vue de la contractualisation des projets
  • S’approprier les mécanismes financiers du NPNRU
  • Appréhender les temps forts du processus d’instruction des projets et connaitre le contenu des documents contractuels, en vue de faciliter les échanges et négociations avec les partenaires locaux et nationaux

Enseignants principaux

Benjamin Gaboriaud, Pierre Jean Bauley et Coline Tibayrenc (Algoé)

Intervenants

un chargé de mission et un auditeur financier de l’ANRU

Dates du module

17 et 18 septembre 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation

La loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine du 21 février 2014 a porté une ambition forte pour les quartiers prioritaires. Elle a contribué à renouveler les principes et les outils d’intervention de la politique de la ville. Les contrats de ville sont le cadre d’action de cette nouvelle politique de la ville. Les contrats de ville 2015–2020 arrivent, cette année, à mi-parcours, leur évaluation est prévue par la loi. Cette évaluation doit être menée par les acteurs locaux signataires des contrats. Elle a vocation, d’une part, à rendre compte de la mise en œuvre et des résultats du programme d’actions et, d’autre part, à apprécier le fonctionnement et l’impact du contrat. Par ailleurs, elle doit permettre de considérer la mise en œuvre du processus de co-construction via, notamment, la mise en place des conseils citoyens.

Les objectifs du module

  • Clarifier ce qu’est l’évaluation du Contrat de Ville, différencier évaluation du contrat, des actions du contrat
  • Intégrer et appliquer le nouveau cadre d’évaluation du Contrat de ville
  • Positionner le suivi et l’évaluation comme outil de pilotage de la performance du Contrat de ville
  • Expliquer comment associer le Conseil Citoyen à l’évaluation
  • Comprendre les grandes questions pratiques à se poser autour des démarches d’évaluation
  • Développer une aptitude à concevoir une démarche contextualisée et à choisir la forme d’évaluation la plus adaptée au Contrat de Ville, à son contexte territorial et à son jeu d’acteurs

Enseignant principal

Paul Garcia, spécialiste des politiques publiques et urbaines, enseignant en évaluation à l’Ecole d’Urbanisme de Paris, directeur de Pluricité

Co-enseignants

Nicolas Subileau, expert en évaluation, Pluricité, maître de conférences IEP Lyon

Dates du module

8 et 9 octobre

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation

Le renouvellement urbain doit être l’occasion de densifier le tissu économique local, de faciliter l’accès à l’emploi (développement exogène) de créer des emplois et d’en faire bénéficier les populations locales (endogène). De nombreux acteurs sont concernés par le développement économique publics et privés, souvent avec des enjeux et logiques différents. Comment les réunir autour d’un projet ambitieux, partagé et porteur d’activités et d’emplois? Quels sont les leviers (intérêts communs) et actions à mettre en place pour ce faire? Comment mettre en cohérence et ainsi optimiser les moyens dédiés? In fine, est-ce le développement économique qui favorise le renouvellement urbain ou l’inverse? Bien évidemment les deux sont intimement liés et participent d’un processus dynamique…

Les objectifs du module

  • Construire une stratégie avec les acteurs publics et privés prenant en compte le potentiel du(des) territoire(s) et la gestion des relations entre activités, emplois et ressources humaines du territoire
  • Savoir soutenir l’initiative privée et «l’entreprendre» dans les quartiers
    Intégrer de nouveaux modes de développement économique vers l’économie de proximité
  • Savoir mettre en œuvre les clauses d’insertion dans une stratégie de développement de l’emploi dans les quartiers
  • Intégrer la place des quartiers populaires dans une stratégie économique d’agglomération

Enseignant principal

Michel David (Copas)

Co-enseignant

Christophe Simone (Copas)

Saïd Bechrouri (Copas)

Dates du module

11 et 12 octobre 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation

L’économie est une donnée clé dans le changement d’image des quartiers et leur réintégration dans le système urbain. Cette notion d’activité dans les quartiers va au delà de l’usage des fonciers/immobiliers vacants, des commerces de proximité, de la question de l’emploi et au-delà de la seule échelle du quartier. Penser le développement économique de ces quartiers ne peut se faire de manière isolée dans une posture d’expert thématique. Ce n’est que dans une posture d’écoute et de co-construction que la résolution des problématiques des quartiers peut être envisagée dans un partenariat inscrit sur le long terme. Ce changement de posture implique de changer nos regards et de raisonner en potentiel de développement, de passer d’une logique de réparation à une logique de projet avec l’ensemble des acteurs publics et privés, les professionnels, mais aussi avec les habitants, acteurs majeurs, si nous voulons comprendre ce que font les gens réellement et de quoi ils vivent.

Les objectifs du module

  • Refixer le cadre des attendus de l’ANRU sur la question de la mixité fonctionnelle
  • Donner les repères essentiels de la construction d’une stratégie de développement économique et commercial
  • Comprendre ce que peut recouvrir la co-construction en matière de développement économique et commercial
  • Donner des éclairages sur des manières de faire, aujourd’hui, incontournables
  • Comprendre les bases des bonnes pratiques associées au montage d’opérations économiques et commerciales

Enseignante principale

Rose Mégard (Hank)

Co-enseignante

Aurélie Gagnepain (Hank)

Ce module comprend une visite de la Maison Revel à Pantin ou une visite de la pépinière d’entreprises La Miel à La Courneuve

Dates du module

13 et 14 septembre 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation

La mobilité peut se définir théoriquement comme la réalisation d’activités, au plan spatial et temporel, reflétant le niveau d’insertion sociale et d’intégration urbaine d’un individu ou d’un groupe social particulier. Elle ne se limite donc pas à la notion de moyens de déplacements physiques mais peut aussi être approchée par les volets de l’insertion sociale, de l’organisation urbaine (localisations services/emplois/habitat) voire de dimensions économiques et cognitives. Pour les quartiers en renouvellement urbain, la réussite des projets se mesurera à la fois à la question de l’intégration des quartiers à la ville et aux possibilités données aux habitants de sortir de leur quartier. Pour autant là aussi, la mobilité ne peut se limiter à la question des déplacements ou des transports urbains, elle renvoie bien au rapport de la personne au territoire, au rapport de la personne à son quartier, l’enclavement de celui-ci venant conforter le sentiment de relégation.

Les objectifs du module

  • Intégrer les problématiques de la mobilité dans le processus de construction de la stratégie urbaine
  • Acquérir les compétences utiles à la hiérarchisation des priorités conjuguées dans le plan d’action
  • Etre en mesure de formuler une commande correcte et opérationnelle auprès des bureaux spécialisés pour que les réponses soient cohérentes avec la stratégie générale, le plan de mise en oeuvre
  • Savoir lire et esquisser une carte des mobilités dans la dynamique du territoire, en prospective à moyen et long terme, en cohérence avec les différentes échelles du bassin de vie, de l’agglomération, de la ville et du quartier

Enseignants principaux

Jean Werlen (Urbitat+) et Samuel Maillot (Roland Ribi & Associés)

Date du module

18 et 19 octobre 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation

Qu’appelle-t-on aujourd’hui composition urbaine? Dans quel cadre théorique et réglementaire peut-elle s’appliquer? Quelles en sont les qualités attendues, les limites… L’espace public, lieu par excellence des usages en est-il l’enjeu majeur? La composition peut-elle devenir ce moyen privilégié (par la reconquête de l’espace public) de l’exercice de la démocratie? Comment le projet de renouvellement urbain interpelle, (re)visite cette question de la composition?

