L’art et la culture comme levier de participation et de nouvelles attractivités (m 8.2)

Depuis une dizaine d’années, une évolution sensible des démarches et des formes artistiques réinterroge et bouscule les politiques culturelles en France. La participation des habitants, le rôle des arts et de la culture en matière d’intégration sociale et la question de la démocratie restent d’une grande actualité.

Dans les quartiers populaires, où les populations se sentent parfois éloignées d’une culture traditionnelle perçue comme réservée aux élites1, cette question est d’autant plus prégnante. En outre, au-delà du seul enjeu de l’accès à l’art et à la culture, se pose celui de l’accès à toutes les démarches artistiques et culturelles. Sur le sujet, le constat est ambivalent : il est nécessaire de ne pas cantonner les quartiers populaires aux formes traditionnellement dénommées « urbaines », tout comme il est indispensable de reconnaitre que celles-ci témoignent de la vitalité culturelle des quartiers et de leurs habitants.

Ces diverses prises de conscience ont mené au développement d’initiatives variées ces dernières années, en s’appuyant sur les caractéristiques urbaines et territoriales des quartiers dits de « banlieues ». Confrontées aux dynamiques de renouvellement urbain créant d’importantes transformations en leur sein et révélant souvent des situations, transitoires, de friches, les quartiers ont ainsi accueilli des expériences artistiques et de nouveaux lieux, plus ou moins alternatifs ; cela leur valant le nom de « nouveaux territoires de l’art ».

Aussi, les quartiers populaires sont-ils des lieux de relégation culturelle où, ponctuellement, sont implantés des équipements emblématiques sensés masquer la réalité de la rupture sociale ? Ou au contraire, ne sont-ils pas des quartiers aux ressources infinies et inexploitées, à même de révéler de nouvelles formes d’art et de nouvelles démarches ?

Alors que la participation des habitants est devenue un incontournable réglementaire de la politique de la ville et du renouvellement urbain, la ressource « humaine » apparait par ailleurs comme un pilier pour le développement de projets culturels, la dynamisation de la vie sociale, et la construction de nouvelles images valorisées des quartiers.

Le présent module a pour objectif d’interroger la place de l’art et de la culture dans les quartiers, à la fois comme ressource, comme vecteur de transformation et comme support de vitalité et cohésion sociale. La place des habitants comme levier de promotion de ces nouvelles pratiques génératrices d’attractivité sera particulièrement investiguée. L’accent sera mis sur des expériences concrètes, portées par des professionnels engagés.

Les objectifs de la formation

  • Reconnaître la richesse culturelle et artistique dans les quartiers
  • Articuler projets culturels et artistiques avec une dynamique globale de transformation urbaine
  • Saisir l’art et la culture comme des vecteurs d’animation sociale en s’appuyant notamment sur les initiatives citoyennes

Enseignant

Simon Pétrelle, urbaniste, chef de projet, expert en renouvellement urbain, Espacité

Dates de la formation

8 et 9 novembre à Aubervilliers / Post-formation le 3 décembre de 9h30 à 12h30 sur ZOOM

Programme et bulletin d’inscription

Télécharger le programme détaillé de la formation
Bulletin d’inscription formation inter-acteurs 2021