Les objectifs du module

  • Comprendre, les principes clés de la composition urbaine, et leur mise en oeuvre dans le projet de renouvellement urbain
  • Analyser les «incontournables» du projet de renouvellement urbain et leurs applications sur chaque territoire, et sur chacune des thématiques urbaines
  • Comprendre, mettre en œuvre une nouvelle démarche d’aménagement urbain contextualisée au regard du projet de transformation du quartier
  • Hiérarchiser les enjeux

Enseignants principaux

Jean Werlen (Urbitat+) et Chantal Talland (Ecole du Renouvellement Urbain)

Ce module comprend une visite du quartier de la Plaine Saint-Denis

Dates du module

7 et 8 Juin 2018
13 et 14 Septembre 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation

Intégrer la dimension paysagère dans le projet urbain permet aussi d’interroger ou de réinterroger un certains nombres d’acquis et de savoir-faire autour de six grandes questions: le paysage comme élément de patrimoine, identité du grand ensemble et corollaire du cadre bâti, le paysage et la qualité de l’espace public (composition urbaine, ambiances et ressenti),  le paysage et l’environnement du logement, comme partie de l’attractivité recherchée,  la «nature» en ville et près de chez soi – entre attentes, représentations et démarches environnementales, les enjeux de gestion urbaine mais aussi l’attention aux usages et aux modalités d’appropriation, enfin le paysage et ses continuités, pour dépasser l’échelle du PRU et construire de nouveaux liens territoriaux. Sujet d’actualité, l’approche paysagère peut ouvrir sur d’autres filiations, comme celles des projets d’éco-quartier et le développement de l’agriculture urbaine porté actuellement sur différents territoires.

Les objectifs du module

  • Pouvoir établir un diagnostic des qualités paysagères d’un site
  • Mieux connaître les acteurs et les modalités de gestion en place
  • Identifier en quoi une démarche paysagère peut être un des «leviers» du projet de renouvellement urbain
  • Appréhender la diversité des outils; des études amont au suivi de mise en œuvre du projet
  • Avoir une approche critique en s’interrogeant aussi sur les valeurs que l’on donne au paysage et à la place de la nature en ville entre: le sacré, l’utopie urbaine, l’hygiénisme et le fonctionnalisme

Enseignante principale

Véronique Navet (Atelier Ruelle)

Ce module comprend une visite du quartier des Courtillières à Pantin

Date du module

24 et 25 mai 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation

Économiser les ressources, contenir l’étalement urbain, promouvoir de nouveaux modes de vie, mobiliser les citoyens et plus généralement répondre, sur un territoire identifié, aux défis de la ville durable, aux enjeux de la ville de demain: tel est le sens de la démarche ÉcoQuartier. Depuis 2008, sur l’impulsion de l’État et des collectivités s’est progressivement construite une vision commune de l’ÉcoQuartier proposant en associant les habitants un cadre de vie de qualité, à faible empreinte écologique. Faire un ÉcoQuartier, c’est trouver la bonne réponse, tant dans la programmation que dans la forme urbaine. Dès lors l’enjeu est de faire de cette démarche un processus stratégique dans la transformation des quartiers en NPNRU.

Les objectifs du module

  • Connaître, utiliser des concepts de réponses écologiques aux processus de développement urbain, et au renouvellement urbain
  • Intégrer des enjeux et des «solutions» écologiques comme dynamique du projet
  • S’interroger sur les préalables écologiques pour structurer les objectifs du projet

Enseignants principaux

Claire Hamann et Jean Werlen (Urbitat+)

Ce module comprend une visite du quartier des 4000 Ouest de la Courneuve

Date du module

Une nouvelle date vous sera communiquée prochainement

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation

La gestion urbaine de proximité (GUP) est une dimension importante des projets de renouvellement urbain, formalisé par une convention de gestion urbaine de proximité, porteuse d’une dynamique interpartenariale basée sur l’articulation et la coordination des interventions de chacun au service de l’amélioration du cadre et des conditions de vie des habitants des quartiers. La gestion urbaine de proximité est un enjeu essentiel pour la réussite des projets de renouvellement urbain et la pérennisation des investissementsengagés. Elle nécessite une coopération renforcée entre les différents acteurs impliqués.

Les objectifs du module

  • Resituer l’importance de la gestion urbaine dans le fonctionnement social urbain d’un territoire et comprendre les difficultés des démarches de gestion urbaine
  • Identifier les conditions préalables au bon engagement d’un projet de gestion urbaine en particulier au plan de son périmètre et d’une gouvernance associant le conseil citoyen
  • Maîtriser la méthode projet appliqué à la gestion urbaine: les étapes de son déroulement, leur contenu et les outils permettant de les conduire
  • Identifier les spécificités du projet de gestion d’un site en renouvellement urbain

Enseignant principal

Jean Bouvier

Ce module comprend une visite du quartier Quatre Chemins à Pantin

Dates du module

13 et 14 novembre 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation

Le règlement de l’ANRU définit (art 5.1 du RGA) quelques grands attendus quant au futur projet de gestion partenariale qui doit accompagner les projets de renouvellement urbain. Beaucoup de ces attendus ont en commun d’interroger la capacité d’anticipation de la gestion urbaine renégociée à l’occasion du renouvellement urbain, pour une gestion adaptée. Aussi la formation se propose d’explorer sous différents angles cette question de la nécessité d’anticipation pour la gestion urbaine: pour les futures responsabilités de gestion à la faveur de l’évolution des domanialités, sur la soutenabilité financière des modalités de gestion, sur les conditions d’appropriation des espaces par les habitants et sur l’encadrement des nuisances liées aux chantiers.

Les objectifs du module

  • Savoir anticiper, adapter les futures responsabilités de gestion à la faveur de l’évolution des domanialités
  • Comprendre les effets de ces nouvelles modalités de gestion sur la soutenabilité financière des organismes et des collectivités
  • Rechercher les conditions d’appropriation des espaces par les habitants à travers leur implication dans les projets
  • Anticiper l’encadrement des nuisances liées aux chantiers

Ce module comprend différentes études de cas et illustrations

Dates du module

22 et 23 mai 2018
22 et 23 novembre 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation

Le secteur de l’aménagement urbain pèse de manière importante sur l’empreinte environnementale de la planète, mais dispose également de marges de manoeuvre considérables pour transformer ses impacts environnementaux, économiques et sociaux. À l’échelle des quartiers, il s’agit autant de contribuer aux objectifs nationaux de réduction des émissions des gaz à effet de serre et de préservation de l’environnement que de favoriser l’augmentation du reste pour vivre des habitants par la diminution des dépenses contraintes, d’améliorer la qualité de vie des habitants et de promouvoir un développement économique endogène. C’est pourquoi la transition écologique des quartiers constitue un enjeu majeur du renouvellement urbain qui fait figurer l’efficacité énergétique et la transition écologique des quartiers parmi les objectifs prioritaires des projets de renouvellement urbain.

Les objectifs du module

  • Aider les acteurs de la Politique de la Ville, du Renouvellement Urbain  à intégrer de manière opérationnelle les enjeux de la transition écologiques à leurs pratiques.
  • Comprendre la place de l’usager dans le processus de transition écologique.
  • Appréhender les effets de la transition écologique des quartiers sur les pratiques individuelles et collectives.
  • En plus des aspects méthodologiques commun au management environnemental le module traitera de manière spécifique les sujets de la transition énergétique, la gestion alternative du cycle de l’eau, l’économie circulaire et la gestion durable des déchets, la préservation de la biodiversité et la mise en valeur des services écosystémiques

Enseignante principale

Loubliana Petroff (Louping)

Intervenants

Un(e) représentant(e) d’un organisme de logement social et d’une collectivité locale; un sociologue expert des sujets environnementaux

Date du module

14 et 15 juin 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation

Aujourd’hui l’offre de logements «à bon marché» s’est considérablement rétrécie, pour autant, avec l’emploi, le logement fait partie des préoccupations premières des français qui veulent à la fois plus de logements sociaux et une meilleure répartition de ces logements sur les territoires. Dans ce contexte et notamment dans les projets de renouvellement urbain la question du logement se doit d’être posée au regard de la question de l’habitat et des problématiques des territoires.
Les bailleurs sociaux occupent une place majeure pour répondre à ces exigences. Pour s’engager dans les projets du nouveau programme national de renouvellement urbain et se donner toutes les chances de réussite, il est essentiel d’avoir une bonne connaissance et compréhension des organismes de logement social. Cela est d’autant plus nécessaire dans un contexte marqué par d’importantes évolutions législatives et réglementaires qui impactent directement les organismes mais aussi leurs partenaires et répondent, pour certaines, aux mêmes objectifs que ceux du renouvellement urbain notamment : mixité sociale dans les quartiers, qualité et performances du parc social.

Les objectifs du module

  • Intégrer le fonctionnement du secteur Hlm
  • Prendre en compte les évolutions récentes et en cours impactant le secteur et les opérateurs sociaux
  • Appréhender les enjeux du renouvellement urbain pour les organismes
  • Cerner le positionnement des opérateurs dans le partenariat des politiques locales de l’habitat et particulièrement du renouvellement urbain
  • Connaître et comprendre les logiques et contraintes des opérateurs Hlm

Enseignants principaux

Fanny Lainé-Daniel et Christophe Noyé (Cf Géo)

Co-enseignants

Jean-Marie Paris (Cabinet CQFD) et Jean-Pierre Troche (Ville & Habitat)

Intervenants

Un(e) responsable d’un organisme de logement social

Ce module comprend une visite du quartier Saint-Rémy à Saint-Denis

Date du module

23 et 24 avril 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation

Diversifier l’habitat dans les quartiers en renouvellement urbain est un des objectifs incontournables du projet pour les quartiers en renouvellement urbain. Elle doit être recherchée au sein du quartier pour favoriser les parcours résidentiels positifs, pour répondre aux attentes des habitants et permettre l’accueil de catégories de populations différentes, en particulier des salariés. Cette diversification peut être mise en œuvre par la construction de logements privés (y compris en accession sociale) mais aussi au sein du parc de logement locatif social. La diversification de l’habitat est aussi un levier pour permettre le rééquilibrage du parc social à l’échelle de l’agglomération.

Les objectifs du module

  • Comprendre les enjeux de la diversification de l’offre d’habitat en relation avec les enjeux de mixité sociale
  • Savoir prendre en compte ces enjeux aux différentes échelles de projet: programmation de l’offre des opérations de renouvellement urbain à l’échelle des quartiers articulation avec la mise en oeuvre des PLH-I
  • Donner les clefs et les points de vigilance permettant de formuler, sur un territoire, une véritable stratégie de diversification de l’offre d’habitat
  • Connaître les outils opérationnels de la diversification de l’offre en production de l’offre nouvelle et en requalification de l’existant
  • Savoir articuler la «feuille de route habitat» d’un projet de renouvellement urbain avec la mise en œuvre du PLH-I

Enseignant principal

Jean-Pierre Troche (Ville & Habitat)

Co-enseignants

Christophe Noyé (Cf Géo), Simon Goudiard (Adéquation), Emilie Saint-Macary et Samuel Jablon (Ville & Habitat)

Dates du module

15, 16 et 17 octobre 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation

Réunir les conditions d’un meilleur équilibre territorial, plus particulièrement dans les quartiers en renouvellement urbain, et de l’égalité d’accès au parc social nécessite de comprendre comment il est possible de faire tenir ensemble mixité et droit au logement.  Cela  demande de bien connaître le cadre législatif et réglementaire pour en saisir à la fois l’esprit mais aussi les attendus opérationnels. Ce premier cadrage établi, il est nécessaire d’appréhender et d’explorer les logiques de spécialisation à l’œuvre et spécifiques à chaque territoire. La mise en œuvre d’une politique d’attributions visant un meilleur équilibre social reste fortement contrainte par la structure du parc, sa répartition et les écarts de loyers entre les différents segments, le profil des demandeurs… Socle de la réflexion sur les orientations et les actions à mener, le diagnostic doit permettre d’identifier les logiques à l’œuvre et de préciser, les enjeux de peuplement et les marges de manœuvre pour définir une stratégie et des objectifs opérants mobilisant différents leviers: offre, attributions, accompagnement social. Enfin, il importe que les acteurs soient en mesure de traduire leurs enjeux et leurs objectifs dans le format particulier des documents attendus par la loi: Document-cadre d’orientations d’attribution, Convention Intercommunale d’Attribution (CIA) et de veiller à l’articulation de cette politique d’attributions avec d’autres politiques (PLH dans son versant programmation de l’offre; politique de la ville, politique de déplacements urbains, etc.) et documents associés, notamment le PPGDID qui participe (dans le cas de la mise en place de la cotation) ou conditionne (la gestion partagée) la politique d’attribution.

Les objectifs du module

  • Définir une politique d’attribution répondant aux nouvelles exigences sociales et réglementaires, tout en veillant aux équilibres de peuplement
  • Définir une stratégie d’équilibre territorial au regard des composantes des quartiers, de leurs fonctions et rôles dans la dynamique territoriale
  • Définir une méthode partenariale de construction de trajectoires résidentielles, en cohérence avec
    les autres stratégies territoriales, politiques de l’habitat et stratégie de relogement.

Enseignant principal

Francis Rathier (Bers)

Co-enseignants

Fanny Lainé-Daniel et Christophe Noyé (Cf Géo)

Dates du module

1, 2 et 3 octobre 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation

Le relogement est une des principales conséquences des opérations qui portent sur le renouvellement ou la restructuration lourde des logements. Dans le cadre du NPNRU, le choix a été fait de laisser aux porteurs de projet la responsabilité de décliner opérationnellement les objectifs «parcours résidentiel, mixité sociale, insertion sociale» et de les traduire en indicateurs de suivi permettant d’apprécier la qualité des relogements. De plus, depuis la loi Égalité et Citoyenneté, le relogement est un des aspects de la politique plus générale portant sur les attributions qui doit être élaborée par les EPCI.

Enfin, le relogement s’inscrit dans une stratégie «habitat» plus large que la collectivité construit, puis met en œuvre à travers la convention pluriannuelle: reconstitution de l’offre, requalification, diversification… Cette complexité des opérations de relogement impose tout au long de l’opération la construction d’outils visant à coordonner ces trois dimensions. Comprendre leur objet, définir les conditions de leur construction et leur contenu, assurer leur actualisation… tels sont les objectifs de la formation.

Les objectifs du module

  • Définir une politique de relogement en cohérence avec la fonction du quartier et les enjeux de mixité sociale
  • Faire de la politique de relogement un enjeu dans le développement des politiques sociales
  • Conjuguer stratégie de relogement et stratégie de mobilité dans la construction de parcours résidentiel
  • Impliquer l’ensemble des acteurs dans la construction de ces stratégies
  • Replacer le relogement dans les dynamiques résidentielles plus larges: mobilités résidentielles
  • Connaître les bases de données mobilisables et les outils de suivi
  • Déterminer les outils à mettre en place en fonction du contexte local

Enseignant principal

Christophe Noyé (Cf Géo)

Co-enseignants

Fanny Lainé-Daniel; Alice Collet (Anru), Christine Lelévrier (IUP/UPEC); Sébastien Horau (Eohs); Francis Rathier (Bers)

Intervenants

Un(e) responsable d’une collectivité locale et d’un d’organisme de logement social

Dates du module

22, 23 et 24 octobre 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation

Dans le cadre du NPNRU, la stratégie de relogement et les modalités d’accompagnement social devront être précisées dans la Convention Intercommunale d’Attributions (CIA), en cohérence avec les politiques intercommunales d’attribution pilotées par les EPCI. Cette convention sera annexée à la convention de renouvellement urbain.
Le relogement constitue un volet essentiel de l’évaluation de l’impact social des projets de renouvellement urbain. Afin de faciliter le suivi des opérations de relogement, tout comme dans le PNRU, l’USH met à disposition des organismes Hlm l’outil RIME, actualisé, en conformité avec le nouveau règlement général de l’ANRU. Les données de l’outil RIME sont des informations indispensables pour objectiver les résultats, apprécier la qualité des opérations en termes de mobilité des ménages, de possibilité offerte d’accéder à un logement neuf ou conventionné de moins de 5 ans hors QPV.

Les objectifs du module

  • Comprendre et savoir utiliser l’outil RIME
  • Savoir vérifier l’atteinte des objectifs et des engagements pris dans la convention de renouvellement urbain pluriannuelle.
    Un ordinateur sera à disposition pour chacun des stagiaires

Enseignant principal

Emmanuel Ricard (EOHS)

Dates du module

25 octobre 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation

L’élaboration de stratégies d’intervention en direction du parc privé – et plus particulièrement en direction du parc en copropriété – constitue une composante majeurede très nombreux projets de renouvellement urbain. 153 quartiers en NPNRU sont concernés par des problématiques de copropriétés et 54 quartiers par des problématiques d’habitat ancien dégradé.
Concernant les copropriétés, les outils et procédures à mettre en œuvre sont très divers, souvent complexes à maîtriser et fréquemment mal connus des acteurs du renouvellement urbain. Ils nécessitent la réalisation de diagnostics pertinents, l’élaboration de stratégies d’intervention et de financement adaptés à la «gradation des situations»: de la simple prévention des difficultés à des interventions plus lourdes, voire très lourdes, pouvant impliquer des démolitions, des opérations de rachat, d’expropriation et de «portage» de lots. Dans le contexte actuel, l’ensemble de ces interventions va s’inscrire dans la mise en œuvre de la convention ANAH / ANRU, signée en novembre 2014.

Les objectifs du module

  • Comprendre les enjeux des interventions publiques sur les copropriétés en difficultés et connaître les méthodes et outils d’analyse mobilisables
  • Connaître l’ensemble des dispositifs d’intervention possible et la «boîte à outils»
  • Cerner les différentes stratégies possibles et modalités d’intervention dans le cadre d’un projet de renouvellement urbain
  • Faire le point dans le contexte du NPNRU sur le rôle respectif de l’ANRU et de l’ANAH

Enseignants principaux

Marie-Annick Lannou
Jean-Pierre Troche (Ville & Habitat)

Co-enseignantes

Annabelle Lopez (Ville & Habitat)

Intervenants

Un(e) intervenant(e) de l’ANRU et un(e) intervenant(e) de l’ANAH.

Dates du module

5 et 6 novembre 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation

Le Programme National de Requalification des Quartiers Anciens Dégradés a permis d’expérimenter des dispositifs d’intervention et préfigurer les questions à traiter au niveau du NPNRU. Les limites et les difficultés rencontrées sur certain PNRQAD sont riches d’enseignements et dessinent en creux les questions opérationnelles qui doivent être posées au cours du module. De nombreux quartiers anciens dégradés sont aussi situés dans le contexte particulier des territoires à marché détendu ce qui suppose une recherche particulière d’adaptation des outils d’intervention. Les outils et procédures à mettre en œuvre sont très divers (ORHI,THIRORI, OPAH, Travaux sous DUP, etc.), souvent complexes à maîtriser et fréquemment mal connus des acteurs du renouvellement urbain. Ils nécessitent la réalisation de diagnostics pertinents, l’élaboration de stratégies d’intervention et de financement adaptés et fortement articulés avec les interventions urbaines, commerciales, etc. Dans le contexte du NPNRU, l’ensemble de ces interventions va s’inscrire dans la mise en œuvre de la convention ANAH/ANRU, signée en novembre 2014.

Les objectifs du module

  • Comprendre, savoir analyser dans le contexte d’un projet de renouvellement urbain les enjeux d’intervention en direction du parc privé: traitement de situations dégradées, utilisation d’outils coercitifs, accompagnement incitation et financement de requalifications lourdes, traitement des enjeux sociaux, mise en place d’outils d’accompagnement et de prévention, repositionnement sur le marché local de l’habitat
  • Élaborer une stratégie d’intervention en s’appuyant sur les diagnostics pertinents
  • Connaître les dispositifs d’intervention possibles et la boîte à outils des procédures et financements: les dimensions juridiques et opérationnelles des différentes procédures, les montages et les financements possibles
  • Préciser le contexte d’intervention autour de la mise œuvre du NPNRU et des protocoles de préfiguration. Rappeler les fondamentaux structurants les opérations de renouvellement urbain et de l’ANRU

Enseignants principaux

Guillaume Bourlier, Consultant expert concernant les dispositifs d’intervention en direction du parc privé (Dévelop’toit)
Jean-Pierre Troche (Ville & Habitat)

Date du module

14 et 15 mai 2018

22 et 23 octobre 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation

Ce module est centré sur la problématique du renouvellement urbain en territoire détendu avec les implications sur la stratégie de l’habitat et la conception de projets urbains. À l’échelle macro-territoriale, les recompositions économiques se traduisent par des recompositions territoriales et sociales dont l’effet le plus marquant est la métropolisation (concentration de l’emploi qualifié notamment, dynamisme démographique, marché immobilier tendu). À l’inverse un grand nombre de territoires détendus, qui ne sont plus attractifs, sont soumis à un processus de déclin démographique et de resserrement urbain.
Les problématiques et les méthodes de renouvellement urbain peuvent-elles dès lors être les mêmes dans ces territoires et dans les marchés tendus?  Ce module se propose d’aborder les spécificités de ces territoires en les replaçant dans les dynamiques territoriales plus vastes (effet de la métropolisation), puis en soulignant leurs caractéristiques propres (marchés de l’habitat, besoins persistants en logement malgré la détente, phénomènes démographiques, économiques, spécificités urbaines…), enfin, en examinant les stratégies qui peuvent s’appliquer dans ces contextes, selon les logiques des acteurs en place. Une typologie de situations de territoires détendus est proposée.  La stratégie de l’habitat (et de l’habitat social plus particulièrement) sera mise en perspective à une échelle plus large, analysée, croisée avec les phénomènes de déclassement urbain, de rejet de certaines formes urbaines, de dévitalisation des centres villes et de péri urbanisation.  Le mode opératoire du renouvellement urbain est interrogé dans ces contextes: l’importance des démolitions, l’ambition des réhabilitations, le niveau et la localisation de la reconstitution de l’offre, le remaillage urbain, la diversification, la mutabilité foncière, toutes ces approches seront confrontées à des problématiques et des modes opératoires différents.

Les objectifs du module

  • Caractériser et décrire les différents types de territoires détendus
    Souligner les contraintes d’un marché de l’habitat détendu, notamment pour le développement ou la requalification de l’habitat social
  • Définir les contours d’une stratégie et d’une programmation de l’Habitat dans ces contextes. Fournir des argumentations
  • Définir les spécificités d’une stratégie de renouvellement urbain dans ces territoires. Quel sens particulier donner aux principes de mixité sociale, renouvellement, diversification, …?
  • Évoquer les problèmes spécifiques du parc privé en parallèle du parc social: quels outils spécifiques?
  • Présenter les orientations de projet urbain et les leviers opérationnels envisageables, notamment au plan de la conception du projet en quartier détendu

Enseignante principale

Laurence Dini (Gerau Conseil)

Co-enseignants

Cécile Bouclet (Codra), Christophe Noyé (cf Géo) et Véronique Navet (Atelier Ruelle)

Intervenants

Des représentants d’organisme de logement social

Date du module

17 et 18 mai 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation

La diversification de l’offre d’habitat dans les quartiers est le premier objectif incontournable du NPNRU. Outre le recours à la démolition-reconstruction et au développement d’une offre neuve d’habitat, la transformation du parc existant est un levier prépondérant pour l’atteinte de cet objectif. Via des scénarios d’intervention différenciés selon la qualité initiale du parc, son potentiel à moyen-long terme, ou encore l’articulation avec le projet urbain, il s’agit ainsi de recréer une une diversité de loyers; une diversité typologique; une diversité dans la forme urbaine et architecturale. Par ailleurs, l’amélioration de la performance énergétique des logements, tant pour limiter l’impact de celle-ci sur les charges supportées par les habitants que pour contribuer à la transition écologique des quartiers, se doit également d’être au cœur des nouveaux projets de renouvellement urbain. L’attention particulière apportée par l’ANRU et ses partenaires à la qualité des réhabilitations-résidentialisations dans le cadre du nouveau programme oblige à définir les stratégies d’intervention précises et justifiées et à se doter d’outils d’analyse et d’aide à la décision adaptés.
Le présent module a pour objectif de donner les clés de lecture de ces stratégies patrimoniales, et de faciliter leur élaboration partagée et intégrée avec les différents volets du projet (urbain, social et économique).

Les objectifs du module

Inscrire la mise en place de stratégies d’intervention dans le parc social existant dans la stratégie globale de renouvellement urbain
Maîtriser les instruments d’aide à la décision guidant les choix des maîtres d’ouvrage immobiliers et urbains dans leurs programmes de réinvestissement au sein du parc social ancien
Connaître et prendre en compte les contraintes et les leviers permettant de réinscrire les patrimoines réhabilités dans une trajectoire de valorisation durable
Animer le système d’acteurs contributifs des décisions impactant les réinvestissements sur le parc ancien: porteur de projet, architecte-urbaniste, organismes HLM, habitants…

Enseignante principale

Laure Nicolas, urbaniste et juriste (Espacité)

Intervenants

Des représentants d’organisme de logement social

Dates du module

29 et 30 octobre 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation

Dans un contexte général de fragilisation socio-économique de la population et de montée des prix immobiliers, l’accès au logement de tous reste, à l’échelle nationale, un enjeu central des politiques de l’habitat et d’aménagement du territoire. Dans ce contexte, la maîtrise des coûts aux différentes étapes de la conception à la mise sur le marché d’un programme de logements est une préoccupation constante de tous les partenaires. Le nouveau programme national de renouvellement urbain réaffirme la diversification de l’offre d’habitat au sein des quartiers comme un de ses objectifs incontournables. Coupler, diversification de l’habitat, et développement d’une offre de logements en accession à la propriété complémentaire du parc locatif social et maîtrise des loyers demeure un défi conséquent pour nombre de territoire. Les récents modèles d’accession à la propriété ont été développés en France et à l’étranger dans ce double objectif: proposer des coûts maîtrisés, et maintenir cette abordabilité dans la durée afin de sécuriser les parcours résidentiels des habitants, comme la pérennité du modèle et des produits logements. Les stratégies de diversification menées dans les quartiers en renouvellement urbain ont l’opportunité de mobiliser des solutions nouvelles, et plus adaptées, aux enjeux urbains et sociaux auxquels ils répondent. Les statuts intermédiaires entre l’accession et la location que représentent les coopératives d’habitants, les SCI d’accession progressive à la priorité ou encore les baux réels solidaires portés par les organismes de foncier solidaire, constituent de réelles opportunités de renouvellement des pratiques d’intervention en quartier de renouvellement urbain, et ceci dans l’ambition conjointe d’assurer une certaine mixité sociale et de maitriser le fonctionnement des ensembles immobiliers crées.

Les objectifs du module

  • Positionner les nouvelles formes d’accession à la propriété, dans le panel des produits favorisant la recomposition immobilière des quartiers en renouvellement urbain
  • Appréhender les instruments en mesure de sécuriser le fonctionnement immobilier et social des programmes en diversification
  • Mesurer le potentiel offert par le bail réel solidaire, la SCI d’accession progressive à la propriété et les coopératives d’habitants pour mettre en œuvre la stratégie de diversification

Enseignante principale

Anne-Katrin Le Doeuff (Espacité)

Intervenants

Des représentants de collectivité locale et d’organisme de logement social

Date du module

18 et 19 juin 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation

La réforme de la Politique de la Ville initiée par la loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine du 21 février 2014 inscrit le Contrat de Ville dans un processus de co-construction incarné par la désignation dans chaque quartier prioritaire d’un Conseil Citoyen. Les conseils citoyens sont maintenant en place dans quasiment tous les territoires en contrat de ville et dans les quartiers en renouvellement urbain. Dans le cadre des PNRU nationaux et régionaux, mettre en œuvre cette participation doit avoir des effets sur la qualité des projets, sur leur accompagnement et plus largement sur la mise en place d’un nouveau dialogue avec les acteurs locaux institutionnels. Le module se propose d’interroger ce nouveau mode de participation, d’approfondir le rôle, l’organisation des conseils citoyens et leur place dans les modes de gouvernance du projet.

Les objectifs du module

  • Permettre de maîtriser le cadre et les différents niveaux de participation des habitants, en particulier via l’instance du Conseil Citoyen
  • Mieux appréhender la participation des habitants, ses dimensions ses limites, ses intérêts, par des apports théoriques croisés avec des analyses d’expériences de terrain
  • Connaître le fonctionnement des conseils de citoyens: leurs missions, leur organisation, leur fonctionnement
  • Identifier les leviers mobilisables pour une participation effective des conseils citoyens à la gouvernance du projet
  • Percevoir comment intégrer le Conseil Citoyen tout au long du projet dans la gouvernance et les différentes étapes de mise en œuvre du projet (contrat de ville et PRU)

Enseignant principal

Paul Garcia (Pluricité)

Dates du module

23 et 24 mai 2018
11 et 12 octobre 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation

Une «Maison du Projet» doit être mise en place dans chacun des quartiers en renouvellement urbain. Espace de réunion, d’information, de participation, les maisons du projet doivent favoriser les démarches de co-construction. Si leur financement entre dans le cadre du NPNRU, est laissé le choix aux porteurs du projet du lieu de son implantation et de sa forme. Liberté est laissé également aux maîtres d’ouvrage pour trouver le fonctionnement où s’incarne les démarches de participation avec les conseils citoyens, associations, usagers et acteurs locaux. L’enjeu alors est d’en faire un lieu dédié au projet, un lieu reconnu par tous et un lieu de convergence où se construit un dialogue, des points de vue entre tous les acteurs. De fait l’animation de la maison du projet interpelle la démarche classique de conduite de projet en proposant de nouvelles formes de mobilisation, de nouvelles formes de participation et de nouvelles démarches dans la co-construction du projet lui même.

Les objectifs du module

  • Identifier les enjeux de la création d’une maison du projet et son rôle dans la gouvernance du projet de renouvellement urbain, son lien avec le conseil citoyen
  • Esquisser les programmations possibles pour faire vivre une maison du projet (événements de convivialité, ateliers pédagogiques et ludiques, ateliers de co-construction du projet, actions de transformation du cadre de vie…)
  • Identifier ses différentes formes et leur pertinence pour chaque contexte
  • Définir les modalités de mise en œuvre et de gestion d’une maison du projet en s’appuyant sur des cas d’étude concrets et une visite sur site
  • Co-construire avec les participants une feuille de route et déterminer des outils opérationnels pour mettre en œuvre une maison du projet

Enseignantes principales

Laure Gayet et Kelly Ung (Atelier Approches!)

Intervenante

Violette Arnoulet (Maison du projet de Stains)

Ce module comprend une visite de la Maison du Projet de Stains

Dates du module

8 et 9 novembre 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation

La spécificité de la notion de co-construction réside entre autres dans son indétermination. À la différence de la délibération et de la co-élaboration, qui reposent sur des dispositifs clairement identifiables, la co-construction renvoie à des dispositifs encore au stade expérimental. Elle renvoie davantage à une intention: redistribuer les ressources de légitimité entre les différents acteurs de la ville et rechercher l’efficacité dans la manière de «faire» la ville. Il s’agit dès lors d’inscrire la co-construction dans le renouvellement des pratiques de gouvernance urbaine de créer une capacité d’action collective redistribuant de fait les ressources de légitimité auparavant détenues par les acteurs institutionnels.

Les objectifs du module

  • Comprendre ce qui distingue la co-construction des autres démarches
  • Avoir et savoir donner l’envie de co-construire
  • Mettre en perspective cette démarche (les rôles de chacun, porteurs de projet, experts – consultants, maîtrise d’usage)
  • Créer les conditions et les dispositifs pour «une action collective» et son intégration: le processus.
  • Définir les temps de la co-construction
  • Savoir rechercher l’efficacité par la concrétisation des objectifs dans un processus d’un temps donné
  • Apprendre à adapter le contenu de l’action du projet en regard des objectifs fixés dans le processus de co-construction

Enseignante principale

Marie Blanckaert (Blau)

Co-enseignante

Pauline Cachera (Blau)

Intervenants

Des représentants de collectivité locale et d’organisme de logement social; des habitants référents engagées dans les processus de co-construction

Dates du module

14 et 15 mai 2018
19 et 20 novembre 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation

Donner la parole, engager une conversation avec des artisans de la ville afin de comprendre, de partager ce qui constitue leur fait urbain… Durant une demi-journée, carte blanche est donnée à une personnalité ou à un collectif, pour qu’ils construisent, sur la thématique de leur choix, le récit de leur engagement, de leur travail sur la ville, sur les quartiers.

 

Ministre délégué chargé de la ville sous le gouvernement Ayrault, convaincu que l’intervention citoyenne et le rétablissement de l’égalité républicaine sont des moyens efficaces de lutte contre la montée de l’abstentionnisme, des extrémismes, ou du communautarisme dans les quartiers populaires, François LAMY est l’auteur de la loi de février 2014 reconnaissant aux habitants – par la création des conseils citoyens dans les quartiers de la politique de la ville – leurs places dans la construction des contrats de de ville et des projets de renouvellement urbain.

Revoir la Carte Blanche à François Lamy

 

Architecte urbaniste depuis plus de 20 ans et Grand Prix de l’urbanisme en 2014. En 2003 il créée l’agence OBRAS avec l’architecte Marc BIGARNET afin de penser la nature comme un outil de recomposition de l’urbain. Il est également enseignant à l’école d’architecture de la ville et des territoires de Marne-la-Vallée. Commissaire avec le collectif Ajap 14 du pavillon France à la XVème Biennale de Venise sur la thématique des «nouvelles richesses».

Date

Cette conférence est reporté. Une nouvelle date vous sera communiquée prochainement.

Informations pratiques

Les conférences Cartes Blanches sont gratuites et ouvertes à tous

Lieu de la conférence :
Ecole du Renouvellement Urbain – 2 rue du Sucre – 93300 Aubervilliers
Horaires : 14h00 à 17h00

Architecte urbaniste, docteur en sociologie, peintre, sa rencontre avec Henry Raymond et Henri Lefevbre, a été déterminante dans son engagement professionnel. A Mayotte, puis à la Réunion il met en application de nouveaux principes de nouveaux de construction privilégiant le développement de l’habitat populaire et le développement durable. Membre du collectif du 6B, commissaire de l’exposition «Picardie terre de bataille» réunissant un collectif d’artistes son travail de peintre a été présenté lors de cet événement.

Date

Le 31 mai 2018

Informations pratiques

S’inscrire à la Carte Blanche en ligne

Les conférences Cartes Blanches sont gratuites et ouvertes à tous

Lieu de la conférence :
6-10 Quai de Seine, 93200 Saint-Denis
Horaires : 15h00 à 18h00

Architecte, ancienne cheffe de chantier, elle co-crée Bergers urbains en 2013. Bergers Urbains est constituée de professionnels de l’aménagement du territoire, liés par une même valeur, l’action.  Formés aux techniques de paysannerie en ville à travers diverses expériences associatives, ils sont tous les jours au contact des animaux et du sol. Créé sous la forme d’une coopérative, pas de hiérarchie ni de rapport de subordination, mais une responsabilité à part égale de la gestion du collectif et des liens avec les partenaires. Bergers urbains répond à plusieurs commandes d’entreprises ou de collectivités intéressées par les transhumances de moutons lors d’événementiels ou pour la gestion de leurs espaces verts.

Date

Le 14 juin 2018

Informations pratiques

S’inscrire à la Carte Blanche en ligne

Les conférences Cartes Blanches sont gratuites et ouvertes à tous

Lieu de la conférence :
Ecole du Renouvellement Urbain – 2 rue du Sucre – 93300 Aubervilliers
Horaires : 14h00 à 17h00

Alexander a étudié la tapisserie et l’architecture. Il a fondé constructlab, un forum de design participatif et projets de construction, en 1998 et a participé à différents projets avec des collectifs comme raumlaborberlin. Depuis 2006, il a rejoint le collectif parisien EXYZT et a travaillé sur plusieurs projets, dont la contribution française à la 10e biennale d’architecture de Venise, une performance live de 3 mois qui a transformé le pavillon français en habitation. Avec l’idée de constructlab, il a initié et conçu d’autres projets tels que la résidence “construir juntos” pour la capitale européenne de la culture 2012 à Guimaraes, le projet suivant Casa do Vapor 2013 à Lisbonne et le projet “Mons Invisible, le jardin suspendu” pour Mons 2015, capitale européenne de la culture.

Date

Le 20 septembre 2018

Bellastock est une association d’architecture expérimentale œuvrant pour la valorisation des territoires et de leurs ressources en proposant des alternatives à l’acte de construire. Elle travaille sur des problématiques liées aux cycles de la matière, au réemploi et à la préfiguration des transformations territoriales. L’association propose et met en place des alternatives architecturales innovantes, écologiques et solidaires, avec la volonté de les partager auprès du grand public. Bellastock a été créé en 2006 au sein de l’école d’architecture de Paris-Belleville par des étudiants, aujourd’hui diplômés qui ont voulu pallier au manque de manipulation et d’expérimentation pratique dans leur cursus. C’est dans ce but qu’ils montent un festival d’architecture consistant en la création d’une ville éphémère expérimentale. Au fil des années Bellastock a diversifié son activité en multipliant les partenariats et les collaborations avec les écoles françaises et internationales, les entreprises, les institutions publiques et avec l’ensemble des acteurs impliqués au sein de projets d’aménagement de la ville et du territoire

Date

Le 18 octobre 2018 (pressenti)

Olivier Jost, architecte de l’agence Ekoa,  a développé son expériences sur des projets variés extensions, maisons individuelles, bâtiments de bureaux neufs ou en réhabilitation, opérations de logements individuels et collectifs ou équipements publics. L’agence revendique la curiosité et la variété des projets abordés comme vecteurs de richesse créative. L’agence Ekoa et ses partenaires (Arroyo, Tribu et Sogeti) ont été retenus par la SEM ville renouvelée pour la construction de la maison du projet du site de La Lainière de Roubaix. Leur projet met en avant la mutabilité du bâtiment, la flexibilité des espaces l’utilisation de matériaux sains et la réduction des consommations du bâtiment Pour l’architecte, Olivier Jost, il s’agit de son premier projet de bâtiment «cradle to cradle».

Date

Le 29 novembre 2018

La première période de la rénovation urbaine a profondément modifié les postures et pratiques professionnelles. De fait, la rénovation a permis en faisant converger l’intérêt des différentes maîtrises d’ouvrage et acteurs de la ville, de questionner, d’approfondir des thématiques, qui de fait, tant du point de vue urbain, économique et social, interpelle la manière de concevoir la ville contemporaine.
L’enjeu de ces conférences est de capitaliser les savoirs, les expériences innovantes d’ici et d’ailleurs, sur le renouvellement urbain.

La conférence de la ville programmée en 2018

Des espaces pour exister : enjeux et rôles des espaces « autres »

Faire du renouvellement urbain, une opportunité pour revisiter, créer de nouveaux lieux. Des lieux où se juxtaposent différents espaces, différents usages. Des espaces concrets qui accueillent l’imprévu, intègrent d’autres usages et développent un imaginaire collectif. Trois exemples illustreront cette nouvelle production et appropriation urbaine:

  • La Compagnie du centaure
    Fondé, en 1989, le Théâtre du Centaure est implanté à Marseille depuis 1995. La compagnie est dirigée par Camille & Manolo. Le Théâtre du Centaure est une famille d’une dizaine d’équidés et d’humains qui ont construit ensemble un mode de vie et de création spécifique. Village, écuries, lieu de travail et de fabrique, où dix personnes et dix chevaux oeuvrent tous les jours à la réalisation d’une utopie. Parce qu’il est impossible, parce que c’est une utopie, le Centaure est une forme d’engagement, un engagement qui pousse à inventer un théâtre qui n’existe pas, des formes différentes, un langage autre.
  • Yes we camp
    Depuis 2013, Yes We Camp explore les possibilités de construire, habiter et utiliser les espaces partagés en proposant des équipements temporaires innovants, fonctionnels et inclusifs. Pour chaque projet, l’association fait appel aux compétences ciblées de professionnels de son réseau et travaille en lien avec les acteurs locaux. Aujourd’hui, l’équipe permanente regroupe une vingtaine de personnes basées à Marseille et à Paris qui partagent la même envie de contribuer au monde contemporain.
  • Le Centquatre-Paris
    Fabrique artistique et culturelle d’un genre nouveau, le CENTQUATRE-PARIS accueille les publics et artistes du monde entier. Théâtre, arts visuels, danse, musique… pensé comme une véritable plate-forme collaborative, il donne accès à l’ensemble des arts actuels, au travers d’une programmation résolument populaire, contemporaine et exigeante. Lieu de vie atypique jalonné de boutiques, il offre également des espaces aux pratiques artistiques libres et à la petite enfance. Pour les start-ups qui intègrent son incubateur, il constitue un territoire d’expérimentation unique, à la croisée de l’art et de l’innovation.

Cette conférence aura lieu à Marseille le jeudi 17 Mai.

Tout au long de la conférence le GIP Marseille rénovation urbaine présentera, aux travers des projets du territoires, leurs démarches et réalisations répondant à cet enjeu.

Depuis 2011 et sur la demande et le soutien de l’USH, de l’ANRU et du CGET a été créée et mise en œuvre une formation dédiée aux habitants des quartiers. Depuis sa création, près de 450 habitants venant de tous les quartiers de la France (Métropole et Outre Mer) ont suivi cette formation. D’une durée de cinq jours, cette formation nationale est réservée aux habitants acteurs de leurs quartiers (membres de conseils citoyens, associations de locataires, centres sociaux, régies de quartier).
Trois sessions sont programmées en 2018.
Coût pédagogique de la formation, frais de déplacements d’hébergement et de restauration des stagiaires sont totalement pris en charge.

Les objectifs du module

  • Développer le pouvoir d’agir des habitants sur leur cadre de vie
  • Procurer aux stagiaires une connaissance de la réglementation et des procédures en matière de participation des habitants à l’amélioration de leur cadre de vie (démarches liées à la politique de la ville, à la concertation locative HLM), leur permettant de se positionner correctement dans le dialogue avec les institutions.
  • Apporter aux stagiaires des méthodes et des outils leur permettant de développer « leur pouvoir d’agir » sur des projets concernant leur cadre de vie, projets portés par des institutions ou par d’autres habitants, une maîtrise et des démarches d’amélioration de leur cadre de vie.

Enseignant(s)

  • Jean Bouvier, économiste, consultant en gestion urbain associé à la condition urbaine
  • Eric Amanou, socio-urbaniste, fondateur de la condition urbaine
  • Sophie Tartière, sociologue urbaniste, associée à la condition urbaine
  • Nicolas Le Berre, designer consultant, co-fondateur de New CITYzens.

Dates du module

  • 28, 29, 30, 31 mai et 1er juin 2018
  • 1, 2, 3, 4 et 5 octobre 2018

Le public visé

Les habitants acteurs des quartiers en Contrat de Ville

En pratique

Télécharger le programme détaillé de la formation
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder aux supports pédagogiques de la formation
Contactez l’ERU 

À la demande du Commissariat Général à l’Egalité des Territoires, l’ERU propose depuis décembre 2016 une formation dédiée aux membres des conseils citoyens des quartiers en renouvellement urbain.
Ce dispositif de formation national a pour objectif de faciliter la mise en place d’une démarche de co-construction et de permettre aux conseils citoyens de construire un avis motivé sur leur projet de renouvellement urbain.
Au total, ce sont près de 660 membres des Conseils Citoyens qui seront accueillis dans cette formation.
Ce dispositif de formation s’appuie sur des éléments de cadrage, des outils méthodologiques, un outil numérique interactif «DIGICITE», des mises en situation…

Objectifs de la formation

  • Faire connaître l’environnement politique et institutionnel de la politique de la ville et du renouvellement urbain
  • Comprendre les enjeux d’un projet de renouvellement urbain et identifier «les incontournables» d’un projet
  • Connaître le mode de gouvernance et de pilotage du projet (le rôle et l’organisation des différents acteurs, la place des habitants dans la gouvernance)
  • Définir les compétences de la maîtrise d’usage des habitants dans la co-construction d’un projet urbain
  • Aider les habitants à formaliser les enjeux urbains et sociaux des projets de renouvellement urbain (au stade des protocoles de préfiguration et des conventions)
  • Permettre aux habitants d’être en capacité de participer au processus de concertation dans le cadre d’un projet de renouvellement urbain
  • Définir les compétences de la maîtrise d’usage des habitants – tant dans la conception et programmation urbaine, que sur le champ de la gestion.
  • Être en capacité de diffuser les acquis de la formation auprès des autres membres du Conseil Citoyen

Le public visé

Participent aux formations de 5 jours, 3 membres de chaque conseil citoyen dont l’animateur et deux membres du collège habitants désignés en son sein par le conseil citoyen.
 Cette formation s’adresse aux membres des Conseils Citoyens du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain, de métropole et d’Outre-Mer.

Dates des prochaines session de formation

CALENDRIER FORMATION CONSEIL CITOYEN 2018

Informations pratiques

Télécharger le programme détaillé de la formation
Accéder à la vidéo de présentation de la formation conseil citoyen
Accéder au matériel pédagogique de la formation
Accéder à la plateforme collaborative

Lieu de la formation

École du Renouvellement Urbain
45, avenue Victor Hugo-Bâtiment 270
93 300 Aubervilliers

Financements

Cette formation est financée par le Commissariat Général à l’Égalité des Territoires (CGET). Les frais de déplacement, d’hébergement et de restauration des stagiaires sont totalement pris en charge.

Inscription et informations

  • 
Camille CHARTRAIN, Chargée de mission ERU
    Tél: 06 40 49 73 61
    E-mail: c.chartrain.eru@union-habitat.org
  • Laura DELPHIN, Assistante de formation ERU
    Tél: 06 45 86 18 15
    E-mail: l.delphin.eru@union-habitat.org

Maîtriser l’instruction des dossiers de financement, le montage des conventions ou le suivi plus global des projets de renouvellement urbain ne s’improvise pas. Cela s’apprend et s’expérimente. Pour aider les instructeurs, chargés de mission et chefs de service des DDTM à soutenir efficacement les projets locaux de renouvellement urbain, l’ANRU propose un programme de formation. Ce programme permet aux professionnels qui abordent le champ du renouvellement urbain d’approfondir leurs connaissances et de se doter des savoir-faire pratiques indispensables à la réussite des projets et à l’avancement du programme national.

La formation programmée en 2018, est composée:

  • Pour les chefs de service et chefs de cellule : d’un parcours pilotage stratégique et opérationnel de 7 jours obligatoires (tronc commun « connaissance partagées » et le module métier)
  • Pour les instructeurs et chargés de suivi de projet : d’un parcours instruction financière de 9 jours obligatoires (tronc commun « connaissance partagées » et le module métier)
  • Pour tous : de modules d’actualité à la carte consacrés à creuser un sujet ou un savoir-faire particulier liés aux missions des DDT/M.

Objectifs de la formation

  • Appréhender le Programme National de Rénovation Urbaine, PNRU et NPNRU: ses enjeux, ses objectifs, ses liens avec la politique du logement et de l’urbanisme et la politique de la ville
  • Identifier le fonctionnement de l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU), ses partenaires nationaux et locaux
  • Comprendre le sens du règlement général de l’ANRU (RGA) le suivi opérationnel des conventions et l’instruction financière des opérations
  • Repérer et prendre en main les outils mis à disposition des acteurs, et notamment des DDT/M (outils de communication, outils de suivi opérationnel des opérations, logiciel d’instruction financière Agora, etc.)
  • Partager une culture commune et définir le rôle, la place et les leviers des équipes des DDT/M dans ce système d’acteurs et ce mode projet.

Les intervenants de l’ANRU

Caroline Bollini, Isabelle Ava, Hélène Gros, Murielle Mucret, Laurence Quercy, Véronique Girard, Marc Béal Rainaldy, Ouadifa El Allouchi, Elodie Bugnazet, Jennifer Lacroix, Yaelle Hounkpatin, Lise Lebel, Alice Collet, Odile Dubois-Joye

Les partenaires de l’ANRU

Anne Beauchesne ( CGET), Arnaud Longé (DGHUP), Sophie Angotti (USH), Eric Le Marec (CDC), Delphine Sangodeyi (Action Logement)
Les intervenants DDT/M : Sylvie Loizon, Laurent Dehondt, Nadine Baumlin, Julien Peron

Autres Intervenants

Jean Werlen, Anne Katrin Le Doeuff, Jean Pierre Troche, Christophe Noyé, Michèle Esposto, Miguel Salinas

Fil rouge de l’animation

Chantal Talland

Dates des parcours

  • Pour les chefs de service et chefs de cellule : parcours pilotage stratégique et opérationnel : les 29, 30, 31 janvier, 1, 2 février et 13, 14 mars
  • Pour les instructeurs et chargés de suivi du projet : parcours instruction financière: les 29, 30, 31 janvier, 1, 2 février et 14, 15, 16 et 17 mai
  • Pour tous, les modules d’actualité :

Aménagement et stratégie foncière

le 4 juin

Stratégie de l’habitat, diversification et relogement

les 5 et 6 juin

Bien finir le PNRU

le 7 juin

Informations pratiques

Télécharger le formulaire d’inscription

Contact ERU

Xavier LOCHE: 01.75.62.00.03 / x.loche.eru@union-habitat.org

Contact ANRU

Ouadifa EL-ALLOUCHI: 01.53.63.52.93 / oelallouchi@anru.fr

Supports pédagogiques de la formation prise de poste

Accéder aux supports pédagogiques de la formation prise de poste DDT

Supports pédagogiques des modules d’actualité

Accéder aux supports pédagogiques de la formation Bien finir le PNRU

Initié en 2012 avec Bilbao, le voyage d’études «Autrement, Ailleurs» prend la forme d’une rencontre avec un territoire européen en renouvellement urbain et donne l’occasion d’interpeller nos démarches et nos méthodes. Chacun de ces voyages d’études explore les thématiques des enjeux des quartiers dans la ville, de la place du logement populaire, du partage du projet avec l’ensemble des acteurs du territoire. Avec une même posture pour ceux qui y participent: regarder plus loin, ailleurs, pour nourrir, interroger nos propres expériences, développer par l’apport du croisement des cultures, nos capacités à innover. Le voyage d’études alterne visites de quartier, conférences, débats et rencontres professionnelles.

Thématique du voyage: Napoli città metropolitana: vers la construction participative de la métropole

Dans son discours de nouvelle année 2018, le Maire de Naples Luigi De Magistris décrit tout le chemin parcouru depuis 2011, époque où Naples était représentée comme la ville des dégradations morales, politiques, de dépression civique, et d’une ville sans touristes. Depuis, malgré une insuffisance de moyens, le capital humain, l’énergie des napolitains, a été mis au service du développement de la ville.  En ayant fait le choix de construire une politique des biens communs, (la ville qui ne vend et ne privatise pas les services essentiels) en relançant les politiques publiques, en luttant contre la corruption, les réseaux mafieux – la ville de Naples s’est engagée dans une renaissance construite sur un développement social, solidaire et culturel.  Pour autant, beaucoup reste à faire … À Naples, vous pouvez choisir entre le bien et le mal. Ainsi, Roberto Saviano lance un appel pour que cette renaissance de Naples ne permette pas que se construise de nouveau le silence sur une réalité faite de chômage et de pouvoir criminel.

Mais Naples c’est aussi et c’est surtout la ville de toutes les passions, de tous les engagements, et de la résistance des Napolitains pour la défense et l’amour de leur ville. En 2016, le peintre Banksy, faisait figurer une madone avec un pistolet, allégorie possible à l’attachement des napolitains au catholicisme et à la forte présence mafieuse sur le territoire. De fait, depuis la peau de Malaparte jusqu’à Saviano ou Elena Ferrante, Naples suscite un rapport d’amour et de haine et dans tous les cas ne peut laisser indifférents.

Ville monde aux innombrables facettes nous voulons durant notre voyage d’études approfondir les différences séquences de son histoire politique et économique, rencontrer les  Napolitains acteurs des changements actuels, et aller dans le quartier de la Scampia – aux Vele – à la rencontre des femmes qui résistent au silence.

Informations pratiques

Télécharger le programme du voyage d’études «autrement ailleurs»
Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder au documentaire réalisé par le CGET pour le voyages d’études Amsterdam Rotterdam en 2016

 

En raison du nombre de place limité les inscriptions sont closes le 25 mai 2018.

Créée en 1980, la biennale d’architecture permet de découvrir de nouveaux projets architecturaux et urbains.
Pour 2018 ce sont deux femmes Yvonne Farrell et Shelley McNamara qui ont été nommées comme conservateurs de la 16ème exposition internationale d’architecture. Le titre choisi est “freespace”, mot qui décrit une générosité d’esprit et un sens de l’humanité au coeur de l’architecture se concentrant sur la qualité des espaces eux mêmes. “Lieux infinis” la proposition portée par “Encore Heureux” a été sélectionnée pour assurer le commissariat du pavillon français. Le projet convoque des lieux qui parviennent à accueillir l’imprévu, intègrent des usages non programmes, permettent l’appropriation citoyenne en misant sur l’énergie collective et le désir de commun.

Durant le voyage d’études nous vous proposons de visiter les lieux de la Biennale (arsenal et giardini) et de rencontrer le collectif d’architecte commissaire du pavillon Français. Alexandre Bouton (Urban Act), sera notre guide durant tout notre voyage.

 

Informations pratiques

Télécharger le pré-programme du voyage d’études «biennale d’architecture»

Télécharger le formulaire d’inscription
Accéder au document réalisé par Alexandre Bouton lors du voyage d’études de 2016

 

En raison du nombre de place limité les inscriptions sont closes le 11 septembre 2018.